Tour de France Femmes: Human Powered Health appelle Barbara Malcotti DQ « folle »

« ], « filter »: { « nextExceptions »: « img, blockquote, div », « nextContainsExceptions »: « img, blockquote »} } »>

Ne manquez pas les moments de Paris-Roubaix et Unbound Gravel, le Giro d’Italia, le Tour de France, la Vuelta a España et tout le reste quand vous > », »name »: »in-content-cta », « type  » : »lien »}} »>rejoindre Out+.

SAINT-DIÉ-DES-VOSGES, France (VN) — Human Powered Health a qualifié la disqualification de Barbara Malcotti du Tour de France Femmes avec Zwift de décision « folle ».

Malcotti a été éliminé de la course lors de l’étape 5 en raison de l’assistance mécanique de son équipe après avoir été ébréché sur le bord de la route depuis l’avant du groupe sur une distance de plus de 60 kilomètres.

La règle 2.3.030 du règlement UCI stipule que : « Quelle que soit la position d’un pilote dans la course, il ne peut recevoir d’assistance et de vérifications mécaniques (ex. freins) que pour l’arrière de son groupe et lorsqu’il ne bouge pas.

Lire aussi : Lorena Wiebes domine le sprint pour gagner à nouveau au Tour de France Femmes

Après avoir pris le nouveau vélo de son équipe et être retourné à l’arrière du peloton, Malcotti a rapidement été sommé de se retirer de la course par le commissaire.

« Ils étaient assez catégoriques pour qu’il soit hors course, ils lui ont dit de se garer sur le bord de la route. J’aurais aimé qu’en d’autres circonstances nous puissions le faire rouler, mais ils ont refusé et il a abandonné la course. C’est fou pour moi », a déclaré le directeur sportif de Human Powered Health, Andrew Bajadali.

« C’est à la discrétion du commissaire. Je ne sais pas s’il avait quelque chose de mauvais à manger. C’est quelque chose qui s’est passé, Barbara est dévastée, et je me sens vraiment mal et je ne pourrai pas dormir ce soir à cause de cette pauvre fille. Il a de grands pieds, les montagnes arrivent, c’est son fort et il ne peut pas montrer pourquoi il vient. C’est triste pour tout le monde. »

La situation s’est ensuivie avec plus de 60 kilomètres à parcourir et la voiture de l’équipe s’est démontée et a servi Queue Christoforou, qui avait fait le premier pas, lors de la réception d’un appel à la radio dont ils avaient besoin pour assister Malcotti dans le groupe. derrière.

Contrairement aux courses masculines, chaque équipe n’a qu’un seul véhicule en course pour servir son coureur. Cela signifie que le véhicule Human Powered Health doit aller du séparateur à l’arrière du peloton.

Plutôt que de dépasser la foule en chemin, Bajadali a décidé de se garer sur le côté droit de la route et d’attendre que la foule vienne à la voiture.

« Dans le peloton masculin, vous auriez deux voitures qui serviraient à une échappée, et dans ces circonstances, ce ne serait pas un problème », a-t-il déclaré. «Nous avons entretenu la file d’attente à la pause, la pause a duré près de quatre minutes et Barbara a dû changer de vélo car elle a cassé son levier de vitesses. Nous avons fait un appel pour nous retirer et avons attendu le groupe. Nous avons dû nourrir le reste des coureurs du groupe.

« Nous nous sommes arrêtés et notre mécanicien a posé la moto. Je crois que l’aspect technique est que Barbara doit se mettre derrière le groupe et ensuite s’arrêter. Il l’a fait de l’avant de la foule, nous sommes clairement allés sur le côté de la route, et il était derrière la foule quand il est remonté sur son vélo et est rentré.

« C’était un appel très fort du commissaire. Ils auraient pu nous infliger une amende ou nous donner un avertissement sévère et continuer… techniquement, nous avions tort, mais dans cette situation, c’était une décision très difficile.

Bajadli a tenté de faire valoir ses arguments auprès du commissaire pour maintenir Malcotti dans la course, mais aucune décision n’a pu être modifiée une fois prise et il a dû monter dans la voiture de l’équipe. L’équipe a encore cinq coureurs en course sur lesquels se concentrer, mais Bajadali a déclaré qu’il se sentait mal à propos de ce qui se passait.

« Nous avons supplié et vous ne pouvez pas faire grand-chose. Je ne maudirai pas le commissaire, j’essaie de le respecter. Une partie du travail consiste à être calme et pondéré, et dans ces circonstances, vous perdez un peu la tête, mais vous devez vous calmer et vous concentrer sur ce que nous faisons », a-t-il déclaré.

« Je ne comprends pas vraiment pourquoi. Se disputer 20 minutes avec eux ne va pas les faire changer d’avis, surtout quand ils sont si décisifs. C’est mauvais pour toutes les personnes concernées. Cela ne semble pas bon pour la course, cela ne semble pas bon pour nous. C’est vraiment une chose étrange. C’est comme une technicité bizarre au baseball, c’est un appel bizarre. C’est arrivé et nous avons dû passer à autre chose mais c’est quelque chose qui restera avec moi, je ne l’oublierai jamais. »

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.