Projet Israël et l’État druze

Israël prévoit d’établir un État druze s’étendant d’As-Suwayda au Chouf (Gala Marie/AFP)

Ce n’est un secret pour aucun adepte du conflit arabo-israélien qu’Israël a placé au cœur de sa stratégie, depuis sa fondation, sur les terres palestiniennes, le travail de division des territoires arabes, notamment la Syrie et le Liban, entre sectaires. des mini-États qui exploitent la diversité des mosaïques sectaires qui existent dans ces pays, pour légitimer son existence en tant qu’État juif d’une part, et pour préoccuper les Arabes avec des conflits sectaires entre eux, d’autre part.
Les Français ont été les premiers à tenter de tenter les Druzes pour qu’ils créent leur propre entité, et sa première tentative a été entre les mains de Napoléon Bonaparte, qui a proposé aux Druzes de créer leur propre entité s’ils coopéraient avec lui dans l’occupation d’Acre, en Mars 1799, il se rendit auprès du prince Bashir Shehabi II et il demanda un soutien moral et militaire pour combattre les bouchers et l’occupation d’Acre, mais Bashir, après avoir consulté les dirigeants druzes sur cette question lors d’une réunion tenue sur la tombe du prince Sayyid Abdullah Al-Tanukhi, dans la ville libanaise d’Ibayh, a refusé sa demande et a plutôt choisi d’être neutre dans ce conflit.

Les Français ont été les premiers à tenter de tenter les Druzes à établir leur propre entité, et la première tentative a été celle de Napoléon Bonaparte, qui a proposé aux Druzes d’établir leur propre entité s’ils coopéraient avec lui dans l’occupation d’Acre.

La deuxième tentative eut lieu après la bataille de Maysaloun en juillet 1920 et l’occupation française de la Syrie. La France a divisé la Syrie en États sectaires, dont l’État druze, le 1er mai 1921, mais les Druzes se sont rapidement soulevés contre la division, de sorte que la première révolution du sultan Pacha al-Atrash a eu lieu en 1922 contre les Français, puis la Grande Révolution de la révolution syrienne en 1922. 1925, lorsque le drapeau a été abaissé.L’État sectaire et le hissage du drapeau syrien, ont déclaré leur refus de la division, faisant ainsi échouer le projet français de diviser la Syrie, et le sultan Pacha al-Atrash a mené la lutte de tous les Syriens, quelle que soit leur appartenance confessionnelle, contre les envahisseurs français pour obtenir l’indépendance de l’État syrien.

La politique d’Israël envers les Druzes

Yoav Orcad, dans son étude sur « Les minorités arabes en Israël et le service obligatoire dans l’armée », cite des extraits importants du protocole de la session tenue le 10/10/1952 pour la direction de l’armée israélienne, telle qu’elle s’est déroulée dans le contexte des discussions des dirigeants de l’armée sur les avantages de l’application obligatoire. Druzes syriens dans le but de saper et de déstabiliser le régime en Syrie. L’idée a également émergé qu’Israël promettrait aux Druzes d’établir leur autonomie dans la région de Jabal al-Sheikh. dans le cadre de l’État d’Israël.
Après la défaite de juin 1967 et l’occupation du Golan, Israël a commencé à essayer activement de mettre en œuvre cette politique et de la traduire sur le terrain, profitant de la détérioration de la situation arabe après la guerre, surtout après avoir réussi à expulser la majorité de ses population. Golan de chez eux, ce qui a ouvert la voie à l’idée d’un État druze, qui a été mise en avant immédiatement après l’occupation. Là où les détails du projet d’Israël d’établir un État druze sont mentionnés dans de nombreuses sources arabes et israéliennes, dont les plus importantes sont le livre de Muhammad Khaled Katma, l’histoire des États maronite et druze, le livre de Ghaleb Abu Musleh, Druze sous l’occupation israélienne, Salih Zahr al-Din , l’histoire des musulmans druzes unitariens et est également mentionné par plusieurs spécialistes israéliens concernés par les affaires syriennes et libanaises, tels que Moshe Maoz, Eyal Zisser et Shimon Avivi, et ils discutent de la correspondance entre Yigal Allon et Levi Eshkol , Premier ministre pendant la guerre de juin 1967, sur le projet de création d’une entité spéciale pour les Druzes, sur fond d’occupation du Golan.

