Que voir maintenant dans la vallée de la Loire en France

Lors de mon dernier voyage pré-pandémique dans le Val de Loire, en 2018, je me suis retrouvé dans un lieu familier.

Dix ans après mon premier voyage sur la route des châteaux dans la région, je suis revenu à 500 ans Château de Chambord, a rejoint un petit groupe de touristes européens et américains lors d’une visite guidée. Quelques secondes après nous être rassemblés dans la cour intérieure, nous avons tendu le cou pour admirer le clocher orné de la structure pendant que notre guide racontait des faits et des dates sur le roi François Ier et son ancien pavillon de chasse. Alors qu’il nous escortait jusqu’à la tour, nous reprochant de ne pas avoir écouté, un sentiment de déjà-vu m’envahit.

C’est ma troisième visite dans la vallée de la Loire depuis chez moi à Paris et toute l’expérience du conte de fées est épuisante. L’hôtel légèrement extérieur converti à proximité a changé. Pas de guides désespérés qui se déplacent, ni de foules de touristes déposés par des bus et conduits rapidement dans chaque pièce. La beauté époustouflante qui s’étend le long de la Loire est la même, ce qui a finalement sauvé le voyage.

L’absence de changement ne doit pas être une mauvaise chose : la zone protégée du patrimoine de l’UNESCO, qui attirait 9 millions de visiteurs annuels sur ses sites culturels et 1 million de cyclistes avant la pandémie, est appréciée depuis des décennies pour ses châteaux et son architecture. des caves qui produisent ce que les œnophiles considèrent comme la sélection de vins la plus diversifiée de France. Mais il s’appuie sans doute trop sur ce passé, s’appuyant sur ce qui semble être un flot incessant de touristes intéressés uniquement par les visites de châteaux et le vélo. Avec toutes les vues spectaculaires sur la Loire et les étoiles culinaires montantes, est-ce le meilleur qu’il a à offrir ?

Ce sont des questions que les chefs locaux, les hôteliers, les entrepreneurs et les dirigeants régionaux se posaient avant même que le coronavirus ne frappe, en vue de redécouvrir la région. Au moment où je reviens en octobre 2021 pour rencontrer certains d’entre eux, l’identité de la région en développement est très claire.

« Nos pistes cyclables et nos châteaux sont toujours populaires mais les contes de fées doivent être mis à jour », a déclaré François Bonneau, président du Centre-Val de Loire, le conseil régional qui supervise la vallée de la Loire. « Les touristes français l’associent depuis longtemps aux sorties scolaires qu’ils ont faites lorsqu’ils étaient écoliers, tandis que les voyageurs étrangers ont le choix entre de nombreuses autres destinations dans le pays. Nous devons mieux exprimer l’identité de la région dans son ensemble.

La pandémie, a-t-il poursuivi, ne fait que renforcer la nécessité de promouvoir la région différemment alors que les visites des sites clés de la vallée chutent de 43 % en 2020 et de 32 % en 2021 – des chiffres inquiétants pour une région où le tourisme représente 5 % du PIB local, ou environ 3 %, 4 milliards d’euros. Repenser ce que devrait être un voyage dans la vallée de la Loire pour l’avenir signifie déplacer l’accent de l’exploration d’un château de conte de fées vers une expérience plus puissante dans la nature, la nourriture et l’art, tout en continuant à célébrer le terroir unique de la région.

C’est évident dès l’un de mes premiers arrêts, au 15ème siècle Château de Rivau. Patricia Laigneau, copropriétaire, s’emploie activement à attirer un public plus large pour le château de contes et lieu de mariage recherché par le biais de la nourriture, consacrant ces dernières années aux produits cultivés et cuisinés sur place.

Ses deux potagers biologiques sont en forme de demi-lune et remplis de variétés de légumes régionales oubliées ou en voie de disparition telles que la sucrine des baies, le céleri violet et plus de 43 variétés de citrouilles colorées. Il est considéré comme conservatoire officiel des produits du Val de Loire par le Pôle BioDom’Centre, centre régional de conservation de la biodiversité locale.

Des produits faits maison, en plus d’un certain nombre d’herbes et de fleurs comestibles, sont utilisés depuis des années au café sans fioritures de Rivau. Mais maintenant, ils sont à la base du menu de Le Secret de Jardin, Nouveau restaurant gastronomique de 20 places Mme. Laigneau est situé sous une verrière et entouré de rosiers. Il a amené le chef Nicolas Gaulandeauoriginaire de la région, pour mettre en valeur les richesses locales à travers des plats allant de la citrouille servie avec des cornichons et des poivrons fumés au carré d’agneau rôti avec des légumes du jardin.

« Non seulement nos invités demandaient quelque chose de plus, mais j’ai vu dans ce restaurant l’occasion de montrer que les châteaux de la Loire peuvent être les champions de la gastronomie française », a déclaré Mme. Laigneau.

Célébrer la terre et sa nourriture est au cœur d’autres nouvelles propriétés dans la région.

En juillet 2020, Anne-Caroline Frey ouvre Loges à Vallée de la Loire sur 750 hectares de forêt privée en Touraine.

« Les choses changent très lentement ici, alors bien sûr l’idée semble folle », a déclaré l’ancien marchand d’art. Mais nous avons été complets presque instantanément.

