Un béluga échoué retiré de la Seine française

Depuis vendredi, le mouvement de l’animal à l’intérieur des terres est bloqué par une écluse à Saint-Pierre-la-Garenne, à 70 kilomètres (44 miles) au nord-ouest de Paris, et sa santé s’est détériorée après avoir refusé de manger.

Les équipes de secours tirent des filets alors qu’elles sauvent un béluga qui s’est échoué sur la Seine à Notre Dame de la-Garenne, dans le nord de la France, le 9 août 2022. Image : JEAN-FRANCOIS MONIER/AFP

SAINT-PIERRE-LA-GARENNE – Un béluga qui s’était échoué sur la Seine dans le nord de la France pendant plus d’une semaine a été retiré de l’eau mercredi matin lors d’une opération de sauvetage risquée, mais les autorités ont mis en garde contre une mauvaise santé.

Après près de six heures de travail par des dizaines de plongeurs et de sauveteurs, le cétacé de 800 kilogrammes (1 800 livres) a été soulevé de la rivière dans des filets et des grues vers 4h00 du matin (02h00 GMT) et placé sur une barge sous la garde immédiate d’une douzaine de vétérinaires.

Le béluga, une espèce protégée que l’on trouve normalement dans les eaux froides de l’Arctique, a ensuite été contrôlé pour son état de santé et transporté dans un camion frigorifique jusqu’à la ville côtière de Ouistreham.

Une fois sur place, le béluga sera attaché à une écluse d’eau de mer où il sera gardé en observation pendant plusieurs jours avant d’être relâché en pleine mer.

Mais les responsables de l’Eure, où le béluga s’est échoué, ont déclaré que la baleine était très maigre.

« C’est le signe, selon les vétérinaires, d’un mauvais pronostic vital », a déclaré la préfecture de l’Eure dans un communiqué à l’issue de l’opération de sauvetage, qu’elle a qualifiée de « très complexe ».

La baleine de quatre mètres (13 pieds) de haut a été repérée il y a plus d’une semaine en direction de Paris et s’est échouée à environ 130 kilomètres (81 miles) à l’intérieur des terres du détroit de Saint-Pierre-la-Garenne en Normandie.

Depuis vendredi, le mouvement de l’animal à l’intérieur des terres est bloqué par une écluse à Saint-Pierre-la-Garenne, à 70 kilomètres (44 miles) au nord-ouest de Paris, et sa santé s’est détériorée après avoir refusé de manger.

Isabelle Dorliat-Pouzet, secrétaire générale de la préfecture de l’Eure, a indiqué plus tôt que des tests médicaux seraient effectués avant de transporter la baleine.

« C’est un garçon, il est très maigre et il a des blessures », a-t-il déclaré.

‘UNE BELLE JOURNEE’

Le sauvetage de l’animal a été salué en ligne après des jours de rongement des ongles.

« Aujourd’hui est un grand jour pour ce béluga et toutes les personnes impliquées dans son sauvetage », a déclaré le groupe de conservation Sea Shepherd sur son site Internet.

Mais l’opération pour le remettre à la mer n’est pas sans risque, a déclaré Isabelle Brasseur du parc animalier marin Marineland dans le sud de la France, faisant partie de l’équipe de Marineland envoyée pour aider au sauvetage.

« Il se peut qu’il soit décédé maintenant, pendant les soins, pendant le trajet ou au point B », à Ouistreham, a-t-il déclaré mardi à l’AFP.

Les 24 plongeurs impliqués dans l’opération et l’équipe de sauvetage manipulant les cordes ont dû essayer à plusieurs reprises entre 22h00 et 04h00 d’attirer l’animal dans un filet pour le sortir de l’eau.

Au fur et à mesure que les préparatifs de l’opération progressaient, les gens se rassemblaient le long de la berge pour observer.

« J’espère qu’il atteindra la mer et qu’il ne finira pas comme un orque », a déclaré Isabelle Rainsart, faisant référence à un épaulard repéré sur la Seine en mai mais décédé plus tard.

« Nous attendrons de voir comment se passe le transport, mais nous avons peut-être réussi sur la partie la plus difficile », a ajouté Rainsart, qui a filmé le béluga pour la première fois le 2 août depuis son jardin surplombant la rivière.

L’intérêt pour le sort du béluga s’est propagé bien au-delà de la France, générant un afflux important de dons financiers et d’autres aides de la part de groupes de conservation et d’individus, ont déclaré des responsables.

Alors que les bélugas migrent vers le sud à l’automne pour se nourrir lorsque la glace se forme dans leurs eaux arctiques natales, ils s’aventurent rarement aussi loin.

Selon l’Observatoire pélagique français, spécialisé dans les mammifères marins, la population de bélugas la plus proche se trouve au large de l’archipel du Svalbard, au nord de la Norvège, à 3 000 kilomètres de la Seine.

La baleine piégée est le deuxième béluga jamais vu en France. Le premier à être sorti de l’estuaire de la Loire avec des filets de pêche en 1948.

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.