perspective | À l’Art Institute of Chicago, « Dorothea et Francesca » de Cecilia Beaux peint un portrait de bravoure de sœurs dansantes

Cecilia Beaux a peint »Dorothée et Francesca», qui était à l’Art Institute of Chicago, en 1898. Près de sept pieds de haut, il s’agit d’une belle étude en rose et blanc, que Beaux place sur un fond sombre et les cheveux blonds des deux filles.

En vous rapprochant, vous voyez la quantité de bleu dans l’image. La couleur marque nettement les plis plus profonds de la robe et souligne certains des contours. Mais il couvrait aussi doucement de grandes surfaces de tissu rose et blanc.

Les boucles d’une grande fille aux cheveux lâches et ondulés, tombant devant son visage concentré et baissé, ont été réalisées avec une habileté particulière. Pour obtenir un effet « bouclé », Beaux a utilisé une sous-couche très fine et fine qui rend visible la partie tissée de la toile. Il rougit violet clair en se déplaçant devant ses joues roses (où une pincée de bleu accentue les coins intérieurs de ses yeux). Beaux a balayé quelques traits plus sombres sur cette couche claire pour transmettre le poids de ses cheveux attachés alors qu’ils reviennent sur sa tête.

Tout est fait avec une telle confiance que vous ne savez pas s’il faut haleter ou soupirer en succombant à ses effets.

Vous n’avez peut-être pas entendu parler de lui, mais Beaux a eu une carrière extraordinaire. En 1903, il peint la première dame Edith Roosevelt et sa fille Ethel à la Maison Blanche. Il a peint le leader français Georges Clemenceau en France en 1919, l’année de la conclusion du traité de Versailles. Elle a été décrite en 1933, après avoir reçu une médaille d’or d’Eleanor Roosevelt, comme « une femme américaine qui a apporté la plus grande contribution à la culture mondiale ».

Né à Philadelphie en 1855, il n’avait que 12 jours lorsque sa mère mourut. Son père, qui était français, pris de panique, rentre en France, laissant Cécile et sa sœur Aimée aux soins de leurs grands-parents maternels.

Heureusement, les grands-parents ont nourri les tendances artistiques des filles. Ils ont également aidé à donner à Cecilia la confiance nécessaire pour refuser plus d’une demande en mariage. Se marier, il le savait, entraverait sa carrière. Beaux a été formé à la Pennsylvania Academy of Fine Arts. Après un séjour réussi à Paris, elle retourne à Philadelphie, où elle devient la première femme professeur à la Pennsylvania Academy of Fine Arts.

Les sujets du tableau de Chicago sont les deux filles des amis de Beaux, Helena de Kay et Richard Watson Gilder, un couple célèbre dans les cercles culturels new-yorkais au tournant du siècle. Mais ce n’est pas vraiment un double portrait (on n’a pas assez vu leurs visages pour ça). Il s’agit plutôt d’une étude à grande échelle de deux personnes en déplacement. Ils tentent de maîtriser les pas de danse, mais peut-être aussi, avec une conclusion poétique, le passage de l’enfance à l’enfance. L’une – la fille aînée – guidait l’autre. Il y a une intimité dans leurs mouvements rythmiques qui suggère une forme particulière d’harmonie fraternelle. Compte tenu des circonstances de sa propre enfance, lorsque lui et sa sœur étaient effectivement orphelins, cela peut sembler personnel à Beaux.

Comme par John Singer Sargent, James McNeil Whistler et la Suède Anders ZornLes peintures de Beaux nous rappellent tout ce que la peinture sophistiquée de la fin du XIXe siècle doit au peintre du XVIIe siècle Diego Velázquez, en Espagne, et François Hals, aux Pays-Bas. Velázquez et Hals combinent le tonalisme (une manière de peindre qui se concentre sur les dégradés de lumière et d’obscurité) avec des coups de pinceau lâches qui tentent d’approcher ou d’activer la façon dont nous voyons naturellement.

« Dorothea et Francesca » montre que Beaux a maîtrisé le ton et le style de bravoure souhaité. Cela montre également à quel point il est bon en tant que coloriste. Mais « Dorothea et Francesca » transcende l’habileté, transcende la technique et même le charme dans la zone émotionnelle tendre et affectueuse.

Jacques Fontaine

"Fanatique de la musique amateur. Ninja de l'alcool. Troublemaker sans vergogne. Passionné de nourriture. Introverti extrême. Nerd du voyage certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.