(Mise à jour) .. La Russie exprime sa volonté de négocier .. l’évolution de la situation politique en Ukraine – Jérusalem

Kiev – « Al-Quds ».com – (agence) – L’Ukraine a connu ces dernières heures une série d’évolutions politiques avec la poursuite de l’opération militaire russe contre le pays, qui a entraîné la mort de 198 Ukrainiens depuis l’aube. Jeudi, selon les dernières statistiques officielles.

Dans un développement récent, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que Moscou se préparait à négocier avec « toutes les puissances constructives » sur un règlement en Ukraine.

Cela s’est produit lors d’une conversation téléphonique entre Lavrov et le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, qui s’est également entretenu avec son homologue ukrainien Dmytro Ivanovich Kuliba.

Il semble que la Turquie tente d’intervenir en tant que médiateur pour tenter d’arrêter l’opération militaire en cours.

Plus tôt, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait exprimé sa confiance que des dizaines de milliers de soldats russes étaient entrés en Ukraine.

« Il y a plus de 100 000 occupants sur nos terres (…) ils tirent dangereusement sur des immeubles résidentiels », a écrit le président sur Twitter.

Il a appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à apporter un soutien politique urgent à l’Ukraine, déclarant : « Ensemble, arrêtez les agresseurs ! »

Zelensky a appelé le Premier ministre indien Narendra Modi jeudi après-midi.

Auparavant, Zelensky avait appelé à l’adhésion de l’Ukraine à l’UE.

Zelensky a également écrit sur Twitter que c’était « un moment décisif pour enfin clore la discussion de longue date et couper l’adhésion de l’Ukraine à l’UE ».

Pendant ce temps, le maire de la capitale ukrainienne, Kiev, Vitali Klitschko, a annoncé une prolongation du couvre-feu de la ville, craignant une attaque russe majeure.

Vitali a expliqué que l’interdiction entrera en vigueur aujourd’hui, de cinq heures de l’après-midi jusqu’à huit heures du matin le lendemain.

L’interdiction avait auparavant pris effet à partir de dix heures du soir.

Vitaly a écrit sur la chaîne d’information Telegram que le métro avait cessé de fonctionner et que les habitants avaient commencé à utiliser les stations de métro comme abris pour se protéger contre les raids aériens.

Dans ce contexte, le président américain Joe Biden a versé 350 millions de dollars (312 millions d’euros) à Kiev pour « un soutien immédiat à la sécurité et à la défense de l’Ukraine ».

Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a déclaré que le soutien militaire était « un autre signal que les États-Unis se tiennent aux côtés du peuple ukrainien pour défendre leur pays souverain, courageux et fier ».

Selon les données, l’aide militaire totale à l’Ukraine, avec la nouvelle phase d’aide, a atteint un milliard de dollars depuis l’année dernière. Les États-Unis ont livré plusieurs systèmes d’armes et de munitions à l’Ukraine.

Les douanes françaises ont intercepté un navire marchand transportant des véhicules à destination de Saint-Pétersbourg, soupçonné d’être lié à une société russe visée par les sanctions de l’Union européenne contre Moscou, et détourné sa route vers Boulogne-sur-Mer dans le nord de la France, a indiqué l’Administration maritime à l’AFP. Samedi.

Le navire de 127 mètres de long, qui a été intercepté par les douanes à Honfleur vendredi soir, était « soupçonné d’être lié aux intérêts russes visés par les sanctions », a indiqué Véronique Magnian, chargée de communication régionale à l’Administration maritime, notant que cette action , qui fait preuve de « fermeté », est « rare dans ce domaine.

« Les navires marchands russes coopèrent », a déclaré Manyan.

Il a expliqué qu’un patrouilleur douanier adossé à un patrouilleur de gendarmerie et un patrouilleur naval escortait le navire « Baltic Leader », battant pavillon russe, pour quitter Rouen.

Les douanes mènent actuellement une enquête à bord pour confirmer cette relation.

Jeudi, l’Union européenne a approuvé un ensemble de sanctions sans précédent contre la Russie en réponse à son invasion de l’Ukraine, peu avant que Londres et Washington ne renforcent leurs restrictions, mais sans prendre de mesures drastiques.

Un porte-parole de l’ambassade de Russie à Paris, Alexander Makgunov, a déclaré à l’agence de presse TASS que le capitaine du navire avait contacté l’ambassade, qui à son tour a contacté les autorités françaises pour une explication de l’incident.

De son côté, le ministre français du Budget, Olivier Dusseau, a déclaré qu’il « félicitait les douanes », selon son bureau, ajoutant que « cette mesure » intervient « conformément aux instructions » du gouvernement français « pour mettre en œuvre des sanctions ».

Le directeur général du port, Jean-Jacques Boissousso, a souligné qu’il n’avait « jamais vu » une opération similaire en 20 ans d’exploitation.

Entre-temps, le ministre tchèque de la Défense a annoncé que son pays ferait don d’armes automatiques, de fusils de sniper, de pistolets et de munitions d’une valeur de 7,6 millions d’euros à l’Ukraine.

« Aujourd’hui, samedi, le gouvernement a accepté de fournir une aide supplémentaire à l’Ukraine, qui fait face à une attaque russe », a déclaré Jana Sernochova dans un tweet sur Twitter au troisième jour de l’invasion russe de l’Ukraine.

Il a ajouté que « le ministère de la Défense s’occupera également du transfert vers un lieu déterminé par la partie ukrainienne », soulignant que « notre assistance n’est pas terminée ».

La République tchèque est membre de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) depuis 1999.

Le ministre tchèque a ensuite déclaré aux journalistes que ces armes comprendraient 30 000 pistolets, 7 000 fusils d’assaut, 3 000 mitrailleuses, plusieurs dizaines de fusils de sniper et un million de cartouches.

Il a ajouté que le don serait envoyé en Ukraine « dans les prochaines heures ».

Fin janvier, Prague avait accepté de faire don de 4 000 obus d’artillerie à Kiev, d’une valeur de 1,5 million d’euros, qui n’avaient pas encore été livrés.

Et le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé samedi que les partenaires occidentaux de son pays allaient lui envoyer des armes et du matériel, sans préciser la provenance de ces matériels.

Les Pays-Bas ont également annoncé samedi, suite à l’annonce de Zelensky, qu’ils avaient l’intention de fournir à l’Ukraine des missiles et du matériel militaire, à la demande de Kiev.

Pendant ce temps, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki de Berlin a dénoncé « l’égoïsme enraciné » de certains pays occidentaux, dont l’Allemagne, et a exigé des sanctions « destructrices » suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Ce n’est pas le moment de montrer l’égoïsme inébranlable que nous observons dans certains pays occidentaux, y compris ici en Allemagne, malheureusement », a déclaré Morawiecki aux journalistes polonais avant de rencontrer la chancelière allemande.

« C’est pourquoi je suis venu ici, pour rencontrer le chancelier (allemand) Olaf Scholz, pour secouer la conscience, secouer la conscience de l’Allemagne, pour qu’ils (l’Allemagne) décident enfin d’imposer des sanctions absolument écrasantes » à la Russie, a-t-il ajouté.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.