Marine Le Pen menace Emmanuel Macron

Macron et Le Pen parviennent à adapter leurs discours pour imiter les préoccupations françaises (Getty)

La France n’est qu’à six jours de la date du premier tour de l’élection présidentielle de 2022, prévue dimanche prochain. La France a choisi le prochain président parmi 12 candidats, menés par le président Emmanuel Macron, chef du parti « Républiques en mouvement », qui a tardivement annoncé sa candidature à un second mandat, tandis que les candidats traditionnels de droite et de gauche continuaient, d’anciens « républicains » la ministre du parti Valérie Pécresse, et la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, se sont retirées dans les sondages, et avec elles le candidat des Verts Yannick Gado.

Cette baisse s’est faite au détriment des deux têtes de liste d’extrême droite, la cheffe de file du parti « Rassemblement national », Marine Le Pen, et de la gauche radicale (France invaincue) Jean-Luc Mélenchon, tandis que d’autres à droite. candidat, journaliste controversé Eric Zemmour, a perdu son élan de début de campagne, surtout après la guerre de la Russie en Ukraine.

Présidence française : Macron et Le Pen en tête dans les sondages

Le déclin continu des partis républicain et socialiste, l’avance de Le Pen dans les sondages et la troisième place de Melenchon sur tous les autres candidats de gauche reflètent la dynamique politique en constante évolution en France et la colère rurale de se sentir marginalisée par l’élite politique traditionnelle, avec des électeurs concentrés sur des questions sociales et économiques qui ont vidé les partis traditionnels d’une idéologie profonde. La question du pouvoir d’achat préoccupe aujourd’hui la France, avec l’escalade de la guerre sur le continent et ses séquelles, question à laquelle les candidats tentent de répondre, tant elle mobilise une large frange de la société et peut motiver les électeurs indécis à voter .

Le Pen en tête dans les sondages pour réduire l’écart avec Macron, tandis que Melenchon a dépassé tous les autres candidats de gauche

Macron et Le Pen en particulier, contrairement aux autres candidats, ont su absorber les chocs de la première guerre et adapter leur discours aux intérêts et aux priorités des citoyens. Le dirigeant d’extrême droite, en particulier, après avoir neutralisé la controverse sur son ancienne position et ses liens étroits avec le dirigeant russe du Kremlin, Vladimir Poutine, tente de prouver qu’il est devenu une figure difficile en France. l’égalité politique, et a pu accéder à l’Elysée, même avec la barrière du « second tour » que son père, Jean-Marie Le Pen, a rejeté cet objectif.

Macron adapte sa stratégie : le pouvoir d’achat d’abord

Alors que Macron ajuste sa stratégie pour compenser la montée en puissance de son principal rival dans les sondages, qui a alarmé son équipe à l’approche de la date du premier tour, les chiffres des sondages, dont certains prédisent une victoire présidentielle à l’élection. le second tour, mais avec de légères différences avec le chef de file du « Rassemblement national », montre que Le Pen a fait encore plus : désormais, loin des urnes, il a réussi à s’imposer dans la société d’extrême droite française, où la tradition la droite continue de s’identifier à l’argument -argument d’extrême droite.

Le Pen, qui a apprivoisé sa rhétorique pour être plus modérée par rapport à Zemmour, et s’est détourné de la focalisation sur la question des migrants ces dernières semaines, au profit du pouvoir d’achat, compte tenu de la vague de hausses de prix extraordinaires en Europe, a compensé. pour le revers de son parti lors des précédentes élections locales, et le départ de certains de ses symboles en faveur de Zemmour, il ne peut menacer la direction de son parti. L’événement a donné à Le Pen, quel que soit le résultat, un coup de pouce majeur, avec le « Rassemblement national » préparant les élections législatives prévues pour juin prochain.

Les développements de ces derniers jours ont prouvé qu’il n’y a pas de place pour des conclusions hâtives dans la présidence française de 2022. A six jours de la date du premier tour, Macron continue de mener les intentions de vote aux premier et second tours, qui sont tenu le 24 avril, mais par une différence insignifiante encore loin du candidat d’extrême droite, extrémiste, qui dans certains sondages a recueilli jusqu’à 45 % des voix au second tour, un pourcentage qui aurait pu donner à Macron une victoire, mais de quelques points sur son adversaire.

