Procès de Paris pour l’accident d’avion de 2009 qui a tué 152 personnes, 1 vivante

PARIS (AP) – Le seul survivant de l’accident d’avion de 2009 qui a tué 152 autres personnes devrait assister au procès de la première compagnie aérienne du Yémen qui s’ouvre lundi à Paris.

A 12 ans, Bahia Bakari s’est accrochée aux débris flottants d’un avion pendant 11 heures dans l’océan Indien avant d’être secourue. Il a appelé cela un « miracle ». Aujourd’hui âgé de 25 ans, il a récemment confié à France 3 qu’il assisterait au procès avec « peur » et « soulagement ».

Un tribunal est nécessaire pour « enfin découvrir la vérité », a déclaré Bakari, qui a perdu sa mère dans l’accident.

La société, Yamania, a été accusée de « meurtre et blessures accidentelles » dans cette affaire. Il a nié toute responsabilité.

Un vol Yémen 2009 est parti de Paris avant de prendre d’autres passagers dans la ville de Marseille, dans le sud de la France. Il a fait escale à Sanaa, au Yémen, où 142 passagers et 11 membres d’équipage ont embarqué dans un autre avion pour continuer vers Moroni, la capitale des Comores. Lors d’un atterrissage par vent fort, un Airbus A310 vieillissant s’est écrasé à environ 15 kilomètres (9 miles) au large des Comores le 30 juin 2009.

Le Yémen est jugé à Paris pour les blessures de Bakari et la mort de 65 citoyens français. L’entreprise encourt des amendes pouvant aller jusqu’à 225 000 euros (237 000 $). Il y a 560 plaignants dans cette affaire.

La plupart des passagers à bord étaient originaires des Comores.

En 2015, la société a été condamnée au civil par deux tribunaux français à verser plus de 30 millions d’euros (31,6 millions de dollars) aux familles des victimes, qui déploraient la lenteur des procédures entre la France et les Comores, une ancienne colonie indépendante. en 1975.

En 2018, un accord secret a été signé entre le Yémen et 835 bénéficiaires, qui ont dû attendre encore quelques années pour être indemnisés.

Bakari a déclaré que l’accident était choquant.

« On nous a dit que nous allions atterrir et il y a eu un tremblement dans l’avion », a déclaré Bakari à France 3 à l’occasion du 10e anniversaire du drame. « Personne ne semblait concerné. Avant l’accident, ma mère m’a juste dit : ‘Est-ce que tu attaches ta ceinture de sécurité ?’ »

L’avion s’écrase alors en mer.

« Je me suis réveillé dans l’eau. Sombre. Il y avait des pleurs, des gens criant à l’aide, des pleurs. J’ai aussi demandé de l’aide », se souvient Bakari.

Après avoir étudié la boîte noire de l’avion, les enquêteurs aéronautiques français du BEA (Bureau d’enquêtes et d’analyses) ont découvert qu’une erreur du pilote était à l’origine du crash. Ils ont déclaré que « l’accident ne s’expliquait pas par des problèmes techniques ou une explosion ».

L’agence a écrit que « l’accident était dû à des actions inappropriées de l’équipage sur les commandes de vol, qui ont entraîné l’écrasement de l’avion ».

Les enquêteurs ont noté que « plusieurs autres facteurs ont également contribué à l’accident », notamment des conditions venteuses à l’aéroport « et un manque de formation ou d’information de la part de l’équipage avant d’effectuer le vol vers Moroni », un aéroport classé comme ayant des conditions d’atterrissage difficiles.

Cependant, la tragédie n’a pas empêché Bakari de voler à nouveau « quelques fois ».

« Je me suis dit qu’il était peu probable que cela m’arrive une deuxième fois », a-t-il déclaré à France 3.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.