Semaine de prévention du cancer de la peau en France

La semaine prochaine (12-17 juin), c’est la semaine de la prévention du cancer de la peau en France, l’occasion pour les instances dermatologiques d’informer pour éviter et dépister la maladie.

En moyenne, 80 000 personnes sont diagnostiquées d’un cancer de la peau chaque année en France, les cas de mélanome – la forme de cancer la plus grave – doublant tous les 10 ans depuis 1945 dans le monde.

Une enquête menée en 2021 par le cabinet d’études Ipsos et le Syndicat national des dermatologues-vénéréologues (SNDV) a révélé que – même s’ils connaissaient les risques – les Français n’adoptaient pas de bonnes habitudes lorsqu’il s’agissait de protéger leur peau du soleil.

Près de la moitié des personnes interrogées ne portaient pas de crème solaire sur la peau nue et 57 % portaient rarement ou jamais de chapeau.

De plus, plus de 80% s’exposent au soleil entre 12h00 et 16h00, et 31% des 18 à 24 ans paient une séance de bronzage UV.

La campagne de prévention du cancer de la peau de cette année – commençant par une course de cinq kilomètres à Paris – amènera des médecins et d’anciens patients sur les réseaux sociaux pour partager leurs connaissances et leurs expériences.

Ils aideront à sensibiliser aux différents types de cancer de la peau, à la protection de votre peau, à la détection précoce des groupes à risque et aux différentes options de traitement.

La semaine prochaine rappellera également aux gens que si tout le monde est à risque de développer un cancer de la peau à un moment donné de sa vie, certains sont plus susceptibles que d’autres.

Les groupes les plus vulnérables comprennent :

  • Les professionnels qui travaillent à l’extérieur, tels que les agriculteurs, les constructeurs et les sportifs
  • Les hommes, généralement moins prudents que les femmes. Environ 30% des Français ne vont jamais chez un dermatologue, dont 62% sont des hommes
  • Les personnes ayant des tons de peau naturellement plus clairs qui brûlent facilement ou qui ont des taches de rousseur
  • Les personnes ayant des antécédents familiaux de cancer de la peau
  • Les personnes avec un certain type et un grand nombre de taupes
  • Personne âgée

Enfin, la campagne poussera pour de nouvelles solutions de dépistage, pour une plus grande éducation sur les techniques d’auto-examen et pour la modernisation du système de consultation.

Vous pouvez en savoir plus sur SNDV Facebook et Twitter page.

Les enfants de Montpellier apprennent les risques

L’Institut du cancer de Montpellier a organisé une animation avec les enfants du quartier pour les sensibiliser aux risques d’une surexposition au soleil.

Environ 70 % des mélanomes sont liés à l’exposition au soleil, selon l’Institut national du cancer, et le risque est accru chez les enfants, dont la peau est plus lisse.

« Les coups de soleil pendant l’enfance sont l’un des principaux facteurs de risque de développement du mélanome », explique Florence Cousson-Gelie de l’Institut du cancer Epidaure à Montpellier. France 3.

Il ajoute que notre capacité à résister aux dommages du soleil ne se renouvelle pas au cours de notre vie mais peut être endommagée de façon permanente, nous mettant en danger de graves conséquences plus tard dans la vie.

« Nous visitons nos écoles départementales pour apprendre aux enfants de manière ludique les risques que peut représenter le soleil.

Les experts recommandent d’éviter de s’exposer entre 10 h et 16 h : les heures où les rayons du soleil sont les plus forts.

Article associé

L’expertise française contre le cancer aidera l’Europe à lutter contre la maladie

La nouvelle inspection des aliments ne devrait couvrir que les produits sains, déclare le législateur français

Des scientifiques français entraînent des fourmis à détecter le cancer avec un taux de réussite de 95%

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.