Pourquoi l’Afrique de l’Ouest a-t-elle connu tant de coups d’État et comment en empêcher davantage ?

Afrique de l’Ouest la plus récente coup réussi, au Burkina Faso le 24 janvier 2022, a ravivé l’inquiétude face à un coup d’État « de retour » et à une démocratie « mourante » en Afrique. récemment test en Guinée-Bissau se remémorent également les premières décennies après l’indépendance, lorsque les coups d’État sévissaient.

En 2012, c’est arrivé plus de 200 coups et tentatives de coups d’Etat en Afrique depuis leurs différentes périodes d’indépendance. Il y a eu une tentative de coup d’état tous les 55 jours dans les années 1960 et 1970, et plus de 90 % des pays africains ont connu des coups d’État.

Après la guerre froide, des programmes de démocratie néolibérale ont été inaugurés en Afrique. Il promet de libérer le continent de l’autoritarisme et des luttes de pouvoir militaires, soutient le pluralisme politique et l’État de droit. Ainsi, des décennies plus tard, les coups d’État devraient être rares, voire appartenir au passé, et les dictatures devraient être en déclin.

Comme l’un de nous qui se disputait dernier article, pour que ce soit un « retour » des coups d’État, les démocraties en Afrique doivent faire un pas en avant – suffisant pour empêcher ou atténuer les coups d’État. Dire que les démocraties africaines meurent, c’est accepter qu’elles sont encore vivantes.

Quoi qu’il en soit, un coup d’État est rarement la solution à la mauvaise gouvernance. La tendance doit être stoppée net. Cependant, il invite également à une réévaluation du projet de démocratie néolibérale en Afrique.

Notre étude de l’histoire politique de la région montre que la démocratie dans la région a tendance à être superficielle. Malgré certains avantages, la démocratie est encore largement cosmétique et les conditions qui ont conduit au coup d’État persistent.

Le récent coup d’État en Afrique de l’Ouest

Un regard sur l’histoire des coups d’État en Afrique de l’Ouest révèle plusieurs thèmes récurrents comme cause. Il montre à quel point un coup d’État est probable et ce qui doit changer pour l’empêcher.

Au cours de chaque décennie entre 1958 et 2008, selon un chercheur, l’Afrique de l’Ouest avait nombre le plus élevé coups d’État sur le continent, représentant 44,4%. Depuis 2010, il y a eu plus de 40 coups d’État et tentatives de coup d’État en Afrique ; environ 20 se produisent en Afrique de l’Ouest et au Sahel (y compris le Tchad). Depuis 2019, il y en a eu 7 (cinq réussies et deux échouées).

Entre 1958 et 2008, la plupart des coups d’État ont eu lieu en Afrique apparaître dans l’ancienne colonie française, comme cela a été le cas pour six sur 7 depuis 2019. De même, 12 des 20 coups d’État dans la sous-région depuis 2010 y ont eu lieu. Le dernier putsch réussi du Burkina Faso est survenu après deux tentatives, à 2015 et 2016.

Nous pouvons catégoriser les causes du coup d’État en Afrique de l’Ouest en facteurs qui regardent vers l’intérieur et facteurs qui regardent vers l’extérieur. À l’intérieur se trouvent ceux qui viennent des défis de la gouvernance nationale. Les sorties sont des questions de dynamique mondiale ayant un impact significatif sur la gouvernance et la sécurité sur le continent.

Les déficits gouvernementaux, le non-respect des droits de citoyenneté, les masses frustrées (dont la plupart sont des jeunes) et l’insécurité croissante sont parmi les principaux coupables qui regardent à l’intérieur. Facteurs internationaux, y compris les influences externes, y compris celles qui sont tournées vers l’extérieur.

Cependant, ces facteurs directs existent dans un contexte plus large qui permet aux causes directes de persister assez longtemps pour déclencher le coup d’État. L’état peu impressionnant de la démocratie dans les pays, et la constance de l’influence étrangère dans les pays africains, ne laissent pas surprendre qu’il y ait eu des tentatives militaires récentes et réussies pour prendre le contrôle des gouvernements.