L’idée d’Israël présente aux Druzes la promesse de leur établir une autonomie dans la région de Jabal al-Sheikh dans le cadre de l’État d’Israël

Ce projet est détaillé dans les sources précédentes comme suit : Yigal Allon, le propriétaire du projet, hésita fin 1967, fut conduit par les services de sécurité israéliens, au Golan, pour tenir une réunion avec les dirigeants de la région, et leurs paroles ) à savoir Israël qui est clair et sans équivoque (soit en acceptant le stratagème, soit en transférant). Les dirigeants du Golan ont choisi de feindre l’acceptation pour empêcher l’expulsion. Mais ils insistent implicitement pour contrecarrer ce schéma. L’ancien député syrien Kamal Kanj Abu Saleh (il fut le premier député syrien après l’indépendance) a été choisi en raison de son expérience politique pour mener à bien cette tâche difficile.
Kamal King a suggéré aux Israéliens le nom de Kamal Abu Latif en raison de sa croyance totale en son patriotisme, pour nouer des relations entre lui et les dirigeants druzes de Syrie et du Liban. Puis il s’est rendu en Italie accompagné d’un officier du renseignement israélien nommé « Yacoub » (un pseudonyme et s’est identifié comme un colonel de la sécurité israélienne), et de là, il a convoqué Kamal Abu Latif, un citoyen libanais et ancien officier de l’armée syrienne. Il l’a accepté seul après avoir assuré à Jacob qu’il ouvrirait la voie à l’acceptation du plan. Kamal Kanj a parlé à Kamal Abu Latif des détails, qu’il a appris de Jacob, et ils ont convenu ensemble de contrecarrer ce plan dangereux, et de mettre les Arabes dans les détails, mais ils ont fait semblant devant Jacob de l’accepter pour finir le reste du travailler. détails sur cette parcelle. En effet, Kamal Abu Latif, après que lui et Kamal King aient pu extraire des détails importants du stratagème, sont retournés au Liban et ont informé Kamal Joumblatt et Shawkat Shukair (ancien chef d’état-major de l’armée syrienne) des détails, et Kamal Joumblatt, à son tour, a déclaré le président Gamal Abdel Nasser. Kamal Abu Latif s’est rendu à Damas pour informer Abd al-Karim al-Jundi, alors chef de la Division du renseignement, du plan, avec les détails suivants :
Israël a lancé une attaque sur le sud de la Syrie pour atteindre les montagnes druzes, et en retour a lancé une attaque depuis le sud du Liban pour atteindre les montagnes du Chouf sous prétexte d’une présence palestinienne, puis a annoncé la création d’un État druze s’étendant géographiquement du sud de la Syrie à travers le Golan aux montagnes du Chouf, et sa capitale était Suwayda en Syrie, qui reconnaîtra Israël et l’Amérique. Un montant initial de 30 millions de dollars a été alloué à cette fin. Israël déplacera plus tard la Galilée et le Carmel Druze vers le Golan, désormais inhabité. Ainsi, Israël éloigna les Druzes à l’intérieur de 48 frontières et contrôla leurs villages.En retour, une ceinture druze soutenue par Israël se forma, formant une barrière entre elle et la partie arabe.
Feu le président Gamal Abdel Nasser a informé les autorités irakiennes et jordaniennes des informations dont il disposait, puis il a été annoncé que le Front de l’Est était formé de trois États arabes : la Syrie, l’Irak et la Jordanie, et que sa direction était confiée à un haut responsable égyptien. . officier. de face.
Ici, les dirigeants israéliens sont au courant de la divulgation de ses plans, alors Kamal Kanj est appelé pour enquêter, mais il le nie. J’ai commencé à le remarquer, car il avait été convoqué en Syrie plus d’une fois, pour les inclure dans d’autres détails importants. Lors de la dernière visite qu’il a voulu faire à Damas, accompagné d’un commando syrien, qui est arrivé secrètement chez lui pour l’accompagner, sa maison a été fermée et lui et le commando ont été arrêtés le 8 octobre 1970, et il a été jugé . devant un tribunal militaire de Quneitra, et il a été condamné à 208 ans de prison. Quant à Kamal Abu Latif, il a été assassiné en 1985 dans sa ville natale d’Aiha par des Israéliens.

