Un ancien prisonnier de Guantánamo jugé en France pour extrémisme | le golf de Guantanamo

Un prédicateur algérien qui a passé huit ans dans la prison américaine de Guantanamo Bay a été jugé en France pour avoir prétendument encouragé certains jeunes à rejoindre le groupe État islamique.

Saber Lahmar, un Algérien de 52 ans libéré par les États-Unis en 2008 puis repris par la France, a été accusé d’avoir encouragé des djihadistes à se rendre en Irak et en Syrie pour combattre pour le groupe extrémiste en 2015.

S’exprimant principalement en arabe au début de son procès à Paris mardi, Lahmar a nié avoir des liens avec des groupes islamistes en France et a déclaré qu’il était persécuté pour sa religion.

« Aujourd’hui, j’ai été détenu parce que je connais quelqu’un qui est allé en Syrie », a-t-il déclaré, faisant référence à Salim Machou, un Français qui a été condamné à mort par un tribunal irakien pour avoir rejoint l’Etat islamique en 2019.

« Mais il peut aller où il veut, sur la Lune ou sur Terre, ça ne me regarde pas. Je ne suis responsable de personne, seulement de moi-même… Je ne suis pas le mentor de telle ou telle personne », a ajouté Lahmar.

Les procureurs français pensent que Lahmar, un ancien professeur de langue arabe, a servi de guide spirituel pour Machou et un autre membre de l’Etat islamique, Othman Yekhlef, qui serait mort en Syrie.

Le procès, qui se déroule jusqu’à la fin de la semaine, devrait entendre les preuves de ses prétendus sermons radicaux, notamment des diatribes antisémites et des appels au martyre et au meurtre d’apostats.

Lahmar était l’une des centaines de personnes qui ont été entraînées dans le trou noir officiel de la prison militaire américaine de Guantánamo Bay à Cuba après les attentats terroristes du 11 septembre 2001.

Il a été remis aux autorités américaines en Bosnie, ainsi que cinq autres Algériens soupçonnés de préparer une attaque contre l’ambassade américaine à Sarajevo, mais n’ont pas eu la possibilité de se défendre. Il a été recueilli par la France après avoir été libéré par les États-Unis, même s’il n’avait pas de famille dans le pays, avait indiqué à l’époque le ministère français des Affaires étrangères.

Dans des entretiens avec les médias depuis lors, il a décrit vivre « comme un animal » dans un camp de prisonniers américain et a déclaré qu’il n’avait pas vu le soleil depuis un an et demi pendant son isolement extrême.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.