Middle East Eye : C’est ainsi que la France a perdu son influence en Afrique du Nord | Actualités françaises

Le politologue spécialiste des affaires maghrébines, Francis Guelleh, revient sur les caractéristiques de la perte d’influence de la France dans la région nord-africaine, notamment dans les pays qui faisaient partie de ses anciennes colonies.

Dans un article publié par Middle East Eye mercredi, il a déclaré que la politique française dans les pays de la région nord-africaine assistait à une désintégration, notamment au Mali et en Libye.

Il a ajouté que la désintégration des politiques de la France en Libye et au Mali et sa mauvaise gestion de ses relations avec l’Algérie, un acteur militaire majeur dans la région, « reflètent l’échec des ambitions européennes (pour la France) et un manque de réflexion stratégique en Afrique ».

Guelleh a laissé entendre que parmi les raisons de la perte d’influence de la France en Afrique du Nord et au Sahel figuraient le « retrait sélectif des États-Unis des affaires régionales et les divisions internes au sein de l’Union européenne elle-même ».

Il a spécifiquement évoqué les « politiques différentes » menées par la France et l’Italie en Libye, soulignant que « les algorithmes diplomatiques français sont dépassés » et que d’autres puissances ont manifesté leur intérêt pour la région, notamment la Turquie, la Chine et la Russie.

« Le rôle de premier plan de la France dans l’intervention militaire soutenue par l’OTAN en Libye en 2011 a divisé l’Europe occidentale », a-t-il dit, ajoutant que l’Italie était « insatisfaite du rôle joué par la France en tant que leader pour renverser Mouammar Kadhafi ».

Macron assure la médiation avec le général de division libyen à la retraite Khalifa Haftar et le président du Conseil présidentiel du gouvernement d’entente nationale libyen, Fayez Al-Sarraj (Archive – Al Jazeera)

Et il a ajouté : « Le soutien ultérieur de la France au général de division à la retraite Khalifa Haftar a alimenté le conflit libyen et incité des généraux dissidents à tenter de s’emparer de Tripoli. La position de la France ouvre également la porte aux Émirats arabes unis et à la Russie pour qu’ils se joignent à la bataille en soutien à Haftar ».

Dans ce contexte, Guelleh a noté que la politique de Macron a provoqué la colère de l’Algérie, dont les dirigeants s’opposent à l’ingérence étrangère dans les affaires nord-africaines.

« L’échec des plans de la France pour porter Haftar au pouvoir sape la crédibilité et l’influence de l’Europe dans le conflit et laisse la Russie, la Turquie et les Émirats arabes unis dans des postes à responsabilité », a-t-il ajouté.

contraste français

Guelleh estime que contredire les politiques françaises dans la région est peu susceptible de faire progresser les intérêts à long terme de la France.

« L’Algérie est troublée par la clémence de Macron envers les mercenaires russes en Libye et peut-être au Mali à l’avenir, tout comme la clémence de Macron envers Émirats arabes unis La France ayant récemment finalisé un important contrat d’armement, c’est désagréable, d’autant plus qu’Abu Dhabi attise les flammes du conflit algéro-marocain en raison de sa volonté de reconnaître la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental contesté.

Il a noté que de nombreux dirigeants ouest-africains estiment que l’intervention française a exacerbé de nombreux conflits qui sont souvent présentés en Occident comme « des conflits avec des djihadistes et non avec d’autres peuples ».

Il a expliqué que considérer cette question comme un conflit avec les djihadistes « est une simplification qui rend difficile la compréhension de la nature complexe de la crise qui sévit dans la vaste région du Sahel ».

Guelleh a souligné que la politique française « a plus que jamais besoin de s’adapter au XXIe siècle ».

Il a déclaré que l’élaboration d’une stratégie cohérente en Afrique du Nord-Ouest « n’est pas facile à une époque où les anciennes alliances et les domaines d’intérêts postcoloniaux ont cédé la place à la diplomatie transactionnelle ».

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.