Monkeypox se retire en France mais un groupe de patients appelle à la prudence – EURACTIV.com

La propagation du Monkeypox, qui a éclaté en Europe en mai, ralentit, selon le dernier communiqué du ministère français de la Santé publié mardi 30 août, mais le groupe de patients français Monkeypox Collective appelle toujours à la prudence.

Lire l’histoire française originale ici.

Le virus monkeypox ralentit en France, a annoncé mardi le professeur Jérôme Salomon, chef de la santé du gouvernement, lors d’une conférence de presse du ministère de la Santé.

« La dissuasion est payante », a ajouté Salomon.

« Des données récentes montrent que nous avons dépassé le pic de contamination », a ajouté Laëtitia Huiart, directrice scientifique de Santé publique France – l’agence de santé du pays -.

Du côté du Monkeypox Collective, un groupe représentant les malades du virus créé il y a quelques jours, les choses sont moins roses.

« C’est une bonne nouvelle, mais il ne faut pas crier victoire trop tôt », a déclaré Sébastien, membre du collectif, à EURACTIV.

« Nous attendons le calendrier, le grand plan, la vraie stratégie pour l’avenir. Maintenant, nous ne regardons pas vraiment vers l’avenir. Ce bilan est un peu décevant », a déclaré Sébastien.

Pour des associations comme Act Up, AIDES et Monkeypox Collective, il semble nécessaire d’accélérer les vaccinations et de permettre à toutes les personnes à risque d’y avoir accès.

« Le pays doit redoubler d’efforts pour empêcher la propagation du virus. Malheureusement, nous avons manqué le plan de vaccination proprement dit », a déclaré Sébastian qui souhaitait voir la campagne de prévention et de sensibilisation.

L’OMS déclenche la plus haute alerte sur le monkeypox

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré samedi 23 juillet l’épidémie de monkeypox, qui a touché près de 17 000 personnes dans 74 pays, comme une urgence sanitaire mondiale – la plus haute alarme qui puisse être déclenchée.

Un total de 140 000 doses

D’ici la fin de la semaine, 140 000 doses seront livrées dans 220 centres de vaccination à travers la France, qui disposent désormais de créneaux disponibles « à court terme », a indiqué le ministère de la Santé.

L’approvisionnement en vaccins sera maintenu au moins jusqu’au début de 2023 et tiendra compte des tendances épidémiologiques.

Mais mettre un vaccin à la disposition du grand public n’était pas à l’ordre du jour, a indiqué le ministère.

La vaccination reste un « pilier stratégique » mais doit être associée à des « efforts majeurs » comme la prévention et l’isolement qui sont devenus des « outils efficaces » pour ralentir la pandémie, a ajouté Salomon.

Bien qu’optimiste vis-à-vis du virus, Salomon a déclaré qu’il était nécessaire de « continuer à prêter attention » à son évolution et de poursuivre les efforts pour « tout mettre en œuvre pour réduire le nombre de personnes infectées ».

Huiart de l’agence de santé publique a également souligné une période estivale qui pourrait fausser les chiffres, principalement en raison de diagnostics tardifs et de changements de comportement.

Tendance baissière

Une tendance à la baisse est également observée dans le monde.

Les cas ont chuté de 21% la semaine dernière, par rapport à la semaine précédente, a annoncé Santé publique France.

L’OMS a également confirmé la tendance pour l’Europe.

« Certains signes précoces encourageants, tels que ceux observés en France, en Allemagne, au Portugal, en Espagne, au Royaume-Uni et dans d’autres pays, suggèrent que l’épidémie pourrait ralentir », a déclaré le directeur de l’OMS pour l’Europe, Hans Kluge, lors d’une conférence de presse. mardi.

Comme en France, la vaccination seule n’a pas été en mesure de réduire le nombre d’infections, a déclaré Kluge.

La détection précoce du virus, l’isolement, la prévention, mais aussi un travail de fond sur le terrain avec les associations ont été autant de facteurs qui ont permis à l’épidémie de reculer, a ajouté Kluge.

À ce jour, plus de 22 000 cas de monkeypox ont été confirmés dans la région européenne, soit plus d’un tiers du total mondial.

« Pour progresser vers l’élimination dans notre région, nous devons immédiatement intensifier nos efforts », a déclaré Kluge.

Un exemple de ces efforts sont les deux feuilles de route que l’OMS a publiées cette semaine pour aider les gouvernements européens à contrôler et à éliminer le monkeypox.

« Cependant, nous sommes convaincus que nous pouvons éliminer la transmission interhumaine continue du monkeypox dans la Région », a déclaré Kluge, concluant que cela ne serait pas arrivé « sans la participation de la communauté LGBT ».

Pendant ce temps, Monkeypox Collective, Act Up et AIDES devraient assister à la réunion du ministère de la Santé sur le monkeypox dans les prochains jours.

[Edited by Nathalie Weatherald]

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.