Nouvelles du Brexit : « Pas content ! » La ligne de pêche explose alors que la France menace le Royaume-Uni de poursuites judiciaires | Politique | Nouvelles

Le ministre français des Transports a averti que le pays n’était « pas satisfait de la situation » alors que les deux parties continuaient de s’affronter au sujet de l’autorisation du navire français d’opérer dans les eaux britanniques après le Brexit. Le mois dernier, le gouvernement d’Emmanuel Macron a déclaré que 93 % des licences demandées par la France avaient été accordées. Cela marque une augmentation par rapport aux permis de 60 % délivrés aux pêcheurs français six mois plus tôt, début novembre 2021.

Mais Clément Beaune – un proche collaborateur du président Emmenual Macron – est furieux de ce qu’il considère comme un manque de progrès depuis que davantage de permis ont été délivrés en décembre dernier, répétant les menaces juridiques que la France a également proférées l’année dernière.

L’ancien ministre européen, qui a précédemment déclaré que la France souhaitait la signature de 73 autres demandes pour ses navires, a déclaré que bien que les pourparlers se poursuivent avec la Grande-Bretagne, « nous sommes toujours au bout du chemin ».

Il a déclaré lors d’une conférence de presse de la Commission européenne à Bruxelles : « Notre analyse est très simple – nous ne sommes pas satisfaits à 100 % car nous ne pensons pas non plus que l’accord ait été réalisé à 100 %.

« Nous, avec la commission, examinerons tous les leviers dont nous disposons pour voir ce qui peut être fait, car il est clair que nous ne sommes pas satisfaits de la situation.

« Nous devons poursuivre notre dialogue sur cette question spécifique liée à la pêche pour nous assurer que nous pouvons obtenir des permis qui ne sont pas encore arrivés.

« Et comme nous l’avons dit en décembre, si le dialogue s’avère insuffisant, une action en justice peut être nécessaire. »

La France et le Royaume-Uni se sont affrontés à plusieurs reprises au sujet des droits de pêche, ce différend portant sur les licences de filet dans les eaux britanniques et les îles anglo-normandes aux termes d’un accord commercial post-Brexit entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

Avant le Brexit, les pêcheurs français n’étaient pas soumis à des restrictions strictes lorsqu’ils pêchaient dans les eaux britanniques.

À LIRE AUSSI : Affrontez les faits ! La colère éclate alors que l’UE jette Dublin sous le bus

Mais tout a changé après la séparation de la Grande-Bretagne du bloc, les pêcheurs français exigeant désormais des licences spéciales du gouvernement de Boris Johnson ou des dépendances des couronnes de Jersey et de Guernesey pour opérer dans certains territoires.

Les deux parties sont en désaccord sur les licences de pêche dans les eaux du littoral britannique et en particulier pour les petits navires français, qui doivent prouver qu’ils opéraient dans la région avant le Brexit.

En décembre dernier, Beaune a lancé une autre attaque en colère contre la Grande-Bretagne après avoir averti qu’une action en justice contre elle pour un permis de pêche post-Brexit pourrait commencer dans quelques jours.

Le ministre en colère a déclaré qu’il y aurait une réunion de haut niveau avec des représentants de l’UE le 4 janvier et que le procès devant le tribunal spécial imposé par l’accord sur le Brexit commencerait dans les « premiers jours de janvier ».

NE MANQUEZ PAS
Taux EN DIRECT : Choc alors que la BoE se prépare à une hausse des taux [LATEST]
Pourquoi la Chine veut-elle attaquer Taiwan ? La vraie raison pour laquelle Pékin est si en colère [EXPLAINER]
La Chine lance un avertissement menaçant à l’Allemagne après son soutien à Pelosi [REPORT]

Une semaine plus tôt, la France avait averti qu’elle poursuivrait la Grande-Bretagne dans les jours qui suivirent.

Beaune a exhorté l’UE à engager une action en justice après avoir accusé le Royaume-Uni de refuser de donner un accès suffisant aux navires de pêche.

Il a déclaré: « Nous demanderons à la Commission européenne d’engager des procédures juridiques pour les licences restantes auxquelles nous estimons avoir droit. »

Un porte-parole de la Commission européenne a déclaré à l’époque qu’ils « vérifieraient avec les autorités françaises la situation juridique entourant les permis demandés qui n’auraient pas été accordés ».

Quelques jours plus tôt, les gouvernements britannique et jersiais avaient délivré des licences aux navires de pêche français, laissant espérer qu’une querelle de longue date sur les droits post-Brexit de pêcher dans les eaux britanniques pourrait être résolue.

Mais s’adressant à la chaîne d’information française CNews, Beaune a averti que l’affaire était loin d’être résolue.

Il a déclaré: «Nous avons encore quelques dizaines à acquérir, environ 60.

« Nous recherchons tous les dossiers qui restent. Nous ne laisserons tomber aucun de ces pêcheurs. »

Le ministre français a également averti que les pourparlers sur les licences restantes pourraient passer par un « dialogue » ou des « procédures judiciaires ».

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.