L’expert d’extrême droite français Zemmour lance sa candidature à la présidentielle | Nouvelles politiques

L’expert français des médias d’extrême droite Eric Zemmour a annoncé mardi qu’il se présenterait aux élections présidentielles de l’année prochaine, ajoutant sa voix controversée et profondément anti-immigration au champ des challengers cherchant à renverser le président Emmanuel Macron.

Considéré par les critiques comme un raciste impénitent mais admiré par les partisans comme un champion des valeurs françaises traditionnelles, Zemmour a grimpé en flèche dans les sondages d’opinion ces derniers mois, malgré les signes que cet élan initial commence à ralentir.

Sa déclaration intervient quelques heures avant que les républicains d’extrême droite (LR) ne tiennent leur dernier débat télévisé avant le congrès pour élire leur candidat ce week-end, le plan de terrain d’avril 2022 étant enfin formé.

« J’ai décidé de prendre notre destin en main. J’ai décidé de me présenter à l’élection présidentielle », a déclaré Zemmour dans une vidéo YouTube d’un avertissement anti-immigré et d’une promesse de ramener le pays à la grandeur sur la scène mondiale.

« Ce n’est plus le moment de réformer la France, mais de la sauver », a déclaré Zemmour, affirmant que de nombreux électeurs « ne reconnaissent plus votre pays ».

Dénonçant « le déclin et la décadence de la France », il a déclaré que Macron avait promis d’être quelque chose de nouveau, mais s’est avéré n’être qu’une « synthèse de ses prédécesseurs ».

L’annonce officielle de Zemmour, surnommée « Trump France » par certains, montre qu’il pense avoir le financement et le soutien nécessaires pour évincer Macron et surpasser la dirigeante d’extrême droite vétéran Marine Le Pen lors des élections d’avril.

Il tiendra son premier meeting officiel de campagne dimanche matin à Paris – les antifascistes et les syndicats ont promis d’organiser une manifestation « Zemmour silencieuse » à 13h00 (12h00 GMT) dans la capitale française.

Aigre, intense et avec deux condamnations pour discours de haine, Zemmour, 63 ans, espère que son ton radical dans la lutte contre l’immigration et l’islam en France plaira aux conservateurs dans un pays en proie à des tensions raciales et religieuses.

Il est l’un des commentateurs français les plus célèbres, se faisant un nom en mettant en garde contre le « colonialisme » du pays par les musulmans, dont il considère la religion comme « incompatible » avec les valeurs françaises.

Prise en charge de la diapositive

Les sondages ont montré que le soutien à Zemmour a grimpé en flèche en septembre et octobre et en a brièvement fait le meilleur rival de Macron, mais sa popularité semble avoir diminué au cours du mois dernier.

La dernière enquête a placé Zemmour troisième au premier tour de scrutin à 14 contre 15 %, en baisse de deux à trois points par rapport à début novembre, selon une étude du groupe Ifop publiée dimanche dans le Journal du Dimanche.

Il suit Macron avec 25% et Le Pen avec 19-20%. Avec ce score, ils passeront tous les deux au second tour que Macron remporterait si le vote avait lieu maintenant, selon le sondage.

Une photo de Zemmour donne le doigt du milieu avec le commentaire « Si profond! » à un manifestant lors d’un déplacement à Marseille a été capturé par des opposants comme un signe que sa campagne a explosé.

Le magazine de célébrités Closer a également rapporté la semaine dernière que le père de trois enfants marié attendait un bébé avec la conseillère en chef de 28 ans Sarah Knafo – ce qu’il dénonce comme une atteinte à la vie privée, mais ne nie pas.

D’autres personnalités influentes d’extrême droite ont pris leurs distances avec lui, et son équipe de campagne serait déchirée par des luttes intestines et dominée par de jeunes militants sans expérience politique.

« Je ne soutiens pas cette candidature entachée de désespoir », a déclaré lundi l’ancien assistant de campagne Pierre Meurin au magazine L’Express. « Vous devez offrir aux gens des rêves, et pas seulement du sang et des larmes. »

Race formée

Le Pen semblait tout aussi sûr de lui, affirmant que « la poussière commençait à retomber » après un premier blitz médiatique de son rival, qui était le fils de parents juifs algériens qui avaient émigré en France.

Pour les Républicains, le débat aux heures de grande écoute de mardi à partir de 20h00 GMT sur France 2 sera le dernier de quatre parmi cinq candidats à l’investiture, avant un vote à deux tours des membres du parti cette semaine et le vainqueur annoncé samedi.

Les analystes disent que le résultat est grand ouvert avec des concurrents tels que l’ancien négociateur du Brexit de l’UE Michel Barnier ou le législateur d’extrême droite Eric Ciotti en lice aux côtés de l’ancien ministre Xavier Bertrand et de la chef de la région parisienne Valérie Pecresse.

Macron, qui, selon les sondages, est actuellement sur la bonne voie pour remporter les élections, n’a pas officiellement déclaré sa candidature mais devrait l’annoncer au début de l’année prochaine.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.