Nous ne resterons pas au Mali si le prix est trop élevé

La ministre française de la Défense, Florence Parly, a déclaré samedi que les pays européens combattant les extrémistes au Mali trouveraient un moyen de poursuivre leur mission, mais il y avait une limite au prix que la France pourrait payer pour y rester.

Les relations entre la junte au pouvoir au Mali et les partenaires internationaux du pays sont sur le point de s’effondrer après l’absence d’élections à la suite de deux coups d’État militaires.

Mercredi, la junte a appelé la France à cesser de s’ingérer dans les affaires de son ancienne colonie et à garder pour elle « l’écho colonial ».

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré vendredi que la situation était devenue intolérable et que les alliés européens s’étaient mis d’accord pour élaborer un plan d’ici deux semaines sur la manière d’adapter leur campagne, qui comprend le Mali et l’ensemble de la région du Sahel, pour accueillir développements. .

« Les conditions de notre intervention, qu’elle soit militaire, économique ou politique, se durcissent », a déclaré Barley samedi. « Essentiellement, nous ne sommes pas prêts à payer un prix indéfini pour rester au Mali », a-t-il ajouté.

Florence Parly, ministre française de la Défense

Mais il a déclaré que les ministres des 15 pays participant aux forces spéciales européennes sont désormais unis par la volonté de poursuivre la mission, « et ensuite nous devons déterminer les nouvelles conditions ».

Le Mali n’exclut rien

Cela intervient alors que le ministre des Affaires étrangères du Mali, Abdallah Diop, a annoncé vendredi que son pays « n’exclut rien » dans ses relations avec la France, soulignant dans le même temps que la question de la sortie des troupes françaises de la région du Sahel « n’est pas sur la table ». en ce moment. »

Répondant à son homologue français, Jean-Yves Le Drian, Diop a déclaré: « Le Mali n’exclut rien à ce sujet s’il ne prend pas en compte nos intérêts », dans une interview à la radio RFE et à la télévision France 24.

Le Drian a averti vendredi qu' »en raison de l’effondrement du cadre politique et militaire (au Mali), nous ne pouvons pas rester comme ça », avec la détérioration des relations entre l’Europe et la junte militaire au pouvoir au Mali, et les demandes de retrait de Bamako. des troupes danoises.

Ministre des affaires étrangères du Mali Abdoulaye Diop

Ministre des affaires étrangères du Mali Abdoulaye Diop

Diop a déclaré que le Mali était prêt, si nécessaire, à abandonner l’accord de défense signé avec la France, qui a récemment appelé à sa révision, notant que « certaines clauses sont contraires à la constitution et à la souveraineté du Mali ».

Il a poursuivi : « Nous attendons une réponse rapide de Paris. Si nous ne recevons pas de réponse, soyez assurés que le Mali en assumera la responsabilité ».

Quant à la demande de départ des troupes françaises, il a déclaré : « Cette affaire n’est pas sur la table pour le moment ». Mais il a poursuivi: « Si à un moment donné son existence est jugée contraire aux intérêts du Mali, nous n’hésiterons pas à assumer nos responsabilités, mais nous n’en sommes pas là. »

La junte militaire qui dirige le Mali depuis un coup d’État en août 2020 est en conflit depuis quelques mois avec la communauté internationale et les partenaires maliens qui font pression pour remettre le pouvoir aux civils dans un pays embourbé dans le sérieux depuis des années. sécurité et crise politique.

Les attitudes se sont durcies lorsque les militaires ont rejeté leur promesse fondamentale d’organiser des élections le 27 février 2022, et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest a répondu le 9 janvier en imposant des sanctions diplomatiques et économiques strictes au Mali.

Les tensions sont montées cette semaine, le Danemark ayant annoncé jeudi qu’il avait commencé à retirer son bataillon d’une centaine de soldats du Mali en réponse aux demandes répétées de la junte.

Le Danemark a dénoncé le « sale jeu politique » de Bamako, sachant que son retrait était un coup dur pour les forces européennes « Takuba » dirigées par la France qui combattent les extrémistes dans la région du Sahel.

Les tensions montent, notamment dans les relations de la junte avec la France, ancienne puissance coloniale engagée militairement au Mali et au Sahel depuis 2013.

Le Drian accusé d’insulte

Le Drian a qualifié le conseil militaire d' »illégitime », considérant ses actions « irresponsables ». Diop a dénoncé des propos « inacceptables » et « insultants ».

Funérailles d'un soldat français décédé au Mali ce mois-ci

Funérailles d’un soldat français décédé au Mali ce mois-ci

La France et ses alliés européens accusent le conseil militaire d’utiliser des mercenaires du groupe militaire russe « Wagner », considéré comme proche du Kremlin et dispersé dans d’autres zones de conflit et accusé d’exactions en Afrique centrale.

Alors que le conseil militaire nie son existence, le chef de l’US Africa Command, le général Stephen Townsend, a confirmé la semaine dernière que « Wagner était au Mali », ajoutant : « Ils étaient là, nous pensons qu’ils sont plusieurs centaines maintenant ».

Le ministre des Finances l’a accusé de mentir. Diop a déclaré: « Notre coopération avec la Russie est une coopération entre deux pays, et le Mali ne s’adresse qu’au gouvernement russe, qui a répondu à notre demande très rapidement et avec un grand bénéfice ».

Il a souligné que la fourniture d’équipements russes au cours des sept derniers mois a atteint des niveaux jamais vus depuis 15 ou 20 ans.

Roul Dennel

"Écrivain extrême. Passionné d'Internet. Passionné de télévision indépendant. Fan de nourriture diabolique. Introverti. Penseur hardcore. Future idole des adolescents. Expert en bacon."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.