Ron Faucheux : Indépendant pour le président ? Macron français sera un modèle | Opinion

Fatigués des conflits partisans, les Américains demandent souvent : Pouvons-nous élire un président indépendant ?

Seul George Washington a remporté la présidence sans affiliation à un parti. Il a qualifié les partis de « machine puissante, par laquelle des personnes rusées, ambitieuses et sans scrupules seront activées pour renverser le pouvoir populaire et prendre le contrôle du gouvernement pour elles-mêmes ».

Washington a peut-être reçu une formation d’arpenteur-géomètre, mais il n’était pas en reste en matière de sciences politiques.

Alors que nous nous tournons vers 2024, il pourrait y avoir une opportunité pour un troisième candidat de se présenter à la présidence. Le sondage CAPS/Harris Harvard a révélé que 58 % des électeurs américains considéreraient des indépendants modérés si le démocrate Joe Biden et le républicain Donald Trump étaient les nominations des grands partis.

Mais soyons réalistes. Choisir indépendant est un long shot. Il n’y a pas d’organisation ou d’appareil de collecte de fonds pour une telle nomination, la loi électorale s’y oppose et peu de pro-politiques la prendraient au sérieux. Comment un indépendant compense-t-il cette faiblesse structurelle ?

Vous le faites avec des messages. L’indépendant le plus fort des temps modernes était Ross Perot en 1992, qui a remporté 19% des voix après s’être retiré de la course et être revenu cinq semaines avant le jour du scrutin. Pour le moment, Perot s’est classé premier dans le sondage sur la base de son message centriste non partisan axé sur la réparation des gouvernements brisés et la réduction des déficits budgétaires.

Bien sûr, Perot a fini par perdre. Et la question troublante demeure : un indépendant peut-il être élu président des États-Unis ?

Pour trouver des réponses, il faut traverser l’Atlantique. C’est le printemps, alors allons à Paris.

En 2016, un jeune ancien banquier d’affaires du nom d’Emmanuel Macron a démissionné de son cabinet pour se présenter à la présidence de la France l’année prochaine. Il évite l’affiliation à un parti et lance le mouvement indépendant En Marche ! (traduction : « En route ! »).

Pour élaborer la plate-forme et le message, la campagne de Macron a recruté 4 000 volontaires pour mener une enquête porte-à-porte auprès de 100 000 personnes afin de mieux comprendre l’humeur du public.

Macron a appelé à une « révolution démocratique » et a juré de « débloquer la France ». Il a publié un livre à succès, intitulé « Révolution », qui s’est penché sur les deux côtés du spectre politique et a mis en garde les électeurs français contre la poursuite de la « lente récession » du pays. Il s’attaque au vieux « jeu de jonglage politique » gauche contre droite. De ses adversaires, dit-il, « ils avaient tous tort ».

Se révélant être un militant avisé et efficace en 2017, Macron a mené de nombreux candidats au premier tour. Au second tour, il a facilement battu la populiste de droite Marine LePen avec 66% des voix.

A 39 ans, Macron est devenu le plus jeune chef d’Etat français depuis Napoléon. Aux élections législatives qui ont suivi sa victoire, En Marche ! le mouvement – qui n’existait même pas avant sa campagne – a remporté la majorité des sièges à l’Assemblée nationale.

Qui a dit que vous ne pouviez pas changer la structure existante du parti ?

En tant que président, Macron a défié les étiquettes idéologiques. Il a assumé un rôle de leadership sur les questions mondiales et a fait avancer le programme de réforme – modifications de la législation fiscale et du travail, mesures anti-corruption et rationalisation du système de retraite. Certaines de ses politiques ont suscité une forte opposition, y compris les manifestations des « gilets jaunes », mais il continue de faire pression et, si nécessaire, de négocier des compromis.

La semaine dernière, Macron a été réélu pour un deuxième mandat de cinq ans, devenant ainsi le premier président français à le faire en 20 ans. Bien que les médias aient tenté de transformer l’élection de cette année en un « appel serré », Macron a fini par remporter le second tour par 17 points. Il a surpassé les sondages et a de nouveau battu LePen, qui cette fois a intelligemment rebaptisé pour être moins extrême.

Il y a une différence entre la politique française et américaine : les États-Unis ont deux partis profondément enracinés, tandis que la France a un système multipartite. Le président de la France est directement élu par le peuple lors d’une élection à deux tours (par rapport au système électoral primaire et second tour de la Louisiane), mais sans le collège électoral. Alors que les États-Unis sont une république présidentielle, la France a un président indépendant du pouvoir législatif et un Premier ministre soumis à un vote de confiance législatif.

Comme aux États-Unis, l’élection présidentielle française concerne également les candidats, les partis et les enjeux. Les électeurs frustrés des deux pays ont répondu au message convaincant en faveur du changement.

Pour les États-Unis, élire un président indépendant prendrait la bonne situation et le bon candidat. Voyez comment Emmanuel Macron le fait ; il a donné le meilleur modèle.

Ron Faucheux est un analyste politique non partisan basé à la Nouvelle-Orléans. Il a publié LunchtimePolitics.combulletin national gratuit sur les sondages et l’opinion publique, et est l’auteur de Running for Office, un reportage pour les candidats politiques.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.