Pourquoi le nouveau plan de paix israélo-palestinien mérite-t-il l’attention ?

Gershom Kornberg – (The Washington Post) 03/07/2022
Traduction : Aladdin Abu Zina

Si tous les plans sur la façon de séparer les Israéliens et les Palestiniens ou de partager pacifiquement leur patrie avaient été imprimés et mis sur les étagères, ils inonderaient la vaste bibliothèque d’Alexandrie. Cependant, ce dernier plan mérite l’attention, et pas seulement pour ce qui est dit explicitement.
Alors que le monde regarde la guerre se dérouler en Ukraine, il convient de se souvenir de ceux qui travaillent constamment pour la paix ailleurs. Le « Plan pour la Confédération de la Terre Sainte » vient de Heba al-Husseini, ancien conseiller juridique des négociateurs palestiniens ; Yossi Beilin, l’un des architectes israéliens du processus d’Oslo ; et d’autres équipes d’experts palestiniens et israéliens.
Le mot-clé dans le titre est « Confédération ». Peut-être la proposition la plus importante dans le document de 100 pages, et aussi la plus controversée, est la proposition de permettre aux colons israéliens en Cisjordanie de rester dans un État palestinien. Cela vise à supprimer ce qui est généralement considéré comme un obstacle majeur à un accord à deux États. Ce serait le cas, mais pas pour les raisons énoncées dans la proposition.
Une confédération d’Israël et de Palestine, affirment les auteurs, « ne remplace pas deux États souverains ». C’est un moyen de mettre en œuvre un accord à deux États sans créer de division nette, car la pensée « nous sommes ici et vous êtes là-bas, avec la grande muraille entre nous » est toujours valable aujourd’hui, en particulier parmi les partisans d’Israël des deux pays. . .
Les partenaires de cette confédération seront indépendants. Et ils sont libres de le quitter s’ils le souhaitent, tout comme la Grande-Bretagne a quitté l’Union européenne. Mais ils ont accepté de renoncer à une certaine indépendance au profit de la coopération. La superficie totale des terres entre la Jordanie et la Méditerranée est inférieure à celle de la Belgique. Et les économies de ce qui deviendrait deux pays sont étroitement liées. Les déchets déversés d’un côté qui deviendront une future frontière iront de l’autre, et la grippe aviaire dans le poulailler d’un côté risque de se propager de l’autre. Il est logique d’avoir une agence conjointe pour s’occuper de ces questions.
Sur le plan psychologique, ce qui était au cœur du plan confédéré, c’étaient l’ouverture des frontières et la liberté de mouvement. Pour qu’Israël et la Palestine jouissent de l’autodétermination, deux États sont nécessaires. Cependant, comme le dit le mouvement pro-confédéré Two Nations, One Home, « les deux peuples considèrent leur patrie » comme toute terre entre mer et rivière.
J’ai entendu à plusieurs reprises des Palestiniens se plaindre que le système actuel de clôtures, de points de contrôle et de permis n’est pas lourd et humiliant uniquement pour ceux qui entrent en Israël ; Cela empêche également les autres de visiter une grande partie de la Palestine historique. Le simple fait de voir la plage de Jaffa est un rêve pour eux. L’existence d’une frontière solide entre les deux pays menace de perpétuer cet exil. Pour certains Israéliens, au moins, la perspective que des lieux importants de l’histoire juive deviennent interdits est une malédiction. Par conséquent, la liberté de circulation entre les deux pays sera la réponse.
Cependant, l’obstacle politique et psychologique le plus fréquemment cité à un accord à deux États est le nombre croissant de colons israéliens. La réponse d’al-Husseini, de Beilin et de leurs collègues a été de laisser les colons rester où ils voulaient, s’ils le voulaient, en tant que résidents permanents de Palestine.
