NTI prévoit un voyage en France dans le but d’amener Rivoire au Canada



NTI en est aux premières étapes de la planification d’une éventuelle délégation inuite en France pour demander l’extradition du père Johannes Rivoire, un prêtre accusé d’abus sexuels historiques au Nunavut. Sur la photo, Rivoire sur cette photo non datée prise à Chesterfield Inlet. (Photo publiée avec l’aimable autorisation de Lieve Halsberghe)



Une délégation inuite demandera l’extradition d’un prêtre en disgrâce accusé d’abus sexuels historiques



Par

Madalyn Hovit


Une délégation inuite pourrait bientôt se rendre en France pour demander l’extradition d’un prêtre accusé d’abus sexuels historiques au Nunavut, a confirmé mardi un porte-parole de NTI.

Nunavut Tunngavik Inc. en est aux premières étapes de la planification du voyage, a déclaré Hannah Uniuqsaraq, directrice de l’autodétermination à NTI, dans un courriel à Nunatsiaq News.

Johannes Rivoire, 91 ans, a passé plus de 30 ans au Nunavut entre 1960 et 1992 comme curé, principalement à Arviat et Naujaat.

Il a été accusé d’avoir abusé sexuellement de garçons et de filles pendant cette période, certains dès l’âge de six ans.

Rivoire a quitté le Canada pour la France en 1993 et ​​y est resté depuis.

En février, la GRC a accusé Rivoire d’attentat à la pudeur, découlant d’incidents impliquant une jeune fille à Arviat et Whale Cove, qui se seraient produits entre 1974 et 1979. Alors que la France a un traité d’extradition avec le Canada, la loi française protège ses citoyens contre l’extradition.

Une précédente accusation d’agression sexuelle historique contre le prêtre avait été arrêtée en 2017, après que le Service canadien des poursuites pénales eut conclu qu’il n’y avait aucune chance raisonnable de condamnation.

Lieve Halsberghe, une défenseure de longue date des abus cléricaux, a lutté pendant des années pour ramener Rivoire sur le sol canadien pour confronter ses accusateurs.

Il était à Iqaluit le 29 juillet pour assister au discours du pape François à l’extérieur de l’école primaire de Nakasuk, où il s’est excusé pour le rôle que les membres de l’Église catholique ont joué dans la gestion du système scolaire de logement au Canada où se produisent des abus envers les enfants autochtones.

Halsberghe, qui vit en Belgique, a déclaré qu’il prévoyait de rencontrer la délégation lorsqu’elle arriverait enfin en France, ce qui pourrait avoir lieu début septembre.

Il a dit que le meilleur scénario pour le résultat du voyage serait «Rivoire prend un avion pour le Canada. C’est le vrai but. »

« Le deuxième objectif est d’informer le public français sur l’hébergement de ces criminels », a-t-il déclaré.

En juillet, le ministre fédéral de la Justice, David Lametti, a confirmé qu’une demande d’extradition avait été faite par le Canada au gouvernement français pour le retour du prêtre pour un procès au Canada.


Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.