Tebboune: les « crimes coloniaux » français en Algérie ne seront pas soumis à la prescription

Hier, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a estimé que les « crimes du colonialisme français » en Algérie « seront imprescriptibles », appelant à un « traitement équitable » du douloureux dossier de la mémoire, comme l’indique un discours publié par la présidence. à l’occasion du sixième anniversaire vingt signatures de l’accord d’armistice (19 mars). / mars 1962), conclu entre les révolutionnaires algériens et le gouvernement français, qui a ouvert la voie à l’indépendance de l’Algérie.

Le discours du président Tebboune, publié hier dans les médias publics, a déclaré que la question de la mémoire et des crimes coloniaux « ne sera pas oubliée, car il n’y a pas d’autre choix que de traiter les dossiers de la mémoire et de l’histoire dans une atmosphère d’honnêteté et de confiance ».

Tebboune a déclaré : « Cette question restera au cœur de nos préoccupations… et nous poursuivrons et compléterons sans concession nos efforts, en insistant sur le droit de notre pays à récupérer les archives (archives de la période coloniale 1830-1962), en clarifiant le sort des le peuple indonésien, les personnes disparues pendant la glorieuse guerre de libération, et indemniser les victimes des essais nucléaires, et d’autres questions liées à ce dossier… afin de maintenir la confiance et de préserver le dépositaire des pieux martyrs », a-t-il déclaré. , notant que les événements du cessez-le-feu, officiellement appelé « Jour de la Victoire » et du référendum d’autodétermination qui s’en est suivi, « dont le peuple algérien a puisé force et détermination pour faire face aux effets d’une dévastation massive et généralisée, A une dévastation terrible et globale, qui témoigne des crimes du colonialisme ignoble. »

Selon le président de la République, le « Jour de la Victoire » est un moment historique dans le parcours de la nation victorieuse, et il n’aurait pas eu un si grand écho, s’étendant aux quatre coins du monde, s’il n’avait pas brillé. l’aboutissement d’une révolution épique et glorieuse, et le résultat inévitable de sacrifices généreux et amers, qui se poursuivent depuis que les pieds des colonisateurs de notre Patrie rachetée ont été immortalisés, à travers une résistance populaire héroïque, enracinée dans la mémoire historique et l’histoire, pour inspirer les générations d’aujourd’hui et demain d’être fidèles aux martyrs, et d’inspirer au cœur de nos jeunes le zèle, la fierté et le désir de construire et de se développer.

Tebboune a également expliqué qu' »un État national indépendant, qui a survécu et gagné en référence à novembre (le mois au cours duquel la révolution de libération a éclaté) face aux chocs et aux tribulations, réalise aujourd’hui une profonde transformation aux niveaux régional et international. , et se dirige sous le couvert de la sécurité pour travailler à la création d’une logique qui maintienne l’Algérie à sa place et sa position dans un contexte mondial marqué par la volatilité et les turbulences. »

Dans son allocution, le président s’est engagé à « construire une Algérie renaissante qui reconsidère la valeur de l’effort et du travail, tout en continuant à renforcer notre sécurité nationale dans ses multiples aspects et dans toutes ses dimensions, à partir des symptômes et des urgences potentielles, et à assurer l’union nos rangs et d’unir nos forces dans les efforts. » nous, et d’approfondir notre sens de l’obligation nationale, et d’assumer l’entière responsabilité. » Dans divers secteurs, et à tous les postes, envers la nation et la patrie.

L’historien français de renom Benjamin Stora a remis début 2021 au président français Emmanuel Macron un rapport qui reprend les étapes d’un « dossier de la mémoire », notamment la commémoration de la date symbolique du conflit (les accords d’Evian du 19 mars 1962, et le traité national de la Journée des militants algériens qui ont combattu ensemble les soldats français en Algérie, l’anniversaire de la répression des manifestations algériennes en France le 17 octobre 1961, le retour de l’épée de l’émir Abdelkader, le chef de la résistance au colonialisme français au 19e siècle à l’Algérie, et l’aveu français du meurtre de l’avocat et militant politique Ali Boumenjel lors de la bataille d’Algérie en 1957, qu’il a reconnu comme l’officier français Paul Ausaris dans ses mémoires, et a publié un guide des Algériens et des Européens perdus au cours du Monde conflit de la Seconde Guerre mondiale), et plusieurs de ces propositions ont été réalisées au cours de l’année dernière et plus tôt cette année. Dès réception du rapport, l’Elysée a annoncé l’exclusion de toute initiative d’excuses pour la « guerre d’Algérie », qui a tourmenté l’Algérie, mais sans aucune réaction officielle de leur part. Il a été convenu entre les deux parties qu’Abdel Majid Chikhi, le conseiller historique du président algérien, préparerait des propositions à présenter au président français, y compris la vision de l’Algérie de mettre fin à « la douleur d’un triste passé partagé ».


Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.