Parcourant le monde sans technologie ni entreprise, les marins nés en Inde risquent tout pour l’amour du sport

New Delhi: Quand le marin Gaurav Shinde, 35 ans, regarde la sortie de Nagaraj Manjule en mars 2022 Jhund, il sentit l’attraction de la reconnaissance. Dans ce film tiré d’une histoire vraie, Amitabh Bachchan incarne Vijay Barse, un travailleur social qui a fondé l’ONG Slum Soccer pour venir en aide aux enfants défavorisés de Mumbai par le sport.

Shinde, maintenant citoyen canadien et professionnel de la gestion, se spécialise dans ce qu’il appel un « homme riche en sports » – yachting – mais il fut un temps où lui aussi n’était qu’un enfant de Mumbai avec des fonds limités mais des rêves illimités de devenir un modèle pour sa communauté dalit. Comme il l’a tweeté, « Jhund est mon histoire. »

Payant une cotisation annuelle de Rs 100, il a appris à naviguer à l’âge de 11 ans, avec l’aide généreuse d’un maître de voile, mais s’imposer comme un grand international s’est avéré un peu plus compliqué, surtout lors de sa quête pour participer à des compétitions prestigieuses. -et dangereux— Course aux Golden Globes.

Shinde avait investi tout ce qu’il avait dans cette course.

S’adressant à ThePrint, il a déclaré: «C’est un jeu de riches et les personnes appartenant à des familles de la classe moyenne ne peuvent évidemment pas parrainer un million de dollars elles-mêmes. Après avoir vendu ma maison et grâce à mes économies, j’ai réussi à lever des fonds. Je veux cette reconnaissance pour ma communauté et je suis prêt à faire ce sacrifice.

Shinde commencera son voyage des Sables-d’Olonne en France en septembre, mais la Golden Globe Race ne ressemble à aucune autre compétition de yachting. Les concurrents doivent non seulement faire le tour du monde complètement seuls, mais ils ne doivent pas non plus utiliser de technologie moderne, en particulier rien d’inventé après 1968, pas même les téléphones portables ou les iPod. Un voyage épique de 30 000 milles (plus de 48 000 km) peut durer de 200 à 350 jours.

C’est aussi fort que ça en a l’air. Lors de la Golden Globe Race 2018, l’ancien commandant de la marine Abhilash Tomy doit enregistrer de l’océan Indien après environ 150 jours de mer lorsque le mât de son yacht s’est cassé et qu’il a été grièvement blessé. Lors de l’édition 2018, seuls cinq des 18 marins ont réussi à terminer la course.

Insensible à de telles histoires, Shinde était occupé à préparer lui-même et son bateau meilleurs voeux courir mais il faisait déjà face à un temps orageux.


Lire aussi : Ambedkar, Bachchan, caste, sport – ‘Jhund’ Nagraj Manjule en dit long en ne disant rien du tout


Golden Globe Race : la voile rétro à un prix moderne

Participer aux Golden Globes nécessite non seulement des prouesses à la voile, mais également un solide soutien financier.

Pour être éligibles, les marins doivent justifier d’une expérience de navigation d’au moins 8 000 milles (près de 13 000 km). De plus, ils doivent avoir un minimum de 2 000 milles (environ 3 200 km) de navigation en solitaire à leur actif, et 2 000 milles supplémentaires en utilisant uniquement la navigation aérienne sur le navire qu’ils proposent d’utiliser dans la course.

Les candidats doivent s’acquitter d’un droit d’entrée de 16 000 AUD (environ Rs 8,96 lakh) et porte 5 millions de livres sterling (Rs 50,04 crore) en assurance responsabilité civile. Pas plus de 25 marins peuvent participer à la sélection chaque année, bien que cinq autres participants puissent se joindre sur invitation spéciale.

Cette année, 24 marins se sont échappés, dont Shinde. « Jusqu’à ce que nous commencions et que le navire soit approuvé pour la sécurité, nous entrerons temporairement », a-t-il expliqué.

Participer à cette course coûte cher, d’autant plus que les participants ne peuvent rien faire d’autre que naviguer pendant près d’un an. Pour faire face aux coûts, de nombreux concurrents recherchent des sponsors pour leurs quêtes, même si ce n’est pas toujours facile, comme Shinde l’a déjà prouvé.

