Pourquoi la politique française est-elle dans un état de flux

Il reste plus d’un mois avant les élections législatives françaises et le paysage politique du pays est en pleine mutation.

Les quatre principaux partis de gauche se sont unis dans une union historique, tandis qu’Emmanuel Macron, nouvellement réélu, a unifié sa propre coalition et rebaptisé son parti.

La République en marche (LREM) l’a bien servi, mais renaît aujourd’hui sous le nom de « Renaissance ».

C’est un signe de sable mouvant. L’Union de la gauche est soudainement devenue un acteur majeur de l’élection de juin et pourrait signifier un rééquilibrage des pouvoirs au parlement.

« On commence à voir des choses incroyables », a déclaré Vincent Tiberj, politologue à Sciences Po Bordeaux. à franceinfo.

« C’est inhabituel de voir la gauche si haut au début des élections législatives. Peut-être que quelqu’un joue. »

Lors de l’élection présidentielle d’avril, on n’a parlé que de la montée de l’extrême droite. Marine Le Pen (Rassemblement national) s’est qualifiée pour le second tour où elle a obtenu 41,46% des suffrages, un exploit qu’elle a qualifié de « victoire éclatante ».

Lire la suite : Que disent les bons résultats électoraux de Le Pen sur la France ?

La poussière venait juste de s’atténuer après cela lorsque l’attention s’est tournée vers les élections législatives de juin, souvent appelées le « troisième tour » de l’élection présidentielle, lorsque les 577 députés du pays ont été élus.

La majorité du parti du président au parlement leur permet de pousser davantage leurs politiques, c’est donc un vote important pour Macron – il a pu former une majorité lors de son premier mandat en tant que président.

Mais au lieu de la droite, l’attention s’est déplacée vers une nouvelle union du parti de gauche qui menace de gagner sous l’initiative de Jean-Luc Mélenchon, qui a terminé troisième à l’élection présidentielle et raté la deuxième. complété par seulement 420 000 voix.

Mélenchon veut être le prochain Premier ministre du pays à s’opposer à Macron. Pour ce faire, il a besoin que son syndicat de gauche gagne de manière si convaincante aux législatives que Macron soit presque obligé de le nommer à la tête de son gouvernement, en tant que meilleur représentant des législateurs.

Au final cela reste le choix du président qui est nommé chef du gouvernement mais historiquement les résultats législatifs ont souvent guidé les décisions. Et il n’est pas impossible pour le syndicat Mélenchon de remporter cette victoire.

Lire la suite : Comment Mélenchon est-il devenu premier ministre de la France et comment ça marche ?

La nouvelle gauche unie

Le parti Mélenchon La France Insoumise (LFI) a conclu hier soir (5 mai), après de longues discussions, une alliance avec le Parti socialiste français (PS), autrefois grand mais aujourd’hui déchu.

Des gens comme François Mitterrand et François Hollande ont autrefois dirigé la France sous la bannière du PS, mais lors de l’élection présidentielle du mois dernier, la candidate Anne Hidalgo a obtenu un peu plus de 2 % des voix.

Mais cela ne réduit pas l’ampleur de cette nouvelle union politique.

« C’est un moment historique », a déclaré Pierre Jouvet, porte-parole du PS.

« Je suis soulagé, ce que nous construisons est un grand espoir pour le pays. Les Français désespèrent de cette division [between our parties]. »

Cela signifie que les quatre principaux partis de gauche français sont désormais unis après qu’un accord similaire a été conclu ces dernières semaines entre LFI et les Verts français – Europe Ecologie-Les Verts (EELV) – et le Parti communiste français (PCF) d’extrême gauche. . .

Les quatre partis seraient collectivement connus sous le nom de Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes).

Et ils ont de réelles chances d’obtenir la majorité aux élections législatives, qui se déroulent sur deux tours les 12 et 19 juin.

Il y a 577 sièges à gagner, le pays étant divisé en un nombre égal de circonscriptions électorales, appelées restriction en France.

Parmi ces sièges, 555 pour la France métropolitaine et 22 pour les DOM-TOM.

Service d’information de Franceinfo Berita a fait une prédiction sur la façon dont le vote pourrait se dérouler, sur la base des résultats de l’élection présidentielle de cette année et en utilisant les taux de participation lors de la dernière législature en 2017.

Cela montre que les candidats Nupes peuvent se qualifier pour le second tour de la législature dans 471 pays restriction. C’est plus que n’importe quel autre parti.

La renaissance nouvellement inaugurée de Macron devrait se qualifier pour le second tour dans 448 circonscriptions, tandis que le Rassemblement national de Le Pen ne devrait se qualifier que dans 296.

