Un chien teste positif après avoir partagé son lit avec son propriétaire

Un lévrier italien a été testé positif au monkeypox. (Getty)

Un lévrier italien appartenant à un couple gay à Paris a été testé positif au monkeypox après avoir partagé un lit avec son propriétaire.

Revues scientifiques Lancette l’a décrit comme « le premier cas d’un chien avec une infection confirmée par le virus de la variole du singe éventuellement acquise par transmission humaine ».

Le 10 juin, le couple, sur une base non exclusive, s’est rendu à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, en France, souffrant de la variole du singe, après avoir eu des relations sexuelles avec un autre homme.

Moins de deux semaines plus tard, et après avoir partagé un lit avec leur lévrier italien de quatre ans, ils ont remarqué que le chien avait des plaies sur le ventre, ainsi qu’une ulcération rectale.

Le chien a été examiné pour le monkeypox à l’aide d’un test PCR ajusté et s’est révélé positif pour la lignée de clade de souche hMPXV-1 B1, une correspondance identique à la paire.

La même souche s’est propagée dans le monde depuis avril et en France, elle a infecté plus de 1 700 personnes, principalement à Paris.

« Au meilleur de notre connaissance, la cinétique d’apparition des symptômes chez les patients et, par la suite, chez leurs chiens suggère une transmission interhumaine du virus monkeypox », ont écrit les chercheurs.

Ils ont dit cela parce que les symptômes du chien indiquaient que la variole du singe chez les chiens était une « véritable maladie canine », plutôt que des chiens simplement porteurs du virus.

« Nos résultats devraient susciter un débat sur la nécessité d’isoler les animaux de compagnie des individus positifs pour le virus de la variole du singe », ont-ils ajouté.

« Nous appelons à une enquête plus approfondie sur la transmission secondaire par les animaux de compagnie. »

Partout dans le monde, c’est arrivé plus de 31 799 nouveaux cas de monkeypox identifiés depuis le début de l’épidémie actuelle.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé ce mois-ci qu’elle créerait un forum ouvert pour renommer le monkeypox, en raison des craintes croissantes que le nom actuel du virus puisse accroître la stigmatisation et la discrimination.

Il a ajouté que donner un nouveau nom à la variante du monkeypox « éviterait de causer des infractions aux groupes culturels, sociaux, nationaux, régionaux, professionnels ou ethniques, et minimiserait les impacts négatifs sur le commerce, les voyages, le tourisme ou le bien-être animal ».

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.