Pour cette raison, Macron a rencontré, avant-hier, samedi, ses partisans au théâtre Arena, dans la région de Nanterre, dans l’ouest de la France, lors de son premier rassemblement électoral depuis l’annonce de sa candidature à un second mandat, et il a abandonné le costume présidentiel – le candidat, que les médias français ont vu a inclus le costume présidentiel du commandant en chef des forces armées, avec l’escalade de la guerre de la Russie en Ukraine.

La guerre en Europe de l’Est a en fait perdu de son poids sur la campagne présidentielle en France, compte tenu de l’inquiétude croissante concernant la vie chère, qui avait commencé avant la guerre, mais continue de s’intensifier à ce jour, ce qui a obligé la France à changer les choses. de leur mode de vie.

Et la question du « pouvoir d’achat » a pu obscurcir d’autres problèmes sur lesquels Macron s’est appuyé pour exploiter, comme la baisse des infections à coronavirus, la montée en puissance de la star Zemore et sa rhétorique raciste pendant une courte période. Pour cette raison, Macron dans l’Arène, dans son discours devant 30 000 personnes, emmené par les ministres de son gouvernement, a mis l’accent sur le pouvoir d’achat de la France, s’engageant à doubler la « prime Macron » « dès l’été prochain », ce qui lui permet d’atteindre « jusqu’à 6 000 euros hors frais ni taxes.

Les questions de pouvoir d’achat et l’impact de la guerre de la Russie sur l’Ukraine dominent les préoccupations de la France

Macron a également exprimé son soutien à une retraite minimale de 1 100 euros pour ceux qui ont terminé leur carrière, en plus d’embaucher 50 000 aides-soignants et infirmiers pour s’occuper des personnes âgées. Mais il a souligné qu' »il n’y a pas d’argent magique » pour « financer tout cela », réitérant son refus d’augmenter les impôts et d’approfondir la dette.

Le président français, qui souhaite relever progressivement l’âge de la retraite à 65 ans d’ici 2032, a ajouté qu' »il faut travailler plus et surtout plus longtemps, car on vit plus longtemps ». Macron, qui est considéré par certains Français comme le « président des riches » en raison de ses liens avec les milieux financiers, a tenté de mettre en avant certaines de ses réalisations qui miment les inquiétudes des électeurs de gauche, et qui concernent les étudiants, les familles et la santé.

Macron a attaqué deux candidats d’extrême droite sans les nommer. Se référant à Le Pen, le président a dit à ses partisans : « Ces candidats peuvent quitter la zone euro le matin et rentrer en Europe le soir. Leur programme fait mal aux petits épargnants, et il va les faire s’effondrer. Certains d’entre eux se disent patriotes en finançant leurs projets et leurs fêtes depuis l’étranger. »

Sans nommer Zemour non plus, Macron s’en est pris aux partisans du « grand nain », faisant référence à la théorie du « grand remplacement » de ce dernier, une théorie du complot qui voit la population européenne remplacée par des immigrés.

Et au milieu de sa campagne qui s’est estompée après sa préoccupation pour la guerre d’Ukraine, et qui se remplit d’inquiétude, la polémique née de la divulgation d’informations largement utilisées par les pouvoirs publics, sous l’ère Macron, aux services privés des cabinets de conseil (le cabinet McKinsey), et un de plus sur ses effets personnels, ajoutant une attention supplémentaire au président, qui devrait également essayer, dans la dernière semaine avant la date d’échéance, de changer les stéréotypes connus à son sujet, comme le président étant arrogant ou arrogant, et pour favoriser la mobilisation par crainte d’abstentions élevées, ce qui peut profiter à ses concurrents.

Le Pen, pour sa part, a adouci sa rhétorique anti-immigrés, sillonné les campagnes, soupesant les bases électorales de la droite et de la gauche radicales, promettant s’il pouvait gagner la présidence avec des baisses d’impôts, une sortie « en douceur » de l’Union européenne , et les emplois du gouvernement. .
(Nouvel arabe)

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.