Les données montrent que le parti d’extrême droite de l’ancien candidat à la présidentielle Eric Zemmour, qui a terminé quatrième à l’élection présidentielle et a secoué la politique française au début de la campagne, est en passe de se qualifier pour le second tour dans une seule circonscription. : 14 Paris restriction.

Les Républicains de droite, qui comme le PS ont connu une chute majeure ces derniers temps, ne devraient également figurer que dans la seconde moitié d’un district, le territoire d’outre-mer de Wallis-et-Futuna.

Cela montre à quel point la nouvelle coalition de gauche est puissante.

En effet, selon franceinfo, LFI ne sera à lui seul que favori pour se qualifier pour le second tour sur 261 circonscriptions, soit plus de 200 de moins que sous le syndicat Nupes.

L’accord conclu entre les partis Nupes signifie que les candidats d’EELV se présenteront dans 100 circonscriptions, les candidats du PCF dans 50, tandis que les candidats du PS se présenteront dans 70. Le reste, LFI représentera les syndicats.

Nupes obtenir des candidats au second tour de scrutin à la législature n’est que la première étape.

La question suivante est de savoir qui les électeurs choisiront ou, comme le dit Tiberj, à qui les électeurs s’opposeront le plus.

« L’électorat ouvrier de Le Pen pourrait en fait être attiré par un candidat de la Gauche unie. D’un autre côté, si plus d’électeurs de la classe moyenne de Le Pen étaient anti-immigration et anti-impôts, ils pourraient voter pour Emmanuel Macron », a-t-il déclaré.

Un autre facteur clé est le taux d’abstention élevé. Habituellement, la législature a un taux de participation beaucoup plus faible que l’élection présidentielle.

Mais dans la prédiction de franceinfo, le candidat du Nupes devrait s’imposer dans 261 circonscriptions.

C’est juste un peu la majorité absolue, avec 289 députés nécessaires pour cela. Si un parti a la majorité absolue, il peut voter sur n’importe quel texte au parlement sans être contesté, tant que tous ses députés restent unis.

Les prévisions montrent que le parti de Macron gagne dans 155 circonscriptions et Le Pen gagne dans 161.

A noter que cette prédiction a été faite avant que La République en Marche ne change de nom et ne lance sa propre coalition.

Changement de marque Macron

Macron a fondé son propre parti politique en 2016 appelé « En Marche » – basé sur ses propres initiales, EM – pour se présenter à l’élection présidentielle de 2017.

Il a tenté de se qualifier politiquement de ni de droite ni de gauche, en utilisant un logo qu’il a lui-même dessiné à la main et en ne s’associant à aucune couleur, comme le font souvent les partis.

Cela a fonctionné et il l’a emporté avec 66,1 % des voix au second tour.

Il change ensuite le nom de son parti en La République en marche (LREM) pour concourir aux élections législatives. Ils s’y sont également bien comportés, remportant la majorité absolue avec 308 sièges.

Maintenant, comme il y a cinq ans, il a décidé de changer de nom mais les prédictions ne sont pas les mêmes.

Le parti sera désormais connu sous le nom de Renaissance, un nom que Macron a également utilisé pour les élections européennes de 2019.

Stanislas Guerini, directeur général du parti, a déclaré que le nom devait montrer que le parti « ferait toujours des choix éclairés contre l’obscurantisme ».

[Obscurantism is the practice of “deliberately preventing the facts or full details of something from becoming known”.]

Le nouveau nom s’accompagne également d’une nouvelle coalition de partis pro-Macron.

Renaissance rejoindra Horizons, le parti de l’ancien Premier ministre Edouard Philippe, et le Mouvement démocratique de centre-droit (MoDem) sous la bannière « Ensemble » (qui signifie « ensemble »).

La Coalition ne présentera qu’un seul candidat dans chacune des 577 circonscriptions, avec Renaissance à environ 400, Horizons à 58 et MoDem entre 101 et 110.

Christophe Sente, politologue et membre du think-tank Fondation Jean-Jaur, a déclaré : Lien en avril que Macron pourrait vouloir créer un nouveau parti ou une nouvelle coalition pour tenter de constituer une base électorale locale solide.

Il a dit que sinon cela pourrait avoir pour résultat que son parti aurait trop peu de députés et serait incapable d’appliquer les politiques.

C’est peut-être l’une des principales raisons du changement de marque et de la coalition – pour attirer plus d’électeurs.

Reste à savoir si cela fonctionne.

Article associé

Le président Macron pourrait former un nouveau parti fédérateur pour gagner une majorité de députés français

Macron remporte un second mandat de président : comment vote votre comté ?

Le Pen a perdu, mais la France pouvait-elle vraiment s’engager dans une politique du « citoyen d’abord » ?

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.