Liz Truss a le droit de « suspecter » le club paneuropéen dirigé par Macron | Politique | Nouvelles

Liz Truss a raison d’être « méfiante » à l’égard du projet de Mouvement politique européen dirigé par le président français Emmanuel Macron, déclare un éminent partisan du Brexit. La première réunion du soi-disant « club des nations » doit avoir lieu à Prague, la capitale de la République tchèque, au début du mois prochain.

Cependant, alors que le Royaume-Uni envisage de s’enregistrer, No. 10 ont compris vouloir plus d’informations avant d’accepter de le faire, surtout compte tenu de l’implication étroite de Macron avec les « intégrationnistes ».

Le député conservateur David Jones, coprésident du groupe de recherche européen, a déclaré à Express.co.uk : « Je pense que nous avons besoin de plus de détails.

« Et c’est ce que Liz a demandé.

« Les participants comprendront plus que les seuls États membres de l’UE.

« Je comprends que même Israël sera là. »

Néanmoins, M. Jones, député de Clwyd West, a ajouté : « Il convient de noter que l’idée a été promue par Macron, qui est sans doute le plus intégré de tous les dirigeants de l’UE.

LIRE LA SUITE: « Biden s’en va ! » Truss soumet un plan directeur pour conclure un accord avec les États-Unis

Macron a proposé le concept en mai comme un « nouvel espace » de coopération.

Il a déclaré au Parlement européen à Strasbourg : « C’est notre obligation historique de créer ce que je décrirai devant vous aujourd’hui comme la communauté politique européenne.

« Cette nouvelle organisation européenne permettra aux pays européens démocratiques de trouver de nouveaux espaces de coopération politique, de sécurité, de coopération énergétique, de transport, d’investissement, d’infrastructures, de circulation des personnes. »

À proprement parler, il a ajouté : « Le rejoindre ne nuit pas nécessairement à une future adhésion à l’UE.

« Et il n’est pas fermé à ceux qui le quittent. »

Les 27 membres de l’UE seront invités à se joindre aux côtés du Royaume-Uni, de l’Ukraine, de la Norvège, de la Suisse et de la Turquie.

Six pays des Balkans occidentaux seront également approchés, ainsi que l’Islande, le Liechtenstein, la Moldavie, la Géorgie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

Mme Truss et M. Macron travailleront ensemble pour réduire la volatilité des marchés de l’énergie et réduire les coûts pour les ménages confrontés à des factures en flèche, a déclaré mardi une porte-parole de Downing Street.

Ils ont expliqué : « Alors que notre peuple fait face à un hiver difficile avec une grande incertitude en matière d’approvisionnement énergétique et de coût de la vie, le Premier ministre et le président Macron ont souligné l’importance de travailler ensemble pour mettre fin à la dépendance énergétique russe et renforcer la sécurité énergétique ».

« Nous devons continuer à montrer à Poutine que sa pression économique sur les approvisionnements énergétiques et alimentaires ne fonctionnera pas. »

Truss, qui a succédé à Boris Johnson au poste de Premier ministre deux semaines plus tôt, a rencontré Macron hier à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.