« Personne ne négocie avec Hitler », déclare le Premier ministre polonais, réprimandant le français Macron pour les pourparlers de Poutine

La Pologne a critiqué lundi le président français Emmanuel Macron pour avoir négocié avec le dirigeant russe Vladimir Poutine, affirmant que « personne n’a négocié avec Hitler », au milieu de la condamnation internationale du meurtre de civils lors de l’invasion russe de l’Ukraine. L’Ukraine a accusé dimanche les troupes russes d’avoir perpétré un « massacre » à Bucha et les dirigeants occidentaux ont réagi avec colère aux images de cadavres éparpillés dans les rues de la ville. La Russie dément les accusations de l’Ukraine.

La Pologne a appelé à plusieurs reprises à des sanctions plus sévères contre la Russie et à fournir davantage d’armes à l’Ukraine. Il a également appelé à un tribunal international pour enquêter sur les meurtres de civils en Ukraine. « Monsieur le président Macron, combien de fois avez-vous négocié avec Poutine, qu’avez-vous obtenu ? Avez-vous arrêté ce qui se passait ? » a déclaré lundi le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki lors d’une conférence de presse.

« Il ne faut pas négocier avec les criminels, il faut les combattre… Personne ne négocie avec Hitler. Négocierez-vous avec Hitler, Staline, Pol Pot ? » il ajouta. Le bureau de Macron a déclaré dans une réponse qu’il était important pour le président Poutine de comprendre les demandes occidentales et les coûts pour la Russie de les ignorer.

« Dès le début, le président a utilisé tous les moyens disponibles pour que Poutine arrête la guerre : sanctions massives, soutien à l’Ukraine, exigences qui ont été adressées directement au président Poutine lors de son appel », a déclaré un responsable présidentiel français. Macron s’est donné beaucoup de mal pour servir de médiateur entre Poutine et le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy, se rendant à Moscou et à Kiev début février et s’entretenant avec Poutine 16 fois depuis le début de l’année dans des conversations téléphoniques qui, selon l’Elysée, étaient conflictuelles mais offraient la possibilité de garder les canaux de communication s’ouvrent et mesurent l’état d’esprit de Poutine.

Les responsables de l’Elysée ont par le passé offert une lecture cinglante des appels, affirmant que Poutine semblait « paranoïaque » dans ces appels, avait menti au dirigeant français et que Macron lui avait dit qu’il avait commis une grave erreur en envahissant l’Ukraine le 24 février. La Russie a envoyé ses troupes en Ukraine dans ce que Poutine a appelé une « opération militaire spéciale » pour démilitariser et « dénazifier » le pays. L’Ukraine et l’Occident disent que Poutine mène une guerre d’agression injustifiée.

(Cette histoire n’a pas été modifiée par l’équipe de Devdiscourse et est créée automatiquement à partir du flux syndiqué.)

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.