Revivez le projet

Avec le début de la révolution en Syrie, à savoir après mars 2011, on constate que les activités militaires d’Israël se sont intensifiées sous prétexte de protéger sa sécurité dans la région du Golan, surtout après que la situation dans l’arène syrienne s’est aggravée et que la révolution s’est retournée . avec le temps, c’est devenu une guerre sanglante entre les belligérants.Le régime a accepté ce qu’on a appelé le projet de la « Syrie professionnelle », et a ainsi ouvert la porte au problème de la partition.

Étude (2016) : La faiblesse des forces du régime syrien et la perte de contrôle sur le Golan pourraient changer la position des Druzes sur Israël et les transformer en candidats plus naturels que les Kurdes pour coopérer avec lui

En 2016, une étude a été publiée par l’Institut de recherche sur la sécurité nationale de l’Université de Tel Aviv, menée par les chercheurs : Udi Dekel, Nir Poms et Ofir Venter, avec le titre : « Les décideurs israéliens devraient coopérer avec des acteurs positifs en Syrie. opposition. » Les chercheurs ont demandé aux décideurs israéliens de remplacer les politiques de Standingside par la construction de relations avec des « acteurs positifs » parmi les organisations actives en Syrie, l’étude considère que les minorités et sectes syriennes, Kurdes, Druzes, Chrétiens et Ismailis, font partie des « acteurs positifs » qu’Israël peut affronter.
En ce qui concerne les Druzes en Syrie, l’étude considère qu’il y a trois facteurs qui peuvent changer la position des Druzes sur Israël et les transformer en candidats naturels, plus que les Kurdes, pour travailler avec lui :
Le premier facteur est la faiblesse des forces du régime syrien et la crainte qu’Assad ne tombe. Cela conduira, selon les recherches, à des voix parmi les Druzes appelant à un réexamen des alliances avec le régime.
Le deuxième facteur est la proximité d’un certain nombre de villages druzes en Syrie avec les hauteurs occupées du Golan. Cela a incité l’ouverture de canaux de communication entre les deux parties pour se préparer à la possibilité que le régime d’Assad perde le contrôle du Golan (inoccupé).
Le troisième facteur est les efforts des Druzes en Israël pour s’ingérer dans les affaires druzes en Syrie, en collectant une aide financière et en nature pour eux.

Dans une déclaration remarquable, l’ancien commandant de l’armée de l’air israélienne, Amir Eshel, lors d’une réunion avec d’éminents druzes en Galilée en septembre 2014, a déclaré que « l’alliance d’Israël avec les druzes ne s’arrête pas aux frontières du pays », et l’ancien ministre de la Défense Moshe Ya ‘Alon a expliqué lors d’une réunion avec des journalistes, en juin 2015, déclarant qu’Israël devait continuer à fournir des soins médicaux et une assistance humanitaire aux forces de l’opposition syrienne, en particulier à «l’armée syrienne libre», que les organisations djihadistes retiennent. de s’approcher de la bande frontalière du Golan et d’attaquer des villages druzes syriens.
De cela, nous pouvons conclure que ce projet est toujours dans l’esprit des dirigeants israéliens et attend le bon moment pour le relancer. Mais je crois fermement que les Druzes de Syrie et du Liban, qui constituent la majorité des Druzes de la région arabe, ne laisseront pas passer ce projet.Le livre de Jamil Alwani, People’s Struggle and Records of Immortality, 2339 martyrs during the Great Syrian Revolution dirigé par le sultan Pacha al-Atrash, qui représentait 56,4% du total des martyrs syriens pendant la révolution, soit 4 145 martyrs, bien qu’ils ne représentaient pas plus de 3% de la population syrienne.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.