Peut-il y avoir un catéchisme pour une économie post-indépendance ?

DE toutes les questions que les lecteurs m’ont posées, c’est la plus difficile. Au-delà d’une bonne analyse économique, est-il possible de commencer à élaborer un catéchisme économique pour l’Ecosse ?

Ma connaissance du Catéchisme de Westminster, l’un des documents fondateurs de l’Église d’Écosse, s’étend à la première question : « Quel est le but ultime de l’homme ? » La réponse était : « Pour glorifier Dieu et jouir de lui pour toujours. Acceptez cette réponse, et il n’y a plus de place pour discuter de la façon d’arriver à la fin. Il serait difficile d’imiter cela en pensant à la navigation dans une économie en mutation. Ce qui semble sage aujourd’hui peut sembler stupide dans une décennie.

L’aide est venue de l’article de Colin Fox dans The National vendredi dernier, où il a avancé son argument selon lequel l’indépendance doit s’accompagner d’un changement politique radical. Il a rapporté que Mike Russell était poliment en désaccord avec lui et a affirmé que le conservatisme naturel de l’électorat écossais ne le permettrait pas.

Comme je le fais souvent, je structure le débat sur l’économie, le considérant comme un désaccord sur la question de savoir si l’indépendance sera gagnée de manière extensive ou intensive.

Lors des élections de 2015, le SNP a réussi à la marge externe. La participation a considérablement augmenté. Le parti gagne le soutien de centaines de milliers d’électeurs occasionnels. Lors d’élections, travailler avec une large marge implique un engagement non impliqué. Au lieu de cela, la plupart des sondages se concentrent sur les marges internes et les changements d’intention de vote.

LIRE LA SUITE: En 2022, les conservateurs nous ont donné toutes les raisons de nous inquiéter et de perdre tout espoir

Deux ans plus tard, le SNP a perdu environ 10 000 voix par circonscription, tandis que les conservateurs en ont gagné 5 000, les premiers perdant à la fois sur les marges internes et externes. Certaines personnes ont voté pour un autre parti. D’autres ne choisissent pas du tout.

En 2015, après le référendum, l’avenir de l’Écosse semblait être sur le bulletin de vote. En 2017, la campagne du SNP s’est concentrée sur l’opposition au Brexit. Dans la différence entre les résultats des élections, nous pouvons conclure quelque chose sur la valeur de la tenue d’un plébiscite.

Placer l’Ecosse au cœur d’une campagne électorale est en soi radical. Je ne suis pas convaincu qu’il soit nécessaire de dorer le lis en ajoutant des propositions pour une refonte radicale des institutions politiques, sociales et économiques de l’Ecosse.

Cela peut ouvrir la porte à un catéchisme économique. Une série de courtes déclarations sur lesquelles l’ensemble du mouvement du Oui peut s’entendre, suggérant des itinéraires pour se rendre dans un nouveau pays.

Mon interlocuteur veut que je m’en tienne à une déclaration très simple sur le fonctionnement de l’économie écossaise. Cela ne peut pas être comme les promesses vides des Brexiters. Ils doivent être réalisables, donc plus comme les cartes de promesses utilisées par les travaillistes à l’approche des élections de 1997, avec des revendications pratiques, telles que « faire une législation pour le Parlement écossais dans un délai d’un an ».

En formulant de telles affirmations sur la gestion économique, nous devons nous rappeler qu’au lendemain du oui au référendum, nous nous lèverons et que rien n’a changé.

Les médecins continueront de soigner leurs patients. L’enseignant restera dans la salle de classe. Il y aura de la nourriture au supermarché. L’énergie peut être très chère. Nous conduirons toujours sur le côté gauche de la route. Il n’y aura pas de frontière physique avec l’Angleterre.

Mais presque tout peut changer. Nos dirigeants politiques doivent participer à des négociations très complexes. La fonction publique écossaise – et de nombreuses entreprises – aura besoin de chefs de projet pour planifier la manière dont leurs organisations répondront aux changements inévitables.

Au fil du temps, comme convenu dans le traité international entre l’Écosse et l’Angleterre, l’Écosse deviendra véritablement indépendante. Une grande partie de ce travail ne devrait intéresser que les experts en politiques. Au moment de l’indépendance, le gouvernement écossais continuera à gérer la fonction publique. Il y aura toujours des soins de santé écossais. Le gouvernement local continuera à gérer l’école. Nous pouvons toujours acheter de la nourriture. Nous devons être capables de réduire les coûts énergétiques.

Ce simple constat n’est pas une idée à coller sur un panneau publicitaire mais peut constituer la base de ce catéchisme économique. Ils peuvent laisser certaines assurances de retour au calme ne pas être convaincues, leur rappelant que l’accession à l’indépendance prendra du temps et sera un processus démocratique.

Lors des élections et par d’autres moyens, tels que les assemblées de citoyens, les électeurs écossais auront la possibilité d’exprimer des opinions sur la direction du voyage. La décennie qui suivra l’indépendance sera une période de débats et de décisions.

LIRE LA SUITE : Ni Truss ni Sunak ne peuvent nous empêcher de déterminer notre propre avenir

Essayant d’atteindre des impulsions radicales et une approche « sécurité d’abord », je reviens aux « quatre modalités » – physique, personnelle, sociale et naturelle – qui ont été introduites dans l’article de la semaine dernière. La première question critique du catéchisme, qui encadre d’autres possibilités, est peut-être : « Quelle est la responsabilité première du gouvernement écossais dans la gestion de l’économie ? avec la réponse : « Maintenir la valeur réelle du capital national et, si possible, l’augmenter.

Robin Angus, un investisseur professionnel avisé et un patriote écossais, est décédé plus tôt cette année. Il gère des fiducies de placement dont le but est de « protéger et d’augmenter (dans cet ordre) la valeur des fonds des actionnaires ». En mettant l’accent sur la croissance (lente) du stock de capital, plutôt que sur le revenu national, j’emprunte consciemment au professeur Angus, qui s’est toujours concentré sur l’investissement à long terme, plutôt que sur la poursuite d’une croissance rapide.

Cela peut sembler très conservateur, mais placer le capital naturel, social et humain sur un pied d’égalité avec le capital physique – et ignorer le capital financier – créera des opportunités d’innovation radicale. Mais c’est pour un autre jour.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.