Secrétaire général de l’OTAN : Tout indique que la Russie a l’intention de lancer une frappe à grande échelle | nouvelles arabes et internationales

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a prévenu dans une interview télévisée diffusée samedi soir que « tout indique que la Russie a l’intention de lancer une attaque massive » contre l’Ukraine.

« Nous sommes tous d’accord sur le fait que le risque d’attaque est très élevé », a ajouté Stoltenberg dans une interview à la chaîne allemande ARD.

L’interview a été diffusée peu de temps après que l’alliance a annoncé qu’elle avait déplacé son personnel en Ukraine de la capitale, Kiev, à la ville occidentale de Lviv, et à Bruxelles, pour assurer leur sécurité.

Samedi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a souligné que les puissances occidentales devaient abandonner la politique « d’apaisement » de Moscou, alors que les craintes montaient que la Russie pourrait attaquer son pays.

« L’Ukraine a reçu des garanties de sécurité pour remettre le troisième plus grand arsenal nucléaire du monde », a déclaré Zelensky lors de la conférence de Munich sur la sécurité.

Zelensky a exigé un délai « clair » pour l’adhésion de son pays à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), compte tenu de l’inquiétude grandissante face à une éventuelle invasion russe de son pays, qui refuse catégoriquement l’adhésion de Kiev à l’alliance militaire occidentale.

Il a déclaré lors de la conférence : « Que pouvons-nous faire ? Nous pouvons grandement soutenir l’Ukraine et ses capacités de défense » en « fournissant… un calendrier clair et pratique pour l’inclusion dans l’alliance ».

Samedi, Zelensky a proposé à son homologue russe Vladimir Poutine une rencontre, dans le but d’empêcher une invasion russe de son pays.

« Je ne sais pas ce que veut le président russe. Pour cette raison, je propose que nous nous rencontrions », a déclaré Zelensky lors de la conférence.

Un responsable de l’OTAN a déclaré samedi à l’AFP que l’alliance avait déplacé son personnel en Ukraine de la capitale, Kiev, vers la ville occidentale de Lviv, et vers Bruxelles, où elle est basée, pour assurer leur sécurité.

Le responsable n’a pas fourni de détails sur ce nombre d’employés, affirmant seulement que « la sécurité de nos employés est primordiale, donc du personnel a été transféré à Lviv et à Bruxelles. Les bureaux de l’OTAN en Ukraine fonctionnent toujours ».

« L’OTAN et ses États membres surveillent et évaluent la situation de près et continuent de prendre toutes les mesures nécessaires », a-t-il ajouté.

Les pays occidentaux ont déplacé certains diplomates de Kiev vers la ville de Lviv, près de la frontière avec la Pologne, par crainte d’une invasion russe de l’Ukraine.

Les États-Unis sont une grande puissance au sein de l’Otan, et son président, Joe Biden, a prévenu vendredi qu’il était « confiant » que d’ici une semaine la Russie lancerait une offensive militaire de grande envergure contre l’Ukraine, y compris la capitale, Kiev.

Et l’armée ukrainienne a annoncé, après cet après-midi, samedi, la mort d’un deuxième soldat en première ligne avec des séparatistes soutenus par la Russie.

« Deux soldats ukrainiens ont été grièvement blessés par des éclats d’obus » dans la zone, a indiqué le commandement militaire chargé du conflit contre les séparatistes dans l’Est.

Plus tôt, des obus de mortier sont tombés à des centaines de mètres de l’endroit où se trouvait le ministre ukrainien de l’Intérieur, Denis Monastirsky, alors qu’il rencontrait samedi des journalistes lors d’une tournée sur le champ de bataille contre des rebelles soutenus par la Russie.

Le ministre a été contraint de se cacher lorsque la balle a explosé, peu après avoir tenu ces propos devant des médias internationaux, selon un correspondant de l’AFP. Aucune victime n’a été signalée.

L’Allemagne et la France demandent à leurs ressortissants de quitter l’Ukraine

Samedi, l’Allemagne a demandé à ses citoyens de quitter l’Ukraine « immédiatement » en raison du risque de conflit armé dans le pays, selon le ministère allemand des Affaires étrangères.

« Nous mettons en garde contre tout voyage en Ukraine » et « exhortons immédiatement les ressortissants allemands » qui se trouvent en Ukraine « à quitter le pays sans délai », a indiqué le ministère dans un communiqué.

Samedi, la France a également appelé tous ses ressortissants à quitter l’Ukraine et a appelé ceux des zones les plus vulnérables de l’est du pays à en sortir « sans délai ».

« Nous informons tous les ressortissants français résidant en Ukraine qu’il n’est pas absolument nécessaire de quitter le pays », indiquent les recommandations actualisées du ministère français des Affaires étrangères. Le ministère des Affaires étrangères a souligné que les habitants des « régions de Kharkiv, Lougansk et Donetsk » et de la région de Dnipro étaient invités « à quitter la région sans délai ».

German Airlines suspend ses vols vers Kiev et Odessa

La compagnie aérienne allemande Lufthansa a annoncé samedi qu’elle interromprait ses vols vers les villes ukrainiennes de Kiev et d’Odessa à partir de lundi, dans un contexte de craintes croissantes d’une invasion russe imminente du pays.

« En raison de la situation actuelle en Ukraine, Lufthansa Group Airlines suspendra ses vols réguliers vers Kiev et Odessa jusqu’à fin février pour l’instant », a déclaré Lufthansa dans un communiqué.

La compagnie opérera un nombre limité de vols samedi et dimanche, avant de suspendre le service, tandis que les vols se poursuivront vers la ville occidentale de Lviv.

L’Allemagne appelle à la prudence

Et plus tôt dans la journée, samedi, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalina Birbock, avait appelé à ne pas « prédire » les intentions de la Russie concernant la crise ukrainienne, après que le président américain Joe Biden se soit dit confiant que son homologue russe, Vladimir Poutine, avait pris la décision de frapper. ex-république soviétique

Conférence de Munich sur la sécurité (AB)

Répondant à une question de savoir s’il est d’accord avec l’évaluation de Biden, Birbock a déclaré: « En cas de crise, la pire chose qui puisse être faite est de spéculer ou d’assumer » la décision de l’autre partie, à l’issue d’une réunion des ministres des Affaires étrangères. des pays du Groupe des Sept, actuellement présidé par Berlin.

Et il a jugé « important de regarder de plus près » la situation sur le terrain, dans une position différente des assurances américaines d’une attaque « immédiate ».

« Nous ne savons pas si la décision a été prise de lancer une attaque, mais la menace contre l’Ukraine est réelle », a déclaré Birbock.

Il a été interrogé à plusieurs reprises sur la position des États-Unis, et il a simplement dit : « Nous voyons qu’il existe différents scénarios », ajoutant : « Nous sommes prêts à toute situation. En même temps, nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour que cette situation ne se matérialise pas. »

États-Unis : les troupes russes « déployées et prêtes à frapper »

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a déclaré samedi, lors d’une visite en Lituanie, que les troupes russes rassemblées à la frontière ukrainienne « commencent à se disperser » et « se préparent à attaquer », tout en exprimant l’espoir que le président russe Vladimir Poutine démissionnera. du « bord de la guerre ».

Lors d’une conférence de presse à Vilnio, Austin a promis que Washington soutiendrait ses alliés dans les États baltes, alors que la région évalue soigneusement le risque d’une éventuelle invasion, tandis que la Russie nie avoir planifié des attaques.

« Je veux que tout le monde en Lituanie, en Estonie et en Lettonie sache, et je veux que le président (Vladimir) Poutine sache au Kremlin que les États-Unis soutiennent nos alliés », a déclaré Austin après des entretiens avec de hauts responsables lituaniens.

Poutine supervise des exercices nucléaires stratégiques alors que la crise s’intensifie

D’autre part, le service d’information russe, citant le Kremlin, a rapporté que le président Vladimir Poutine a ordonné aujourd’hui, samedi, le début d’exercices nucléaires stratégiques, y compris le lancement de missiles balistiques.

Troupes russes (AB)

« Oui », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par l’agence de presse, lorsqu’on lui a demandé si les exercices avaient commencé.

Plus tard, le Kremlin a rapporté que les exercices comprenaient le lancement de « missiles balistiques et de croisière ». Et la présidence russe a déclaré dans un communiqué que « les objectifs prévus lors de l’exercice de la force de dissuasion stratégique ont été atteints, et tous les missiles ont atteint les cibles spécifiées ».

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.