Regard sur la démocratie et la gouvernance

Malgré les réalisations modestes de la démocratie, une image plus précise de la démocratie en Afrique de l’Ouest est qu’elle est superficielle. Des élections ont lieu périodiquement mais sans les éléments démocratiques essentiels tels que la participation active et éclairée, le respect de l’État de droit, l’indépendance judiciaire et les libertés civiles.

UNE sondage à partir des intentions de vote dans 16 pays africains, il a été constaté que, dans les pays avec peu de partis dominants, les électeurs préfèrent un parti particulier non pas parce qu’ils soutiennent les politiques du parti, mais parce que les électeurs craignent d’être « punis » par les élus après l’élection.

Autre étudier trouver une tendance dans laquelle le pouvoir politique est hérité plutôt que démocratiquement contesté. Et des personnes sont nommées qui sont responsables devant de puissants dirigeants politiques. Il n’y a que quelques exemples de gouvernements démocratiques libéraux émergents.

A travers le continent, plusieurs présidents en exercice ont corrompu termes constitutionnels rester au pouvoir beaucoup plus longtemps, en seulement une décennie. Beaucoup d’autres ont essayé, mais ont échoué, de le faire.

Regarder à l’extérieur les influences extérieures

L’influence étrangère et la rivalité stratégique rendent les coups d’État plus probables. Au cours des quatre premières décennies d’indépendance, un coup d’État a été mené contre la politique de la guerre froide lorsque deux puissances mondiales, l’Union soviétique (aujourd’hui la Russie) et les États-Unis d’Amérique se sont affrontées sur le continent.

Comme les coups d’État de la période post-indépendance, les récents coups d’État en Afrique de l’Ouest ont également des empreintes étrangères. Par example, Russie cité dans les coups d’État de 2021 et 2020 au Mali, ainsi que plus récemment au Burkina Faso.

Assimi Goïta, le chef du deuxième coup d’État au Mali, aurait également reçu Formation américaine et aide. L’influence de la France dans les évolutions politiques de la sous-région est quasiment acquise, du fait de ses liens coloniaux avec l’Afrique de l’Ouest.

Le coup d’État secret de Mahamat Déby au Tchad, par exemple, a été accepté Support de Paris. La Chine s’est également jointe à la Russie pour empêcher la France, qui a le soutien des États-Unis et de l’Union européenne, du Conseil de sécurité de l’ONU de soutenir une décision d’imposer des sanctions économiques et frontalières au Mali. En effet, alors que la Chine critiqué putsch en Guinée, ça s’est calmé au Mali.

Ainsi, au 21e siècle aussi, la recherche d’influence et d’avantage stratégique des puissances étrangères en Afrique les a impliquées dans des coups d’État sur le continent. Ils tolèrent la politique locale et l’autoritarisme tant que leur avantage stratégique est servi.

Tout droit

Les conditions dans lesquelles le coup d’État a eu lieu étaient dynamiques. Pour empêcher de futurs coups d’État et répondre aux coups d’État actuels, il doit y avoir un changement radical de cap. Les pays, avec l’aide de partenaires régionaux et mondiaux, doivent remédier aux déficits de gouvernance sous la forme de non-respect des droits de citoyenneté, de frustration socio-économique et d’insécurité croissante.

Les organismes régionaux tels que la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest et l’Union africaine doivent également faire preuve de fermeté et d’impartialité en faisant preuve de mépris pour toutes sortes de coups d’État. La voie internationale pour punir le coup d’État doit être soutenue par les puissances mondiales. Les organes intergouvernementaux mondiaux doivent examiner conjointement – ​​et les organisations régionales africaines doivent lutter contre – l’ingérence étrangère dans les pays africains qui conduit à l’instabilité politique.

La démocratisation en Afrique nécessite également une réorientation en fonction des circonstances locales.

Enfin, une réponse plus durable au coup d’État serait d’éliminer les conditions socio-économiques et politiques défavorables dans la politique nationale et internationale qui permettent aux causes directes de l’instabilité politique de se cacher derrière le masque de la démocratie.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.