« Simply Black », critique : un documentaire urgent sur la politique raciale en France

Le mot d’ordre français est « liberté, égalité, fraternité », mais au lieu d’y voir un idéal, l’État le considère comme un don. Preuve claire de l’égalité, par exemple, le pays traite tous les Français comme des Français égaux, interdisant largement la collecte de statistiques sur la race, la religion et l’ethnicité. Cette politique, cependant, ne change rien au fait que la France connaît de graves problèmes d’inégalités et de discriminations raciales, problèmes qui sont abordés, de manière substantielle mais comique, dans « Simply Black », un faux documentaire métafictionnel réalisé par Jean-Pascal Zadi et John Wax. (Il joue en direct le week-end et en ligne le dimanche, dans le cadre de « Brûler plus fort” festival à l’Institut Français Alliance Française.)

Zadi, acteur et cinéaste noir dont la famille est originaire de Côte d’Ivoire et a grandi en Normandie, joue une version fictive de lui-même, du même nom. (Nous appellerons le personnage Jean-Pascal.) Le film commence avec Jean-Pascal assis chez lui, dans son appartement lumineux et agréable, et enregistrant une vidéo dans laquelle il déclare son intention d’organiser une marche d’hommes noirs à Paris, pour protester contre la rareté des Noirs dans les médias, le cinéma et la politique française. Il ne cache pas l’étendue de ses ambitions : les États-Unis ont Martin Luther King, Jr., et l’Afrique du Sud a Nelson Mandela, dit-il, mais la France n’en a pas et aura Jean-Pascal Zadi.

Contrairement à Zadi dans la vraie vie (qui est cinéaste indépendant, rappeur, animateur de radio et humoriste à la télévision), Jean-Pascal est un acteur en herbe qui peine à décrocher des rôles au cinéma en raison des stéréotypes des Noirs inégalés dans le cinéma français. . (Dans une audition, un cinéaste blanc l’a rejeté comme un trafiquant de drogue, un violeur et un personnage islamiste ; dans une autre, le célèbre réalisateur Mathieu Kassovitz, s’insinuant, a rejeté Jean-Pascal pour ne pas être assez africain.) Bien que Jean-Pascal soit sincère dans exprimant sa colère contre l’injustice raciale, il est également assez cynique pour profiter de la marche prévue à des fins d’autopromotion. Au lieu d’organiser la base, il a annoncé l’événement et lui-même, à travers une série de cascades à la Borat, a créé un théâtre de rue politique, dans des costumes controversés, y compris s’habiller comme un esclave. (Malgré toute leur importance, « Simply Black » condense ces scènes dans un montage au rythme effréné.) Sa performance est devenue virale, mais ce qui a fait de lui une célébrité, c’est la cascade qui a mal tourné : lorsqu’il n’a pas pu rencontrer le maire de Paris, il a sorti ses protestations par mégaphone et a été violemment arrêté par une foule de policiers. Des vidéos de l’incident ont été diffusées et discutées dans l’émission de télévision extrêmement populaire, ce qui a conduit Jean-Pascal à rejoindre les artistes français colorés sur lesquels il comptait pour amplifier l’émission. Dans le cadre de cette promotion, Jean-Pascal s’est également arrangé pour se filmer presque constamment, pour un documentaire sur lui-même, durant ses jours de semaine et ses soirées.

Ses rencontres avec d’autres célébrités françaises complètent une grande partie du film (beaucoup, y compris Omar Sy, apparaissent comme des versions parfois satiriques d’eux-mêmes) et sont cruciales pour la perspicacité politique de Zadi. « Simply Black » dépasse le thème de la ghettoïsation ; il ne jette pas un coup d’œil sur les projets de logements dans les quartiers de banlieue stratégiquement éloignés de la ville. Au contraire, cela illustre comment même des artistes noirs célèbres et aisés endurent l’ostracisme et l’humiliation – et comment des fissures dans la communauté noire, des crises d’identité et des divisions se forment sous cette pression. (Zadi a dit qu’il est inspiré par la Million Man March: « Je trouve ça drôle d’avoir une marche contre l’ostracisme où tant de gens sont ostracisés. Cela me donne un excellent ton de base. »)

