Magazine français : L’attaque russe contre l’Ukraine rebat les cartes en Libye

Paris – « Jérusalem arabe »:

Sous le titre « Pourquoi l’attaque de la Russie contre l’Ukraine a-t-elle brouillé les cartes en Libye ? », le magazine français « John Afrique » a déclaré que la guerre en Ukraine pourrait bouleverser le fragile équilibre des pouvoirs en Libye, où la Russie reste un acteur majeur. dans le conflit qui déchire le pays depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi.

Le magazine notait le soutien du Kremlin, entre autres, au maréchal à la retraite Khalifa Haftar, un homme fort de l’Est, qui l’avait soutenu lors de l’attaque de ses troupes contre la capitale, Tripoli, en 2019. Ce soutien a pris plusieurs formes : l’arrivée de tireurs d’élite, soutien de l’artillerie et contrôle du trafic aérien. La presse d’État russe, Goznak, a pour sa part exploité à plusieurs reprises une presse à billets pour aider à sauver les banques de Cyrénaïque qui avaient perdu l’argent de la Banque centrale libyenne à Tripoli.

Et « John Afrique » se demande si Moscou rappellera ses mercenaires impliqués en Libye par l’intermédiaire de la firme paramilitaire privée russe Wagner ?

Selon le « Times », la Russie a envoyé plus de 400 personnes à Kiev pour arrêter le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Ils appartiendraient à la Wagner Corporation, dont les membres opèrent dans la région du Donbass depuis le déclenchement du conflit ukrainien en 2014.

Des magazines français ont indiqué que Wagner était arrivé en Libye en 2018, dans l’Est. Ce groupe paramilitaire – dirigé par Dmitri Outkine et financé par l’oligarque russe Yevgeny Prigozhin proche de Vladimir Poutine – occupe désormais plusieurs postes dans diverses régions du pays, notamment dans le très stratégique croissant pétrolier. Il y a plusieurs membres à Syrte, essayant de contacter le Fezzan.

Des mouvements des troupes de Wagner ont été enregistrés ces derniers jours dans la zone d’Al-Sukhna près de la base aérienne d’Al-Jufra. Mais le retrait de l’entreprise reste peu probable. Le magazine a cité Jalal Harchaoui, un chercheur spécialisé dans les affaires libyennes, disant : « Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, malgré de nombreuses spéculations sans fondement, il n’y a aucune indication concrète ou fiable du départ des combattants russes de Libye ».

Et « John Afrique » considérait que le scénario du repli de la compagnie conduirait à une attaque des troupes libyennes de l’ouest vers l’est, car il ouvrirait une brèche qui permettrait aux combattants de Tripoli et de Misrata de s’emparer de la position de Wagner. S’adressant au magazine, Jalal Harchaoui a également estimé que « le départ de la Russie entraînerait une perturbation totale de tous les équilibres et dynamiques politiques. Haftar perdra la majeure partie de son aura et la guerre en Cyrénaïque deviendra plus probable.

Le magazine français a noté qu’une autre société paramilitaire russe privée opérant en Libye, RSB Group, une société détenue par Oleg Krinitsyn, a été chargée des opérations minières en 2016 pour le compte de la Libyan Cement Company à Benghazi.

« John Afrique » a souligné que la présence de la Russie en Libye reste hautement stratégique pour Moscou, car son ancrage dans le pays permet à Poutine de poursuivre sa stratégie de « pression » en Europe. Cela se voit dans le secteur de l’énergie. Wagner, le bras armé de la Russie en Afrique, est également actif sur plusieurs théâtres d’opérations en Afrique. Au Mali, la société a renforcé sa présence fin 2021 avec l’arrivée de quelque 600 mercenaires. Wagner est également actif en République centrafricaine, où le président Faustin-Archange Touadera a demandé en décembre dernier un soutien militaire à la Russie. De plus, en 2019, Wagner a travaillé au Mozambique et au Soudan pour participer à la répression des manifestations de protestation contre Omar al-Bashir.

Et « John Afrique » estime que la polarisation de la Russie sur la scène mondiale pourrait entraîner une redistribution des cartes sur la scène politique libyenne, d’autant que l’échec des élections de décembre dernier a entraîné de nouvelles divisions dans le pays.

Abdel Hamid Dabaiba, le chef du gouvernement élu en mars 2021 pour diriger une période de transition sous l’égide de la Mission de l’ONU en Libye, a refusé de céder le pouvoir à son rival, Fathi Bashagha, élu le 11 février, lors d’un vote controversé par le parlement de Tobrouk. Mais Abdel Hamid Dabaiba attend toujours un soutien fort de la communauté internationale, qui maintient soigneusement ses réserves pour éviter le déclenchement d’un conflit armé, les deux Premiers ministres ayant de solides racines dans la milice.

Si les deux gouvernements rivaux de Tripoli et de Tobrouk condamnent la guerre en Ukraine, cette position sera moins claire pour Fathi Pashaga, qui considère que « les attentats russes sont une violation flagrante du droit international et de la souveraineté démocratique de l’Ukraine », indique le magazine, notant que Fathi Pashaga a été élu par alliance avec la présidente du Parlement Aqila Salah et le fief de Khalifa Haftar, un allié de Moscou. Bientôt, la Russie a salué l’élection de Fathi Bashagha. Ce soutien russe décourage Fathi Bashagha sur la scène internationale, selon la représentante du secrétaire général de l’ONU, Stephanie Williams.

Mais depuis le début de la guerre en Ukraine, Stephanie Williams a haussé le ton le 4 mars, déclarant que « la solution à la crise libyenne ne réside pas dans la formation d’un gouvernement concurrent ». Il s’agissait de la première attaque visant Fathi Bashagha, a expliqué Le Monde, notant dans le même temps que le communiqué de presse conjoint publié le 4 mars par la Grande-Bretagne, la France, les États-Unis et l’Allemagne était entaché d’ambiguïté. .. comme le texte appelle « Toutes les parties à s’abstenir de toute action qui déstabiliserait la Libye. » Mais il ne s’est pas prononcé sur la légalité d’Abdel Hamid Dabaiba ou de Fathi Pashaga.

Cependant, cette crise politique – avertit « John Afrique » – alimente une nouvelle insécurité à Tripoli, et cela s’est traduit par l’enlèvement des ministres des affaires étrangères et de l’éducation du gouvernement de Fathi Bashagha, ainsi que par l’assassinat récent de blogueurs et de militants. Tayeb Al-Shariri dans les rues de la capitale, dans une atmosphère d’anarchie liée aux affrontements entre les milices du camp Abd al-Hamid al-Dabaiba et Fathi Bashagha. C’est une image que le contexte international peut approfondir. Jalal Harchaoui estime que « l’activation de la position pro-OTAN de la Turquie en Ukraine pourrait détruire l’entente turco-russe qui est à la base du calme libyen depuis juin 2020 ».

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.