L’Ontario renverse ses plans de déréglementation de la médecine traditionnelle chinoise

L’Ontario a inversé le cap sur les plans de déréglementation de la médecine traditionnelle chinoise et de l’acupuncture, affirmant qu’il faudrait plutôt que les collèges de réglementation de la profession proposent des examens de licence en cantonais et en mandarin.

Le gouvernement a déclaré lundi qu’il supprimerait une partie d’une loi sur le travail récemment introduite qui visait à réduire l’organisme de réglementation de la profession.

« Le but est d’éliminer les obstacles », a déclaré le leader du gouvernement à la Chambre, Paul Calandra, à l’Assemblée législative. « Nous garantirons aux Chinois canadiens l’accès à la même médecine traditionnelle chinoise qu’ils ont apportée dans la province à perpétuité. »

Le plan de déréglementation a suscité des critiques et des inquiétudes sécuritaires de la part des praticiens qui disent ne pas avoir été consultés. Les critiques restent sceptiques quant aux motivations du gouvernement même après le revirement de lundi.

La semaine dernière, le Premier ministre Doug Ford a défendu les changements proposés, affirmant que les personnes qui ne parlaient que le cantonais ou le mandarin n’étaient pas autorisées à passer les examens de licence dans le cadre du système existant.

Calandra a déclaré lundi que la prochaine version du projet de loi, qui a récemment passé sa première lecture, ordonnerait aux collèges de réglementation de proposer des tests en mandarin et en cantonais pour supprimer les barrières linguistiques.

Il a évoqué à plusieurs reprises les problèmes linguistiques pour expliquer les plans initiaux du gouvernement et les décisions ultérieures d’offrir des tests dans plus de langues.

Le gouvernement entend des gens de la communauté chinoise du Canada, a déclaré Calandra – choisissant son propre trajet Markham-Stouffville et un certain nombre d’autres conducteurs progressistes-conservateurs dans la région de Toronto – et «la plainte numéro un» est que les gens qui parlent le mandarin en premier la langue ne peut entrer dans la profession.

« C’était quelque chose, un oubli, que nous corrigeons maintenant afin que plus de personnes puissent y entrer (et toujours) avoir les garanties nécessaires pour le garder en sécurité », a-t-il déclaré.

Mais les critiques, les praticiens et les universités ont soulevé des questions sur l’explication du gouvernement selon laquelle la barrière de la langue était la principale raison de cette décision.

Le Collège des praticiens de la médecine traditionnelle chinoise et des acupuncteurs de l’Ontario, fondé en 2013, affirme qu’il accueille les candidatures de ceux qui ne maîtrisent pas parfaitement l’anglais ou le français.

« Depuis 2013, pas un seul candidat ne s’est vu refuser sa candidature pour manque de maîtrise de la langue », a écrit vendredi la PDG du collège, Ann Zeng, dans un message publié sur le site Web du collège.

Plus de 100 des quelque 2 700 membres du collège ont déclaré ne pas parler couramment l’anglais ou le français, a écrit Zeng, et ces membres sont inscrits avec un plan de langue écrite pour s’assurer qu’ils travaillent avec des traducteurs et travaillent à améliorer leur maîtrise.

Lundi matin, des pratiquants et des étudiants professionnels se sont rassemblés sous la pluie devant l’assemblée législative provinciale pour protester contre le plan de déréglementation avant que le gouvernement n’annonce un changement de direction.

Mary Wu, présidente de la Toronto School of Traditional Chinese Medicine, a déclaré qu’elle n’était pas d’accord avec l’explication de la barrière de la langue. Il a déclaré que de nombreux étudiants ayant des compétences limitées en anglais ont surmonté leurs difficultés pour réussir les examens et ont souligné les aménagements existants pour les candidats.

« C’est juste une excuse pour faire ça », a-t-il dit. Wu a qualifié le plan d’irrespectueux envers la profession et a déclaré que les personnes qui se sont rassemblées lundi contre la déréglementation représentaient la « majorité » des praticiens qui n’ont pas été consultés sur la question.

« Ils nous doivent une explication, a-t-il déclaré à propos des plans du gouvernement.

La porte-parole néo-démocrate en matière de santé, France Gelinas, s’est dite heureuse que le gouvernement « ait corrigé ses erreurs » en déréglementant les collèges, mais a déclaré que le plan initial nuisait durablement à la profession.

« Il n’y a rien de bon à cela. Ils avaient leurs raisons de faire cela et ils ne nous l’ont pas dit. Cela me fait croire que c’est parce que c’est quelque chose dont ils ne sont pas très fiers », a déclaré Gelinas.

Le chef du Conseil libéral, John Fraser, dont le parti a fondé le collège, a déclaré qu’il n’y avait aucune bonne raison de sécurité pour déréglementer la profession et que les gouvernements devraient expliquer pleinement pourquoi ils voulaient franchir le pas.

« Ceux qui omettent l’université en bénéficieront », a-t-il déclaré. « Qui a chuchoté à l’oreille du Premier ministre et lui a dit que c’était une bonne idée? »

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 7 mars 2022.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.