Le prochain obstacle, bien sûr, est la course elle-même. La course Golden Globe d’aujourd’hui rend hommage au navigateur britannique Sir Robin Knox-Johnston, qui est devenu en 1968 la première personne à parcourir le monde en solitaire sans escale lors de la première édition de la compétition. On s’attend à ce que le participant des temps modernes accomplisse l’exploit dans presque exactement les mêmes conditions que lui.

Pour naviguer, les marins devaient utiliser des sextants à l’ancienne pour déterminer la longitude et la latitude et communiquer par radio. S’arrêter au port pour quelque raison que ce soit signifie une disqualification immédiate. A l’issue de la course, les autorités de la concurrence vérifient les registres des navires et les registres de la navigation spatiale pour vérifier si les concurrents respectent les règles.

Shinde a déclaré à ThePrint qu’il était prêt à gérer tous ces termes et conditions.

« Avec plus de 20 000 milles nautiques d’expérience en course en mer, je pense que ce sera le dernier test de mes compétences en navigation et je veux le gagner à tout prix », a-t-il déclaré.

Selon lui, cette course l’a dédouané financièrement, mais restait à sa portée contrairement à d’autres compétitions.

« C’est la seule course à laquelle je peux participer car les autres demandent des poches pleines. Plus de technologie signifie aussi plus d’argent. J’ai couru cette course après avoir vendu ma maison et avec mes économies limitées », a-t-il ajouté.

Le prix, soit dit en passant, n’était que de 5 000 £ (environ Rs 5 lakh), comme c’était le cas en 1968, sans ajustement pour l’inflation. Les règles stipulent également que tous les prix sont soumis au participant qui reçoit le parrainage. Le prestige d’être à l’avant-garde de la course était cependant inestimable pour de nombreux marins.

Beaucoup est en jeu ‘

Gaurav Shinde reconstruit actuellement son bateau pour le terminer le dernier jour. Il a acheté un cutter Ta Shing Flying Dutchman/Baba 35 de 34 pieds de long à un propriétaire basé à New York qui l’a compacté pour la moitié du prix actuel, a-t-il déclaré. Ces donateurs aident également Shinde avec un prêt sans intérêt pour entrer dans la course.

« Je reçois de l’aide de personnes qui croient en moi. La voile n’est pas un sport populaire, donc collecter des fonds auprès de la diaspora indienne à l’étranger n’est pas une option car ils ne comprennent pas vraiment ce qu’est vraiment la course », a déclaré Shinde.

En Inde aussi, trouver des sponsors est un gros problème, tout comme obtenir la reconnaissance de ses réalisations.

« Il y avait des moments où je n’étais même pas invité à une cérémonie où je gagnais un prix. Ils avaient l’habitude d’envoyer ma récompense par l’intermédiaire du greffier qui venait la déposer à la gare. Mais je veux relever ce défi… à part ça, je pense que je suis la bonne personne pour cette course, je veux battre les meilleurs records et laisser une trace », a-t-il déclaré.

Long voyage, de Nashik au Canada

Les racines de Gaurav Shinde sont à Nashik, Maharashtra, mais il a passé la majeure partie de son enfance à Mumbai, où il a trouvé son amour de la voile sur le navire-école du Corps des cadets de la Marine. Jawahar. Le coût de la formation ici n’est que de Rs 100 par an.

« J’avais 11 ans quand j’ai essayé la voile pour la première fois et j’en suis tombé amoureux. Venant de la communauté Bahujan, j’ai toujours voulu laisser une trace dans le monde afin qu’il y ait des pistes à suivre pour les enfants qui grandissent comme moi », a déclaré Shinde.

Ses efforts n’ont cessé de lui apporter une reconnaissance dans le milieu de la voile, notamment pour ses performances dans les épreuves d’endurance. Il a terminé la Clipper Round the World Yacht Race 2013-2014 et en 2014, il a remporté la coupe Admiral Ramdas de l’Indian Yachting Association pour « l’aventurier offshore de l’année » – il a été le premier civil à recevoir le prix, naviguant avec des vedettes comme Abhilash Tomy et Dilip, Donde avait déjà gagné.

Pendant un certain temps, cependant, la voile est passée au second plan. En 2015, Shinde s’est concentré sur l’obtention de son MBA à la Ivey Business School au Canada et sur sa carrière professionnelle, notamment chez Google et 3M.

Il n’a jamais oublié la voile et espérait que la Golden Globe Race serait sa chance d’atteindre les ligues majeures internationales.

(Édité par Asavari Singh)


Lire aussi : L’Inde doit penser au-delà de la gloire des médaillés. Beaucoup de choses nous freinent encore dans le sport


Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.