L’UE est trop indulgente envers les Big Tech, disent la France, l’Allemagne et les Pays-Bas

L’Allemagne, la France et les Pays-Bas se sont plaints que l’UE n’est pas assez dure envers les Big Tech et ont appelé les régulateurs à rendre plus difficile pour Google et Facebook de poursuivre des acquisitions meurtrières.

Un document signé par Bruno Le Maire, ministre français des Finances, Peter Altmaier, ministre allemand des Affaires économiques, et Mona Keijzer, ministre néerlandaise des Affaires économiques, a déclaré que la principale proposition de l’UE pour la future réglementation technologique, la loi sur les marchés numériques, manque « d’ambition ». « .  » .

Le document, qui n’a pas encore été publié, mais qui a été vu par le Financial Times, appelle l’UE à renforcer et « accélérer » la surveillance des fusions, en particulier lorsqu’il s’agit de « stratégies d’entreprise de plate-forme consistant en l’achat systématique d’entreprises naissantes pour étouffer la concurrence ».

Les pays ont également demandé à la Commission européenne de leur donner plus de pouvoir pour légiférer et appliquer les politiques technologiques au niveau national, quelques jours seulement après que l’Allemagne a ouvert des procédures antitrust contre Amazon et Google.

Ils ont appelé à une « coopération rapide et proactive » entre les pays de l’UE et Bruxelles et à un élargissement du champ juridique permettant aux États membres d’agir localement.

Lorsque la loi sur les marchés numériques sera adoptée par le Parlement européen, ces pays souhaitent voir un seuil « juridiquement clair et défini » pour les fusions et acquisitions, ce qui forcerait la prise de contrôle par les entreprises Big Tech où leurs cibles ont peu de revenus mais disposent potentiellement d’une technologie précieuse.

Les entreprises technologiques ont l’habitude d’acquérir des concurrents potentiels à un stade précoce, comme l’achat par Facebook de WhatsApp et d’Instagram alors qu’ils étaient relativement petits.

« L’efficacité réside dans une combinaison de mesures pour tous les gardiens et une approche flexible au cas par cas en prenant des mesures ciblées contre les plus grands acteurs. Cela inclut nos efforts pour les empêcher d’acheter régulièrement des startups innovantes. C’est pourquoi nous voulons que toutes les fusions et acquisitions par des gardiens soient évaluées par les régulateurs », a déclaré Keijzer.

La pression des États membres pour avoir davantage leur mot à dire sur la manière de limiter le pouvoir des Big Tech alors que Bruxelles cherche à imposer des règles à l’échelle de l’UE et à jouer un rôle de premier plan a inquiété les responsables de l’UE.

Plus tôt dans l’année, Margrethe Vestager, responsable des concours de l’UE, a averti dans une interview au FT qu’il était dans l’intérêt des grandes plateformes de s’aligner sur Bruxelles avec une seule loi ou de faire face à un patchwork de règles nationales.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.