Adepte des bienfaits thérapeutiques des arbres et fervente collectionneuse d’art moderne, Mme. Frey a développé la propriété pour offrir aux clients l’expérience d’un bain dans la jungle – ou shinrin-yoku, un rituel de bien-être japonais qui consiste à passer du temps dans la nature pour ralentir et réduire le stress. 18 cabanes dans les arbres — sur scène — disséminés dans la forêt et chacun, décoré par un artiste différent, a des baies vitrées, une terrasse privée avec jacuzzi et en l’absence de Wi-Fi, le silence tout autour. Alors que je me perchais avec un livre sur ma terrasse un après-midi, la seule chose que j’entendis fut le faible bruit d’une paire de sangliers ébouriffant les feuilles mortes.

Une attraction unique sont les promenades guidées de baignade en forêt, dirigées par un expert local de la nature. Les clients peuvent également voir les sculptures et peintures extérieures qui apparaissent dans toute la propriété (marqueurs utiles, j’ai découvert, lorsque je suis retourné à mon chalet dans une obscurité presque parfaite après le dîner); faire du vélo dans la cour ou jusqu’au village voisin d’Esvres ; nager dans une piscine entourée d’installations artistiques plus grandes que nature ; un pique-nique dans une boîte à bento dans la solitude ou un repas au restaurant – si et quand ils sont prêts à rejoindre les autres.

Le concept de cabane dans les arbres n’est pas la seule dérogation à la tradition de dormir dans un château.

« Il y a toujours beaucoup de chambres d’hôtes, mais l’offre hôtelière limitée ne fait qu’ajouter à l’image pittoresque de la région », explique Alice Tourbier, copropriétaire. Les Sources de Cheverny spa et hôtel, qui a ouvert ses portes en septembre 2020.

Le domaine, qu’elle partage avec son mari, comprend un manoir restauré du XVIIIe siècle ainsi que des dépendances couvrant 110 acres de terres agricoles, de champs et de vignes. Certaines chambres sont situées dans des maisons en pierre entourant les jardins, d’autres dans des granges aménagées. Des suites sont disponibles dans un hameau avec des cabanes en rondins surplombant le lac.

M / s. Tourbier, qui dirige également Les Sources de Caudalie, un hôtel spa de la campagne bordelaise, a déclaré qu’il espère encourager les voyageurs du Val de Loire à faire plus qu’une simple escale. Traditionnellement, l’instinct a été de courir pour voir autant de châteaux que possible, une approche étroite du voyage que j’ai adoptée dans le passé.

« Les gens veulent toujours voir le château et nous sommes proches – à 10 minutes à vélo du château de Cheverny et à 45 minutes du château de Chambord », explique Tourbier. « Mais la visite peut être prolongée et associée à la gastronomie et au bien-être également. »

Les activités sont nombreuses, du yoga et de l’équitation au kayak et aux soins de spa infusés au vin, mais Tourbier a également l’intention de transformer la propriété en une destination culinaire. Les Sources de Cheverny dispose de deux restaurants : L’aubergeun bistro rustique servant de délicieux plats traditionnels, et Le Favorile restaurant gastronomique de l’établissement, qui a obtenu sa première étoile Michelin en mars pour la cuisine moderne du chef Frédéric Calmels.

Pour ceux qui recherchent une expérience d’hébergement plus informelle, mais unique, le Château de la Haute Borde est une petite maison d’hôtes de deux ans qui sert également de résidence d’artistes.

Comme l’explique Céline Barrère, co-fondatrice et photographe, elle et les deux autres propriétaires souhaitaient créer un environnement créatif isolé où les artistes et les voyageurs pourraient interagir : Quatre des neuf chambres d’hôtes sont réservées aux artistes de la résidence, qui séjournent n’importe où d’un semaine à un mois.

« Nous le voyons comme une retraite qui réunit la nature et l’art contemporain », a déclaré Mme. Barrère.

Les visiteurs peuvent explorer la propriété de 27 hectares recouverte de chênes centenaires, s’attarder dans les sources chaudes ou participer à des ateliers de recherche de nourriture, mais ils partageront également des repas avec l’artiste sur place et admireront des œuvres d’Hiroshi Harada. . , Danh Võ et d’autres artistes. Idéalement, les amateurs d’art peuvent en trouver plus à cinq minutes en voiture sur la route à Domaine de Chaumont sur Loire, connue pour ses festivals de jardins et son centre d’art contemporain.

Mais peut-être que l’ajout le plus grandiose dans la région est celui que les habitants attendent le plus avec impatience. Fleur de Loire, le nouvel hôtel cinq étoiles du chef doublement étoilé Christophe Hay, a ouvert mi-juin à Blois. Occupant une ancienne maison de retraite du XVIIe siècle, le bâtiment surplombant la Loire abritera deux restaurants, un bar à pâtisserie, une boutique, un spa et 44 chambres et suites. Mais pour le chef, connu pour son renouveau de la cuisine aux poissons de rivière locaux, la véritable ambition est d’aller au-delà des expériences culinaires et de l’hébergement haut de gamme pour préserver le plus beau cadeau de la région : son terroir.

« Je veux que les gens voient à quel point nous pouvons grandir ici et à quel point il est important de bien cuisiner et de bien manger », a déclaré M. Hay, a ajouté que son potager de 2,5 hectares utilisant des techniques de permaculture, un système agricole autonome et une serre suffisamment grande seraient ouverts au public. « C’est une grande partie de ce qui rend la vallée de la Loire si spéciale. »

Roul Dennel

"Écrivain extrême. Passionné d'Internet. Passionné de télévision indépendant. Fan de nourriture diabolique. Introverti. Penseur hardcore. Future idole des adolescents. Expert en bacon."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.