Ils ont raison de dire que cela peut résoudre le problème des expulsions, mais pas pour les raisons énoncées dans le texte. Dans ce scénario, il est probable que très peu de colons resteront en Palestine. Lorsqu’ils penseront qu’ils deviendront membres d’une minorité dans un pays arabe, ils voudront retourner dans un État juif. Ils peuvent hésiter jusqu’à ce que leurs voisins partent. Mais ensuite, ils veulent aussi aller – vendre leur maison aux Palestiniens ou peut-être au gouvernement israélien ou palestinien, qui allouera leur maison ou leur appartement aux réfugiés palestiniens.
Israël absorbera les rapatriés, tout comme il a absorbé davantage d’immigrants juifs de l’ex-Union soviétique. Contrairement aux anciens immigrés soviétiques, ils connaissaient déjà l’hébreu. Beaucoup d’entre eux, et probablement la plupart d’entre eux, ont également des emplois qu’ils occupent déjà en Israël.
La Cisjordanie, comme je l’ai mentionné plus tôt, est une colonie israélienne. Les colonisateurs retourneraient dans leur patrie, tout comme les colons de l’Algérie vers la France ou les Portugais des colonies africaines retourneraient au Portugal. Cela peut conduire à des crises sociales, comme cela s’est produit en France et au Portugal, mais la République durera.
Mais la grande différence dans ce cas, cependant, est que l’Algérie n’est pas à la frontière française, et personne en Algérie ne considère la France comme faisant partie de son pays. La principale crainte de la plupart des Israéliens, pourrais-je dire, n’est pas le retour des colons mais ce qui se passera ensuite. Il semble que dans mille variantes j’ai entendu parler du retrait de Gaza en 2005 : « Nous avons évacué les colonies, puis nous avons tiré des roquettes sur nous.
La proposition de Confédération des Terres Saintes contient un chapitre sur les dispositions de sécurité, mais omet des points qui auraient pu être évidents pour l’auteur. Pour qu’un accord à deux États fonctionne, Israël et la Palestine doivent répondre à la définition classique d’un État : ils doivent chacun avoir un « monopole sur l’utilisation légale de la force physique » sur leur territoire.
Israël doit désarmer et freiner les colons extrémistes et leurs partisans qui pourraient saper l’accord. La Palestine doit mettre fin à l’existence des factions politiques armées et désarmer son peuple afin que la lutte violente pour le reste de la terre prenne fin. Si ces conditions sont remplies, les résultats des deux pays peuvent être politiquement attrayants, et une fédération entre eux peut être le meilleur moyen pour les deux pays d’atteindre la prospérité.
* Gershom Gorenberg : historien et journaliste israélien. Son dernier livre est The War of Shadows: Code Breakers, Spies, and the Secret Struggle to Expel the Nazis from the Middle East. Il est journaliste principal pour The American Prospect, The Atlantic Monthly et The New York Times Magazine, entre autres.
*Cet article a été publié sous le titre : Pourquoi le nouveau plan de paix israélo-palestinien mérite l’attention
Heba Al-Hussaini : associée directrice du cabinet d’avocats Al-Hussaini & Al-Hussaini. Avant de retourner en Palestine en 1994, il a travaillé comme avocat à Washington, DC. Il préside le comité juridique des négociations sur le statut final entre les Palestiniens et Israël. Il travaille comme conseiller juridique pour les négociations du processus de paix depuis 1994. Il est membre de plusieurs groupes de travail locaux, régionaux et internationaux concernés par le processus de paix, en particulier les relations commerciales et économiques et le statut de Jérusalem. Mme Al-Husseini a participé à diverses réunions visant à mobiliser des esprits novateurs sur les questions difficiles et complexes liées au processus de paix.
Il siège au conseil d’administration de plusieurs organismes éducatifs, professionnels, culturels, commerciaux et à but non lucratif. Il est membre du comité international de l’association du barreau palestinien. Il a été vice-président de la Bourse de Palestine de 1998 à 2005. Il est membre fondateur de la Future Foundation, une organisation non partisane qui vise à promouvoir le développement économique et l’état de droit en Palestine.
Il donne des conférences en Palestine et à l’étranger et participe à un grand nombre de conférences locales et internationales sur le processus de paix et les professionnels. Il a beaucoup écrit sur le processus de paix, le droit des affaires, l’État de droit et le développement économique.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.