« sale jeu » dénoncé par Bamako… Le Danemark décide de retirer ses troupes du Mali et la France étudie l’avenir de ses troupes | Des nouvelles

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a prévenu – vendredi – que les forces françaises et européennes ne pouvaient pas « maintenir cette situation » au Mali, et étudiaient les moyens d' »ajuster » leurs actions pour combattre ce qu’il a qualifié de « djihadistes » au Sahel. .

Pendant ce temps, le Danemark a annoncé – hier jeudi – qu’il commencerait à retirer son bataillon d’environ 100 soldats des forces spéciales du Mali, en réponse aux demandes répétées du conseil militaire au pouvoir, qui a déclaré qu’il n’avait pas encore approuvé le déploiement des troupes danoises. .

« Nous ne pouvons pas rester comme ça », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères à la radio RTL. « Nous avons entamé des discussions avec nos partenaires africains et européens pour voir comment nous pouvons adapter notre système à la nouvelle situation » au Mali.

Les commentaires de Le Drian interviennent alors que les pays participant aux forces européennes tiennent aujourd’hui, vendredi, une visioconférence sur l’avenir du Groupe des forces spéciales européennes (Takuba), qui a été fondé en 2020 à l’initiative de la France dans le but de partager la charge au Sahel. .

Le Danemark se retire

La position de la France intervient un jour après que le Danemark a annoncé qu’il commencerait à retirer son bataillon d’environ 100 soldats du Mali, en réponse aux demandes répétées faites à Copenhague par le conseil militaire au pouvoir du pays africain. Le Danemark a condamné ce qu’il a qualifié de « sale jeu politique » de Bamako.

Le retrait des troupes européennes est un coup dur pour les troupes européennes combattant les groupes armés dirigés par la France, et le ministre danois des Affaires étrangères, Yeppe Kofod, a déclaré après une réunion au parlement du pays que « les généraux putschistes ont publié une déclaration claire dans laquelle ils ont souligné que le Danemark n’était pas bienvenue. » au Mali. »

« Nous n’avons pas accepté cela, alors nous avons décidé de ramener nos soldats à la maison », a-t-il ajouté. « Nous étions là à l’invitation du Mali. Les généraux putschistes, dans un sale jeu politique, ont retiré l’invitation… parce qu’ils ne voulaient pas un retour rapide à la démocratie », a poursuivi le ministre.

Le ministre français des Affaires étrangères n’a pas tardé à exprimer son soutien au Danemark et a déclaré – lors d’une conférence de presse avec son homologue nigérian Hasumi Masudu – « Le conseil militaire est illégitime et prend des mesures irresponsables … Les forces danoises, et de plus en plus isolées de son partenaires internationaux. »

Dans un geste surprise, le Conseil militaire – qui est au pouvoir au Mali depuis le coup d’État de 2020 – a demandé lundi soir au Danemark de retirer son bataillon, arguant que sa publication « avait été effectuée sans son consentement ».

Le bataillon danois est arrivé au Mali la semaine dernière pour participer aux troupes « Takuba ».

être en désaccord

Dans un geste surprise, le Conseil militaire – qui règne au Mali depuis le coup d’État de 2020 – a demandé au Danemark lundi soir dernier de retirer son bataillon sous prétexte que sa publication « a été effectuée sans son consentement », et le gouvernement de transition à Bamako s’est dit surpris par la présence militaire danoise, car aucune suite n’a encore été donnée à la demande du Danemark de déployer des troupes en juin dernier.

Une déclaration antérieure du gouvernement malien a ajouté qu ‘ »il n’y a pas d’accord permettant le déploiement de forces spéciales danoises dans la force Takoba, notant que la Norvège, le Portugal et la Hongrie attendent toujours l’approbation et n’ont pas déployé de troupes au Mali ».

L’exception à la décision de retirer les troupes danoises concerne les éléments participant à la force de maintien de la paix de l’ONU.

La France et 14 autres pays ont demandé au Mali mercredi soir d’autoriser les troupes danoises à rester.

La force Takoba est composée de 14 pays européens, et son objectif est d’aider les voisins ouest-africains du Mali, le Burkina Faso et le Niger, à faire face aux militants liés à l’État islamique et à Al-Qaïda, qui ont occupé de vastes étendues de terres dans la région où leurs les frontières se rencontrent.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *