Risque «très faible» que le monkeypox se propage largement, selon l’agence de santé de l’UE

Publié le:

L’agence de santé de l’Union européenne ECDC a déclaré lundi que le risque de propagation de la maladie rare du monkeypox dans la population générale est « très faible », bien qu’il soit élevé pour certains groupes.

« La grande majorité des cas présentent aujourd’hui des symptômes bénins de la maladie, et pour l’ensemble de la population, les risques de propagation sont très faibles », a déclaré Andrea Ammon, directrice du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) dans un communiqué.

« Cependant, la possibilité d’une propagation supplémentaire du virus par contact étroit, par exemple lors d’une activité sexuelle chez des personnes ayant plusieurs partenaires sexuels, est considérée comme élevée », a-t-il ajouté.

Au 21 mai, l’Organisation mondiale de la santé avait reçu des rapports faisant état de 92 cas de monkeypox confirmés en laboratoire et de 28 cas suspects provenant de 12 pays où la maladie n’est pas endémique, dont plusieurs pays européens, les États-Unis, l’Australie et le Canada.

Lundi, l’agence danoise des maladies infectieuses SSI a également signalé que le premier cas avait été confirmé dans le pays scandinave.

« Je suis préoccupé par le nombre croissant de cas de monkeypox signalés dans l’UE et dans le monde. Nous surveillons la situation de près », a déclaré Stella Kyriakides, commissaire européenne à la santé et à la sécurité alimentaire.

Kyriakides a noté que même si la probabilité de propagation à l’ensemble de la « population est faible », il est important de « rester vigilant », en garantissant la recherche des contacts et une capacité de diagnostic adéquate.

Les symptômes de la variole du singe comprennent de la fièvre, des douleurs musculaires, des ganglions lymphatiques enflés, des frissons, de la fatigue et une éruption cutanée semblable à celle de la varicelle sur les mains et le visage.

Il n’y a pas de traitement, mais les symptômes disparaissent généralement après deux à quatre semaines. La maladie est considérée comme endémique dans 11 pays africains.

Selon l’ECDC, le virus peut provoquer des maladies graves chez certains groupes tels que « les enfants, les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées ».

L’agence a également souligné le risque de « transmission de l’homme à l’animal », et a déclaré que si le virus devait se propager aux animaux « il y a un risque que la maladie devienne endémique en Europe ».

(AFP)

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.