« Macron cible les musulmans de manière systématique

Tout le temps – L’organisation britannique de défense des droits de l’homme Cage publie un nouveau rapport accusant la France de cibler systématiquement sa population musulmane avec une série de politiques introduites par le gouvernement du président français Emmanuel Macron pour lutter contre le soi-disant « séparatisme et islamisme ».

Middle East Eye a déclaré que le rapport mettait en évidence l’utilisation par Macron du pouvoir exécutif pour adopter ce que le rapport a appelé une politique de « barrière systématique » imposée aux groupes et institutions islamiques en France au cours des quatre dernières années.

L’objectif initial de la politique formulée en 2017 était de répondre aux raisons qui ont poussé certains musulmans français de certaines régions de France à quitter le pays et à rejoindre des organisations armées en Syrie et en Irak. Plus tard, l’affaire s’est transformée en un projet national visant à contrer «l’islamisme» et à combattre ce qu’il a appelé la tendance au «retrait et à l’isolement de la société» à travers le pays.

Depuis lors, la France a adopté un ensemble de lois controversées que de nombreuses organisations de défense des droits de l’homme ont qualifiées d’hostiles à l’islam, notamment des lois anti-séparatistes et le soi-disant « Pacte Imam » qui oblige les mosquées et les institutions islamiques. adopter.

Le rapport Cage affirme que les autorités exécutives de l’État français ont elles-mêmes mis en œuvre une politique d' »obstruction systématique » des institutions et organes islamiques dans le pays, et qu’elles ont mis en place des « cellules exécutives » dans chacun des 101 départements du gouvernement français, pour travailler à imposer le maximum de pressions possibles sur eux Associations, organisations et organismes islamiques.

Le rapport conclut ce que des documents du gouvernement français rapportent que ces cellules placées dans les services de l’État cherchent à « organiser le travail de tous ceux qui peuvent jouer un rôle dans la lutte contre l’islamisme et contre le repli social ».

Le rapport Cage indique qu’une politique systématique d’obstruction a été utilisée pour séparer les organisations islamiques des autres, donnant à l’État « des pouvoirs étendus pour surveiller et fermer des institutions, dissoudre des organisations par décision unilatérale et saisir des fonds sous prétexte de préserver les principes républicains du pays ». et la lutte contre l’islamisme ou le séparatisme. » ou les deux. »

L’organisation a souligné que cette politique a été utilisée comme prétexte pour fermer au moins dix mosquées, des centaines d’entreprises et d’organisations caritatives appartenant à des musulmans, et confisquer des millions de dollars d’actifs, affirmant que les institutions étaient impliquées dans la promotion de l’islamisme.

Parmi les organisations interdites par les autorités françaises pour avoir prétendument fait la promotion de la propagande islamique figurent l’organisation caritative islamique française Barakat Siti et le Caucus anti-islamophobie en France (CCIF), qui surveille les attaques contre les musulmans à travers le pays. Bien que les deux organisations nient les allégations et proposent d’ouvrir une enquête sur leur travail, la décision de dissoudre les deux organisations reste valable.

Driss Al-Shamidi, président de l’Association des villes de Barakat, a déclaré que la politique de Macron visait à apprivoiser les musulmans français et à les forcer à se soumettre aux politiques de persécution de l’État pendant son règne. faire face à cette politique.

Al-Shamidi a poursuivi : « Le résumé du message que le gouvernement français veut envoyer aux musulmans français est que nous allons monopoliser la domination de votre religion, et que l’islam en France sera sous le contrôle du ministère de l’Intérieur ».

Islamophobie « institutionnelle »

Lors d’une conférence de presse convoquée par Cage le mercredi 2 mars pour présenter les conclusions de son rapport, l’organisation a appelé à l’abrogation immédiate de cette politique de mise en œuvre ; L’organisation est parvenue à ses conclusions dans son rapport et a révélé les violations qui constituent des abus systématiques, tels que définis par le droit international.

Ryan Frischi, chercheur à Cage et l’un des experts juridiques impliqués dans la compilation du rapport, note que le rapport révèle comment « l’islamophobie a été institutionnalisée dans les administrations publiques grâce au renforcement des infrastructures d’application de la loi et à la poursuite de politiques de surveillance de masse. ”

Se référant à ce que le rapport appelle une politique systématique de dissuasion des musulmans français, Frischi a déclaré qu' »il y a quatre ans, le gouvernement français a approuvé une politique secrète brutale basée sur la promotion de l’islamophobie » et sur le fait d’être anti-musulman.

Il a également ajouté : « Le rapport documente comment l’État français a sans relâche démantelé les fondements de l’autonomie de la communauté musulmane avec des mesures qui comprenaient une persécution systématique calculée, et semé la terreur parmi l’ensemble de la communauté musulmane avec des politiques qui comprenaient la fermeture de 718 institutions islamiques, la réalisation de 24 884 inspections. , et saisi 51 millions de dollars par l’État. Il est temps d’arrêter cette inquisition musulmane.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.