Ty France joue en tant que All-Star, mène les Mariners sur le Texas 4-3

Avec un All-Star assis sur le banc en espérant que son poignet gauche douloureux lui permettrait de jouer mardi, les autres Mariners All-Star, qui ont imprudemment tenté de jouer à son détriment en raison d’une tension au poignet, se sont assurés que les Mariners ont arrêté un mini séquence de défaites avant que cela ne devienne quelque chose de pire à la sortie de la pause All-Star.

Ty France, l’interprète le plus constant des Mariners depuis le début de la saison, a remporté trois victoires, dont un circuit en solo, a touché la base quatre fois, a marqué deux points et a réussi une brillante prise sur un entraînement en ligne pour voler un double sûr , aidant à mener les Mariners à une victoire de 4-3 sur les Rangers du Texas.

« Nous avons joué beaucoup de ces types de matchs contre le Texas, semble-t-il, au cours des dernières années », a déclaré le manager Scott Servais. «Ils sont très proches et pourraient aller dans les deux sens. Nous avons pu jouer tard dans les matchs.

Utilisant leur formule saisonnière d’une sortie solide du lanceur partant, d’un travail de sauvetage du bloc des releveurs, et surtout, d’une défense exceptionnelle et de frappes assez opportunes, les Mariners ont continué leur domination sur leur ennemi d’AL West. .

Seattle (52-45) a battu le Texas dans neuf des 11 matchs cette saison et a une fiche de 22-8 contre les Rangers au cours des deux dernières saisons.

Le propriétaire Chris Flexen était solide sinon spectaculaire; les sauveteurs Andres Munoz, Paul Sewald et Erik Swanson étaient exceptionnels ; en plus de la France, Adam Frazier, JP Crawford et Cal Raleigh ont tous joué des matchs incroyables sur le terrain pour sauver des points ou empêcher les coureurs de base ; et l’attaque était, eh bien, assez bonne pour gagner.

Bien que les Mariners aient régulièrement battu les Rangers, ils n’ont pas tous été faciles. Six matchs cette saison ont été décidés par une course avec Seattle qui l’a emporté sur cinq d’entre eux. Les Mariners ont une fiche de 22-12 dans les matchs d’une course, tandis que les Rangers ont une fiche de 5-22 dans la même situation.

« J’aimerais qu’il y ait une réponse solide », a déclaré la France à propos du succès de l’équipe dans un match réussi. « Je ne sais pas. La seule chose sur laquelle je peux vraiment mettre le doigt, c’est que nous en avons joué tellement que le moment venu, nous ne tombons pas dans cette pression. Nous savons que nous sommes vraiment bons à ce. »

Il existe une philosophie de baseball souvent utilisée selon laquelle l’équipe gagne 60 matchs et perd 60 matchs, les 42 matchs restants de la saison de 162 matchs déterminant le succès d’une équipe. Gagner ce match sans Julio Rodriguez et Jesse Winker dans l’alignement, donc ce n’était pas une perte garantie de 60 était remarquable.

« Ils finissent par définir votre saison en trouvant des moyens de gagner des matchs comme ce soir », a déclaré Servais. « Ce n’était pas assez insultant. Je ne pense pas que nous ayons fait grand-chose pour nous exciter à ce sujet, mais vous trouvez un moyen. C’est un beau terrain pour le bloquer, jouer défensivement et profiter des opportunités là-bas ».

Ce n’était pas censé être un match à un point. Diego Castillo a pris une avance de 4-2 en neuvième. Mais sans la commande du curseur et une sensation minimale pour son ballast, il a cédé un circuit en solo à Nathaniel Lowe, ce qui a réduit l’avance à un point. Castillo a ensuite permis à un simple de Leody Taveras d’égaliser sur la base et a accompagné Kole Calhoun pour mettre le feu vert en premier.

Alors qu’Erik Swanson s’échauffait rapidement dans l’enclos des releveurs, Castillo a réussi à éliminer Ezequiel Duran pour le premier retrait de la manche. Mais Servais ne prend plus de risques.

« Les trois premiers frappeurs n’étaient pas bons », a déclaré Servais. «Mais c’est un gros out. Et il a vraiment mis les choses en place pour nous.

Swanson a envoyé Josh Smith en territoire de faute et Marcus Semien a terminé deuxième pour terminer le match.

Flexen, toujours compétitif, a lancé six manches, accordant deux points sur quatre coups sûrs avec deux buts sur balles et cinq retraits au bâton pour passer à 7-8. Il a concédé trois points ou moins lors de ses 12 derniers départs.

« Je me sentais assez solide ce soir », a-t-il déclaré. « Chaque fois que je prends le rocher, j’essaie de sortir, de rivaliser et de nous mettre en situation de gagner le match. »

Les Rangers ont pris une avance de 1-0 contre lui en troisième manche. Ezequiel Duran a commencé avec un simple et a ensuite marqué sur un terrain sauvage que Cal Raleigh n’a pas pu tenir devant lui.

Les Mariners ont pris les devants en quatrième manche contre le partant texan Glenn Otto.

La France a choisi le bon terrain pour son deuxième simple en autant de mesures, s’est hissée à la troisième place sur le simple bloop d’Eugenio Suarez sur le terrain droit et a marqué sur la simple ligne nette de Raleigh dans le champ droit pour égaliser le match.

Adam Frazier a suivi avec un simple pour charger les bases, et Suarez a fait une lecture agressive sur une balle dans la terre qui a rebondi sur le receveur Jonah Heim et est retournée dans l’herbe intérieure. Suarez a fait une glissade maladroite tête baissée dans la maison pour 2-1.

Dans la cinquième manche, la France a continué à harceler Otto. Sous 1-2 dans le décompte, il s’est assis sur un curseur suspendu et l’a envoyé par-dessus le mur au point mort pour son 13e homer de la saison et son 51St RBI.

« J’essayais d’arriver à temps pour la balle rapide parce qu’il m’en a manqué deux », a déclaré France. « Donc, je ne voulais plus être en retard sur une balle rapide et il m’a accroché un curseur. »

Les Mariners ont ajouté un point crucial en septième manche contre l’enclos des Rangers. Sam Haggerty a commencé avec un simple et a marqué plus tard lorsque Carlos Santana n’a pas permis au Texas de transformer un double jeu de manche sur sa balle au sol dur en troisième but. Santana, 36 ans, qui n’a pas l’air ou ne bouge pas comme son âge, a immédiatement sprinté hors de la surface et a facilement frappé le premier coup, permettant à la course de compter.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.