Spark flying comme pronom neutre inclus dans le dictionnaire français

PARIS (AP) – Ce sont des pronoms neutres qui ne prouvent rien d’autre que : Les pronoms non binaires ajoutés au vénérable dictionnaire français ont déclenché une violente querelle linguistique dans le pays.

Le Petit Robert a introduit le mot « iel » – une fusion de « il » (dia) et « elle » (elle) – dans son édition en ligne le mois dernier. Si le terme gagne en popularité auprès des jeunes, il est loin d’être largement utilisé, voire compris, par de nombreux francophones.

Alors que les changements sont initialement passés largement inaperçus, un débat animé a éclaté cette semaine dans un pays qui se targue de ses traditions en matière de droits de l’homme mais qui protège également vigoureusement son patrimoine culturel de l’ingérence étrangère. Dans un camp se trouvent des traditionalistes, dont certains dirigeants politiques, qui critiquent cette décision comme un signe que la France se dirige vers une idéologie de « réveil » à l’américaine. D’un autre côté, il y a une nouvelle génération de citoyens qui adoptent le non-binaire comme la norme.

« Il est important que les dictionnaires incluent le pronom ‘iel’ dans leurs références, car cela reflète à quel point l’utilisation du terme est désormais bien acceptée », a déclaré Dorah Simon Claude, une doctorante de 32 ans qui s’identifie comme « iel ». ”

« Cela », ont-ils ajouté, « est aussi une façon de traiter avec l’Académie française qui reste dans son coin conservateur et continue d’ignorer et de ridiculiser les francophones ».

Le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, n’est pas sur la même page. Il s’est adressé à Twitter mercredi pour dire que « l’écriture inclusive n’est pas l’avenir de la langue française ». L’ancien professeur de droit de 56 ans a averti que les écoliers ne devraient pas utiliser « iel » comme terme valide même s’il était inclus dans Le Robert, qui est considéré comme l’autorité linguistique en France depuis 1967.

François Jolivet, un député du parti du centre du président Emmanuel Macron, a également exprimé son mécontentement. Les pronoms non binaires, a-t-il suggéré, étaient un signe inquiétant que la France adoptait une idéologie de « réveil ».

Jolivet a écrit au bastion français de l’Académie française, vieille de 400 ans, affirmant que « la campagne solitaire de Le Robert était une intrusion idéologique claire qui sapait notre langue commune et son influence ».

Le directeur général des éditions Le Robert, Charles Bimbenet, a pris la défense du dictionnaire mercredi dans un communiqué. Loin de dicter quel terme utiliser, a-t-il dit, Le Petit Robert a expliqué le sens du mot, qui se développe désormais dans les monnaies nationales.

Puisque « le sens du mot iel ne peut pas être compris simplement en le lisant », dit Bimbenet, « il nous semble utile de déterminer son sens à ceux qui le trouvent, s’ils souhaitent l’utiliser ou… le rejeter ».

« La mission de Robert est d’observer et de rendre compte de l’évolution changeante et diversifiée de la langue française », a-t-il déclaré.

En 2017, l’Académie française a averti qu’une décision de rendre le français plus neutre créerait une « langue divisée, avec des expressions différentes, ce qui pourrait créer une confusion à peine lisible ».

Les langues genrées comme le français sont considérées comme un obstacle particulier pour les partisans des termes non binaires car tous les noms sont classés comme masculins ou féminins, contrairement à l’anglais.

Tous les pays européens n’avancent pas à la même vitesse que la France. En Grèce, où tous les noms n’ont pas deux, mais trois genres possibles, il n’y a pas de pronoms non binaires officiels, mais les groupes qui les soutiennent suggèrent d’utiliser « it ».

En Espagne, après que l’ancienne vice-première ministre et féministe Carmen Calvo ait demandé conseil à l’Académie royale espagnole sur l’utilisation d’un langage inclusif dans la Constitution, la réponse était claire l’année suivante : « Langage inclusif » signifie « utilisation masculine des hommes et des femmes ». .”

___ Les rédacteurs d’Associated Press Arno Pedram à Paris, Derek Gatopoulos à Athènes, Grèce et Alberto Arce à Valbuena, Espagne ont contribué

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.