Thales France enregistre des ventes et des commandes trimestrielles en hausse

PARIS, 26 octobre (Reuters) – Le groupe français Thales a enregistré mercredi un chiffre d’affaires et de nouvelles commandes au troisième trimestre supérieurs aux attentes et a déclaré qu’il s’attend à atteindre la limite supérieure de ses prévisions de ventes annuelles.

Le plus grand fabricant européen d’électronique de défense a déclaré avoir remporté 4,24 milliards d’euros (4,2 milliards de dollars) de nouvelles commandes au troisième trimestre, en hausse de 36 % à périmètre constant, et généré un chiffre d’affaires de 4,04 milliards d’euros, en hausse de 8,5 %.

Le chiffre d’affaires a été tiré par la demande de systèmes de cybersécurité et par un rebond de l’ancienne activité biométrique de Gemalto, désormais connue sous le nom de Thales Digital Identity and Security.

Cela survient malgré les problèmes persistants de livraison de puces, qui, selon le directeur financier Pascal Bouchiat, « feront certainement l’objet d’une vigilance en 2023 ».

Les principales nouvelles commandes comprennent un accord pour un système de divertissement en vol pour la future flotte d’A350 d’Emirates Dubai, un satellite de communication sud-coréen et une commande d’exportation pour le radar naval d’alerte avancée Sea Fire de la société.

Thales a réitéré son objectif pour 2022, dont une croissance des ventes à données comparables comprise entre 3,5% et 5,5%, mais s’est dit de plus en plus confiant d’atteindre le haut de cette fourchette.

Les analystes s’attendent en moyenne à 3,63 milliards d’euros de prises de commandes au troisième trimestre et à 3,87 milliards de revenus, selon les compilations de l’entreprise consensus.

Thales a déclaré qu’il continuait de faire face à des goulots d’étranglement dans sa chaîne d’approvisionnement et à des pénuries de main-d’œuvre, ainsi qu’à l’inflation et à l’impact sur ses activités de l’invasion russe de l’Ukraine, qui continue d’être estimée à 100 millions d’euros.

Cependant, Bouchiat a déclaré que Thales bénéficierait d’une faiblesse continue de l’euro.

« Je suis très heureux de voir un dollar fort (…) c’est un moteur compétitif lorsque nous exportons », a-t-il déclaré aux journalistes.

Thales a déclaré qu’il renforcerait son équipe de recrutement et se concentrerait sur la répercussion de l’augmentation des coûts d’achat sur ses clients.

(1 $ = 1,0047 euro)

Reportage de l’équipe Hepher ; Edité par Sudip Kar-Gupta

Notre norme : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Jacques Fontaine

"Fanatique de la musique amateur. Ninja de l'alcool. Troublemaker sans vergogne. Passionné de nourriture. Introverti extrême. Nerd du voyage certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *