Schneider Electric va vendre des actifs russes à la direction locale | Actualités technologiques

(Reuters) – La société française de premier ordre Schneider Electric vendra ses opérations en Russie et en Biélorussie à la direction locale, a annoncé mercredi le fabricant d’équipements électriques en signant une lettre d’intention avec un acheteur désigné.

« C’est une grande partie de ce que nous avons là-bas », a déclaré le directeur financier de la société aux journalistes par téléphone, ajoutant que seuls certains des actifs non consolidés ne feraient pas partie de l’accord.

En conséquence, la société a déclaré qu’elle annulerait une valeur comptable nette pouvant atteindre 300 millions d’euros (319 millions de dollars) et procéderait à une inversion hors trésorerie de la conversion de devises estimée à 120 millions d’euros.

Le groupe emploie 3 500 personnes en Russie et en Biélorussie, tandis que les revenus générés par les activités de Schneider Electric Russie représentent 2 % des ventes, a-t-il précisé.

Par ailleurs, l’agence de presse russe Interfax a rapporté mardi soir que le constructeur automobile français Renault transférerait sa participation de 68% dans le plus grand constructeur automobile national russe Avtovaz à un institut scientifique russe.

Lorsqu’on lui a demandé si Schneider pouvait envisager un retour en Russie à l’avenir, la directrice financière Hilary Maxson a déclaré qu’elle « n’exclurait certainement pas cela », mais a ajouté qu’à ce stade, la priorité était de faire une sortie ordonnée.

(Reportage de Piotr Lipinski à Gdansk; édité par Tassilo Hummel et Stephen Coates)

Droits d’auteur 2022 Thomson Reuters.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.