Participé à la guerre mondiale .. La France a dit au revoir aux derniers « libérateurs »

Hubert Germain, le dernier combattant d’élite de la résistance à avoir aidé à libérer la France du nazisme pendant la Seconde Guerre mondiale, est décédé à l’âge de 101 ans.

Le journal « Washington Post » que Hubert Germain était le dernier survivant des 1 038 soldats et résistants français qui ont reçu le titre de « Camarade de la Libération » par le président français le général Charles de Gaulle.

Germain a participé à la libération de la France de l’occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale.

Germain a combattu la plupart des batailles outre-mer dans les rangs de l’Armée française libre.

Il a combattu aux côtés des forces américaines, britanniques et d’autres coalitions en Libye, en Égypte, en Tunisie et en Italie, où il a été blessé.

Germain est né à Paris le 6 août 1920, fils d’un général qui a servi dans l’armée coloniale française.

Après ses études secondaires, il prépare ses concours d’entrée à l’Académie navale du lycée Michel Montaigne de Bordeaux lorsque la guerre est déclarée en septembre 1939. Quelques mois plus tard, en mai 1940 et à la chute de la France, il décide de continuer à se battre. .

Selon le journal, Hermann a fui la France pour Londres en juin 1940, répondant au célèbre appel de de Gaulle du 18 juin dans lequel il appelait à la résistance à l’occupation allemande de la France.

En mai et juin 1942, Hermann dirigea des unités antichars lors de violents combats à Bir Hakim, une oasis dans le désert libyen près de Tobrouk.

Il a combattu avec la Huitième Armée britannique contre le Corps d’Afrique sous le commandement du général allemand Erwin Rommel, le « Desert Fox ».

Selon les estimations des historiens, 141 soldats français sont morts à Bir Hakim, 229 ont été blessés et plus de 800 capturés.Mais les troupes de Rommel ont subi des pertes plus importantes, avec 3 300 soldats tués ou blessés et 227 capturés.

Hermann participe également à la libération de Toulon, de la vallée du Rhône et de Lyon.

En avril 1945, lui et ses troupes rejoignent les forces britanniques à la bataille d’Othion, dans les Alpes françaises, chassant les Allemands de leurs forts au sommet d’une montagne et ouvrant une route stratégique entre la France et l’Italie, marquant la fin de la guerre en France, et dans un mois l’Allemagne se rendait aux Alliés. .

Après la fin de la guerre, il est élu maire de Saint Chiron, au sud-ouest de Paris en 1953, puis élu député à la Chambre des représentants (Assemblée nationale) à Paris. Il a occupé des postes ministériels au sein du gouvernement, d’abord pour les services des postes et des communications, puis comme ministre parlementaire, au début des années soixante-dix.

Dans ses dernières années, Germain a continué à assister inlassablement aux victoires de guerre et aux monuments commémoratifs de ses compagnons d’armes et même de ses anciens ennemis.

Les dirigeants français ont salué le rôle joué par Hermann, et le président français Emmanuel Macron a écrit sur Twitter : « Hubert Germain, le dernier rédacteur en chef de 1038, est décédé ».

Germain sera enterré à l’extérieur de Paris au Mont Valérien, où de nombreux résistants et otages ont été exécutés par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale et qui abrite aujourd’hui le monument de la bataille française, que de Gaulle a ouvert en 1960.

Éloise Leandres

"Explorateur hardcore. Fanatique de la musique hipster. Érudit du café maléfique. Fervent défenseur de la télévision."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.