Jean-Pascal a une haine extérieure pour les célébrités qu’il rencontre – après tout, elles réussissent dans le show business, alors qu’il devient célèbre pour avoir été arrêté, et ses vidéos ne se traduisent pas par une carrière. Naïf, sourd et apparemment gêné, il est très critique envers les artistes noirs. Il a dénoncé l’humoriste Claudia Tagbo, née en Côte d’Ivoire, pour ses blagues sur les femmes africaines. (Il l’a expulsée, physiquement, du vestiaire.) Elle a contrarié la journaliste Kareen Guiock en insistant pour l’appeler une « journaliste noire » plutôt qu’une journaliste. Il a déclenché une altercation dans un restaurant entre l’acteur et réalisateur Fabrice Boué (qui a collaboré au scénario) et Lucien Jean-Baptiste à propos de l’interprétation du personnage Black dans leur film. Appelé par les comédiens Ramzy et Melha Bedia, un frère et une sœur d’origine algérienne, à élargir la marche aux Français d’Afrique du Nord, il déclenche une trilogie entre eux, les Noirs et leurs alliés juifs (représentés par le comédien Jonathan Cohen). De plus, chaque fois que Jean-Pascal rencontre des militants impliqués dans la politique du monde réel, il parvient à s’embarrasser et à s’humilier.

Tous ces conflits, et plus encore, sont dépeints avec des comédies allant de l’aigre à l’antique, des sons sotto aux physiques barattants. (Il y a aussi un encadré étendu impliquant la réputation du monologue français de Dieudonné, maintenant plus célèbre pour son antisémitisme et sa négation de l’Holocauste que mieux connu pour son sens de l’humour.) Pour tous les diagnostics sérieux des relations raciales dans un pays qui ne connaît pas de race , Zadi réalise une comédie étonnamment légère et pétillante. L’humour est amplifié par l’admiration de voir autant de personnalités françaises se rassembler pour une cause commune alors qu’elles négocient les liens étroits entre le succès commercial et la responsabilité civique, entre leur image publique d’artistes et leur identité personnelle en tant que membres des communautés marginalisées de France. L’un des mots clés du film est « communautarisme », communautarisme, un terme français utilisé comme un terme péjoratif pour décrire le plaidoyer en faveur d’une ethnie ou d’une religion – et que Jean-Pascal argumente à juste titre. Il finit par se retrouver face à son incompétence en tant qu’organisateur et promoteur, et est prêt à abandonner, jusqu’à ce qu’il endure encore plus de surprises (en évitant les spoilers), filmées avec beaucoup d’esprit cinématographique, qui soulignent l’urgence de son objectif.

Zadi a commencé sa carrière cinématographique en réalisant des documentaires sur le hip-hop, en 2005, avant de se lancer comme réalisateur de longs métrages, ce qu’il a fait en toute indépendance, avec peu de financement personnel, coproduit par un rappeur qu’il dirigeait. travailler avec. Il l’a fait parce qu’il voulait passer par le processus officiel de subvention, qui, il a dit dans une interview en 2011, signifierait des années de retard. Il a ajouté : « L’histoire que je raconte, je ne suis pas sûr qu’elle plaise au cinéma traditionnel. . . . C’était une histoire que j’ai vue dans mon entourage mais jamais au cinéma. Il a fait trois de ces fonctionnalités; « Simply Black » était son premier film dans le système, et cela lui a permis de montrer ses talents de comique à la fois devant la caméra et dans sa direction. Travaillant avec Wax (un photographe blanc et réalisateur de vidéoclips qui est son ami depuis une décennie), Zadi semble diriger de l’intérieur du cadre. Ses interactions avec les autres participants formaient une scène qui était surtout improvisé avec un sens aigu de la vitesse et du mouvement. Le format du faux documentaire donne à Zadi, qui est dans chaque scène, une vitrine majestueuse mais intime de son art comique. Conscient de la caméra, il la regarde périodiquement, joliment chronométrée, évoquant une géométrie cinématographique aussi psychologique que spatiale. (Ce regard rappelle la star de la comédie muette et réalisateur Harry Langdon caractérisant son art.) Un sujet important de « Simply Black » est l’absence du mouvement historique des droits civiques français pour inspirer les protestations d’aujourd’hui – et ce film est, à certains égards , une tentative pour combler le vide. Outre sa comédie vintage, il construit un dossier sérieux pour l’action politique et pour une culture future qui élargit ses paramètres à la fois officiellement et esthétiquement pour inclure les artistes noirs et leurs sensibilités créatives.


Le préféré des new-yorkais

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.