Rafael Nadal s’effondre sur terre battue, juste à temps pour Roland-Garros

ROME – Rapide et dominant dans le premier set face à Denis Shapovalov, Rafael Nadal a été tout le contraire en descente à l’Open d’Italie jeudi soir.

En retard pour le bal. Boitant entre les pointes. Grimaces et halètements aussi sur les taux de change. Sa détresse était si visible alors que les doubles fautes et les fautes directes s’accumulaient à la fin du set final que même les fans canadiens assis haut dans les tribunes du court central offraient de belles acclamations à Nadal alors que leur compatriote Shapovalov donnait les derniers ajustements à sa victoire. , 1-6, 7-5, 6-2, au deuxième tour.

Shapovalov, un gaucher résilient et explosif classé No. 16 ans, a les outils pour contrarier même un Nadal en bonne santé. Il l’a battu lors de leur premier match en 2017 alors que Shapovalov était encore adolescent, et aurait dû le battre lors des huitièmes de finale de l’année dernière à l’Open d’Italie lorsqu’il n’a pas réussi à convertir deux balles de match. Il a également poussé Nadal à cinq sets à l’Open d’Australie de cette année.

Mais c’était loin d’être un Nadal en bonne santé, avec son problème chronique du pied gauche connu sous le nom de maladie de Müller-Weiss refaisant surface sur sa surface préférée. Avec l’Open de France imminent, son humeur à la suite était aussi pessimiste et réfléchie que je me souvienne près de 20 ans après sa carrière.

« Je suppose que le moment viendra où ma tête dira » Assez «  », a déclaré Nadal, 10 fois champion de l’Open d’Italie, en espagnol, en pinçant les lèvres et en secouant la tête. «La douleur vous enlève votre bonheur, non seulement au tennis mais dans la vie. Et mon problème est que de nombreux jours je vis avec trop de douleur ».

Nadal a déclaré qu’il devait également vivre avec la prise « d’une tonne d’anti-inflammatoires chaque jour pour me donner la capacité de m’entraîner ».

« C’est ma réalité », a-t-il déclaré. « Et il y a eu de nombreux jours, comme aujourd’hui, où il arrive un moment où je ne peux pas le faire. »

Il a terminé avec 34 fautes directes et seulement 13 vainqueurs jeudi, et la question est maintenant de savoir si le joueur d’argile le plus titré de l’histoire pourra également jouer à Roland-Garros, le tournoi du Grand Chelem qui a remporté un record de 13 fois.

« Je continuerai à rêver de ce but », a déclaré Nadal à propos du tournoi. « Le problème, c’est qu’aujourd’hui, ce n’est pas possible de jouer pour moi, mais peut-être que dans deux jours, les choses iront mieux. C’est le problème avec ce que j’ai sur les pieds. »

L’Open de France débutera dans neuf jours le 22 mai, même si Nadal n’aura peut-être pas à jouer avant le 24 mai car l’Open de France, qui commence dimanche, organise son premier tour en trois jours.

Bien que Nadal, qui aura 36 ans le mois prochain, ait souvent fait preuve d’un esprit combatif et d’une résilience surprenants, ce sera un défi sans pareil pour lui à Paris ce printemps.

« Décidément difficile de le voir souffrir là au final ; Je ne veux jamais le voir, surtout avec une grande légende comme Rafa « , a déclaré Shapovalov, qui devait encore produire un tennis audacieux et de grands services pour gagner jeudi.  » Espérons qu’il va bien. Il apporte tellement à notre sport. Espérons il est en forme et bien prêt à partir pour les Français ».

La seule fois où Nadal a triomphé à Roland Garros sans remporter un tournoi sur terre battue plus tôt dans l’année, c’était en 2020, la saison écourtée par la pandémie lorsque le début de l’Open de France a été déplacé en octobre et que presque toute la saison sur terre battue a été annulée.

Cette année, le calendrier est revenu à la normale, mais pas pour Nadal. Après un début de saison torride, avec 20 victoires consécutives et un record du 21e titre du Grand Chelem en simple à l’Open d’Australie, sa campagne sur terre battue a été retardée par une fracture de fatigue à la côte qui l’a empêché de concourir ou de s’entraîner normalement pendant six ans. semaines.

Il est revenu pour l’Open de Madrid ce mois-ci et a été bouleversé par l’Espagnol de 19 ans Carlos Alcaraz en quart de finale et a maintenant connu sa première défaite à l’Open d’Italie depuis 2008, lorsque Juan Carlos Ferrero, ancien numéro 1 qui est maintenant l’entraîneur d’Alcaraz, a surpris Nadal au deuxième tour.

Nadal a tout de même remporté l’Open de France 2008, battant son grand rival Roger Federer en finale, mais cette année-là, Nadal avait déjà remporté des titres à Monte Carlo, Barcelone et Hambourg.

Cette saison, il manque de matchs et gagne sur terre battue, tandis que des menaces établies comme Novak Djokovic et Stefanos Tsitsipas et de nouvelles comme Alcaraz ont établi des bases plus solides.

« En fin de compte, même les plus grands joueurs ne peuvent pas battre Father Time », a déclaré Brad Stine, l’entraîneur américain vétéran qui travaille maintenant avec Tommy Paul. «Ça arrive à ce point pour Rafa. Ce qu’il a fait en Australie était plus qu’exceptionnel, mais je pense que nous avons vu les dommages collatéraux de son excellent début de saison. S’il est en bonne santé, c’est toujours un favori semaine après semaine, mais si c’est important. « Si le corps se brise » n’est pas inclus dans le poème de Kipling.

Il s’agit d’une référence à « If », un extrait dont il est affiché à l’entrée des joueurs du Center Court de Wimbledon.

Difficile, après 15 ans à voir Nadal l’emporter presque toujours sur l’adversité et l’opposition à Roland Garros, d’imaginer qu’il ne trouvera pas vraiment le moyen de le défier.

« Je me battrai pour ça, » dit-il sombrement. « Je continuerai d’y croire pendant cette semaine et demie. »

Ce qui est clair, c’est que, pour changer, il ne devrait pas être le favori. « Absolument pas », a déclaré Mark Petchey, l’entraîneur et analyste vétéran. « Beaucoup de co-favoris et de joueurs avec de réelles chances de gagner. »

Sa liste la plus longue comprend le champion en titre, Djokovic ; l’autre finaliste de l’année dernière, Tsitsipas ; Alcaraz ; Alexandre Zverev; Casper Ruud; et le jeune italien Jannik Sinner.

Nadal, depuis sa défaite contre Djokovic lors d’une demi-finale en quatre sets à Paris en juin dernier, n’a disputé que cinq matchs sur terre battue, en perdant deux.

Le voir combattre, puis boiter jeudi, nous a rappelé que rien n’est éternel, pas même Nadal en surface qui est devenu le sien.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.