« Nael’s Sons »…et hors du domaine de l’orientalisme

Quel a été le premier roman en Algérie ? Les historiens ont l’habitude d’appeler « l’âne d’or » Apulée, qui vécut au IIe siècle après JC, mais ce n’était pas un roman au sens où il est accepté aujourd’hui, alors d’autres ont tendance à le dater comme le « fils du pauvre » né à Pharaoh, publié en 1950, et intègre des éléments de romans contemporains, Mais qu’est-ce qui a été publié avant cela ? Dans la plupart des cas, il s’agit simplement de l’œuvre d’auteurs français, dont certains se sont installés en Algérie après le colonialisme, et d’autres qui y sont nés.Parmi les décombres de romans publiés avant 1950, il y a un ouvrage accrocheur, intitulé « Khadra. Nael’s Boys Dancer », qui raconte l’histoire de Khadra, la fille paon, qui pratique la danse avec sa mère au parc d’attractions, et son amant Ben Ali, et les événements se déroulent entre les villes de Bousaada et Ghardaïa.

Ce roman a été publié il y a près d’un siècle, et sur la couverture figurent deux noms : Etienne Dini et Suleiman bin Ibrahim. On sait qu’Etienne Dini, qui a vécu comme plasticien et écrivain, n’avait jamais visité la ville de Ghardaïa, et ignorait les détails de la banlieue de Bou Saada, basés sur sa vie bourgeoise. , et comme il était illettré et incapable d’écrire, il demanda de l’aide à Baïtiane Dini, et elle lui raconta l’histoire de Khadra et de Ben Ali, et d’autres la publièrent à leur place, en insistant sur le titre provocateur, en insistant pour dépeindre l’essentiel du roman. personnage de danseuse. , depuis ce jour un cliché est apparu dans l’esprit des algériens, que les femmes des enfants de Nael Ce sont des femmes douces, impulsives dans la vie, des hommes recherchant leur affection. Etienne Deni a réussi à promouvoir les clichés coloniaux, et les Algériens ne s’en sont pas remis parce qu’ils ne se sont pas remis des vestiges du colonialisme. Ils ont répété ce que les orientalistes leur ont enseigné pendant les années coloniales, même si l’image commerciale en jeu par le roman réalité contredite. .
Lorsque les Français s’installèrent en Algérie en 1830, il ne leur fut pas difficile de persuader Mouammarin de les accompagner, de sorte qu’ils venaient de France, d’Italie, de Malte, d’Espagne et d’autres, et obtinrent une part des terres agricoles qui avaient été pillées aux personnes en Algérie Nord. Les indigènes étaient des étrangers, mais comment les persuader d’avancer vers le sud ? Où il n’y a pas de terres fertiles et pas d’agriculture, et où il y a peu de pluie ? La solution est la tentation. L’utilisation d’images de femmes, et le groupe ethnique le plus courant dans le sud du pays et dans le nord du désert sont les « garçons Nael ». Au début, des cartes postales sont apparues avec des images de femmes nues, pas des femmes, mais des femmes de différentes parties du pays, et le gouvernement a convaincu les centenaires qu’elles étaient des femmes de la région. L’accent était mis sur la nudité et l’imagerie érotique, telles qu’imaginées par un Européen. qui aime l’Orient et ses plaisirs faciles.

L’utilisation d’images de femmes, et le groupe ethnique le plus courant dans le sud du pays et dans le nord du désert sont les « garçons Nael ». Au début, des cartes postales sont apparues avec des images de femmes nues, pas des femmes, mais des femmes de différentes parties du pays, et le gouvernement a convaincu les centenaires qu’elles étaient des femmes de la région. L’accent était mis sur la nudité et l’imagerie érotique, telles qu’imaginées par un Européen. qui aime l’Orient et ses plaisirs faciles.

Suivra l’étape du dessin de la nudité en peinture plastique, et Etienne Dini fut l’un des pionniers de cette tendance, avant de se convertir à l’islam et de se retourner contre lui-même et de changer d’art, mais à cette époque il écrivit aussi le roman « Khadra.. Nael’s Boys Dancer » et a joué un rôle dans la diffusion de ce cliché colonial. L’a-t-il fait exprès ou par accident ? A-t-il été victime du colonialisme ? Avec les efforts d’accompagnement pour consolider ces images dans l’esprit des Européens, à cette époque, les soi-disant « cafés de luxe » se sont répandus, des chaînes de cafés qui se sont répandues dans le sud du pays, se sont transformées la nuit en parcs d’attractions, les clients ont été recrutés dans l’armée, ou des employés d’intérêts occupés, où les femmes affluent pour danser Et la joie du public, ce ne sont plus des vilaines femmes, mais d’autres villes, on les fait venir, d’endroits lointains, afin de persuader les hommes blancs de rester dans ce sud aride, la tactique coloniale a fonctionné, et les villes au nord du désert ont été presque transformées en villes européennes, ce qu’elles visaient (il faut préciser ici qu’elle était destinée aux hommes, pas aux femmes, car le jeu limité à la tentation d’un sexe sans l’autre).
Après l’indépendance de l’Algérie en 1962, les pays en développement auraient dû essayer de balayer les vestiges du colonialisme culturel, en faisant de ce processus une priorité, en se débarrassant des vestiges du colonialisme en tête, mais ce qui s’est passé à la place, nous avons contracté la maladie du colonialisme et ne s’en sont pas remises à ce jour, on véhicule encore les idées établies par les colons, notamment l’idée que les femmes des enfants de Nael sont des femmes pour « la joie et la danse ». Nous avons remarqué comment la télévision publique elle-même a répété cette erreur. Dans l’un des films de l’inspecteur Taher, une scène apparaît dans la région, dans laquelle des femmes dansent, le film étant rejoué encore et encore. Le film « Carnival in Dashra » tombe également dans le même faux pas, et il en va de même dans la littérature et la presse. Personne ne s’est demandé où était née la légende de cette femme du désert du nord. Et ce problème ne s’applique pas aux femmes Awlad Nael. Au contraire, beaucoup de vestiges de l’ère coloniale sont presque certains dans l’esprit des gens, et l’État national lui-même contribue à le répandre, à cause des malentendus et du manque de connaissances, parce que nous n’avons pas d’intellectuels, qui se rendent compte que nous reproduisons le colonialisme dans l’esprit, que nous vous libérons il y a vingt ans, la mémoire algérienne était encore coloniale.
Revenons au roman « Khadra .. Nael’s Boys Dancer » et si on le considère – avec une réserve – le premier roman algérien, étant donné qu’il tourne dans un décor purement algérien, tous les personnages sont algériens, issus du peuple, bien qu’au début la page nous dit qu’elle s’adresse à un lectorat européen, il faut noter que ce piège dans lequel Etienne Dini est tombé – avec de bonnes ou de mauvaises intentions – en promouvant les idées coloniales et en enfermant les femmes d’une grande partie de l’Algérie dans un contexte , s’abstenant de les voir. dans la diversité et la différence les uns des autres, et malgré l’importance technique du texte, Il n’est pas soumis à un examen intellectuel, et c’est un texte basé sur l’erreur historique que le colonialisme nous a léguée, et est encore valable aujourd’hui.

romancier algérien

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.