Revue ‘Jane by Charlotte’: profil Gainsbourg de la mère Birkin

L’actrice impuissante et intrépide Charlotte Gainsbourg (« Melancholia », « Antéchrist ») entre dans sa première réalisation pour un portrait de sa mère, la chanteuse britannique Jane Birkin, dans le documentaire hyper-intime « Jane by Charlotte ».

Au lieu de faire la chronique de la biographie de Birkin, Gainsbourg adopte une approche très personnelle des tranches de vie avec des entretiens menés dans l’intimité de la maison de campagne de Birkin ou lors de séances photo. Discutant des dangers du vieillissement, des joies d’être un enfant du milieu ou partageant des craintes parentales, leurs conversations à la caméra atteignent des aspects intéressants de leur relation. Gainsbourg a à son tour extrapolé cette découverte à sa propre fille.

Une partie de ce qui est responsable de l’authenticité et de l’authenticité des conversations est qu’elles sont parfois capturées par Gainsbourg sur des caméras numériques ou argentiques. Cette qualité directe contraste légèrement avec les cadres exécutés à la main du directeur de la photographie Adrien Bertolle, mais est plus traditionnelle ailleurs. Cependant, c’est dans certaines transitions musicales discordantes que Gainsbourg commet sa plus grosse erreur esthétique.

Hormis quelques-unes des premières séquences de Birkin sur scène au Japon et à New York, il n’y a pratiquement aucune mention de sa riche carrière professionnelle. De même, l’œuvre cinématographique de Gainsbourg n’est mentionnée qu’une seule fois. En fait, quiconque regarde sans savoir qui sont ces femmes en dehors de ce cadre n’obtiendra aucun contexte important du film lui-même. Afficher leur opinion sur l’art de l’autre aurait du sens.

Dans sa quête des moments de vérité tendre qui les ont nourris tous les deux, la représentation de Birkin par Gainsbourg devient trop myope, presque comme trouver un coffre au trésor rempli des films personnels de quelqu’un et inconscient des événements passés auxquels les personnes font référence dans la vidéo. , comme dans le cas de la mort de la fille aînée de Birkin.

Au moment où Gainsbourg et Birkin visitent leur ancienne maison, qui est maintenant un musée abritant les reliques du père de Charlotte, le chanteur français Serge Gainsbourg, on espère que quelqu’un remarquera sa proéminence, car ni le dialogue ni le texte ne nous intéresseront. Vraisemblablement, ce manque d’informations sur les antécédents est moins problématique en France, où la famille est davantage un nom familier.

Indéniablement, ce qui sépare « Jane by Charlotte » des nombreuses fouilles cinématographiques ou littéraires que Birkin a trouvées tient à l’union indéfectible entre son sujet et le conteur. Personne d’autre n’a été en mesure d’obtenir cette réponse de la chanteuse autre que sa propre fille, et pour cela, c’est une entreprise digne, bien qu’historiquement obscure.

« Jane par Charlotte »

En français avec sous-titres anglais

Non classé

Durée: 1 heure, 28 minutes

Joué: À partir du 25 mars, Landmark Westwood; 1er avril, Laemmle Playhouse 7, Pasadena; 8 avril, Laemmle Glendale ; Laemmle NoHo 7, North Hollywood; et Laemmle Claremont 5

Jacques Fontaine

"Fanatique de la musique amateur. Ninja de l'alcool. Troublemaker sans vergogne. Passionné de nourriture. Introverti extrême. Nerd du voyage certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.