UK Open Cosmos obtient un financement de l’ESA pour la constellation de météo spatiale

TAMPA, Floride. – La petite startup britannique de satellites Open Cosmos a déclaré le 27 mai qu’elle avait obtenu un financement de l’Agence spatiale européenne pour développer des plans pour une constellation de surveillance de la météo spatiale.

L’ESA a attribué le contrat de 5,2 millions d’euros (5,6 millions de dollars) à Open Cosmos, qui est le responsable technique d’un consortium européen d’organisations d’ingénierie, de recherche et universitaires pour le projet de réseau NanoMagSat de trois satellites.

Le concept NanoMagSat vise à améliorer les mesures des champs magnétiques qui protègent la Terre des particules énergétiquement chargées entrantes et des environnements ionosphériques où les aléas météorologiques extraterrestres menacent les satellites et les infrastructures terrestres critiques.

Florian Deconinck, vice-président des partenariats institutionnels et des missions futures chez Open Cosmos, a déclaré que le consortium utiliserait ses fonds pour réduire les risques technologiques sur le terrain au cours des 18 prochains mois.

Ils proposeront ensuite un concept de mission pouvant être développé pour un coût inférieur à 30 millions d’euros d’ici trois ans.

Deconinck a déclaré que le NanoMagSat aura des capteurs supplémentaires et fournira une meilleure couverture spatiale et temporelle que le satellite Swarm de l’ESA, qui surveille le champ magnétique et l’ionosphère de la Terre depuis 2013.

La mission Swarm d’environ 300 millions de dollars consiste en trois satellites identiques de 468 kilogrammes en orbite proche du pôle. Le satellite Swarm est conçu pour fonctionner pendant seulement quatre ans.

Chaque NanoMagSat pèsera de 24 à 30 kilogrammes, ce qui est typique pour un cubesat de 16 unités.

Un seul sera déployé en orbite polaire, tandis que les deux autres seront inclinés de 60 degrés.

Cela permettra à NanoMagSat « de récupérer des phénomènes avec un laps de temps plus court » que Swarm, a déclaré Deconinck, réduisant une visite temporaire de quatre mois à des latitudes comprises entre 60 degrés sud et 60 degrés nord à un peu plus d’un mois.

Le NanoMagSat embarquera un magnétomètre de détection de champ magnétique et une combinaison d’autres instruments, dont un capteur d’occultation du système mondial de navigation par satellite (GNSS) pour mesurer l’ionosphère.

Bien que les satellites Swarm n’aient pas de capteurs occultes GNSS, ils volent quelques Les capteurs qui ne feront pas partie du NanoMagSat comprennent un accéléromètre pour mesurer l’accélération non gravitationnelle causée par le rayonnement solaire et d’autres facteurs.

Le NanoMagSat, en plus de surveiller les conditions qui affectent la météo spatiale, sera en mesure de prendre en charge les capacités nécessaires à une navigation précise et de fournir des informations pour les études géophysiques minérales, a déclaré Open Cosmos.

NanoMagSat a été sélectionné en 2020 comme candidat pour la mission ESA Scout, un nouveau programme d’observation de la Terre pour prouver comment les petits satellites peuvent ajouter une valeur scientifique aux données des engins spatiaux existants.

La mission de reconnaissance a un coût limite de 30 millions d’euros – y compris le lancement et la mise en service en orbite – et dure trois ans du début au lancement.

Si Swarm est toujours opérationnel lors du lancement de NanoMagSat, Deconinck a déclaré que le satellite en orbite polaire NanoMagSat « se lancera sur une orbite optimisée Swarm-B, bénéficiant d’une meilleure couverture que chaque constellation prise individuellement ». Les trois satellites identiques de Swarm sont nommés Alpha, Bravo et Charlie (ou Swarm A, B et C).

Open Cosmos est en charge du concept et de la mission du satellite.

La startup britannique s’associe à l’IPGP, l’institut de recherche et d’enseignement supérieur à but non lucratif du gouvernement français qui fait partie de l’Université française de Paris Cité, qui est le responsable scientifique de la mission.

Parmi les autres membres du consortium figurent l’Université d’Oslo en Norvège, l’institut français de recherche technologique CEA-Leti et les sociétés d’ingénierie espagnoles COMET-Ingenieria et Prosix Engineering.

Le CEA-Leti a surveillé la charge et développé son magnétomètre, tandis que l’Université d’Oslo a fourni la sonde de Langmuir qui détermine la température, la densité et le potentiel du plasma des électrons.

Comet Ingenieria et Prosix Engineering ont fourni la perche et le matériel pour maintenir le capteur. Le fournisseur du capteur GNSS NanoMagSat n’a pas encore été sélectionné.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.