L’exil de « Mogador »…un héros de l’époque

En 2010, Dr. M’hamed Al-Ashqar a publié son premier livre en français sous le titre : « Corbis…Mon chemin vers la vérité et le pardon ». Et « Corbis » est le nom du site de l’ancien hangar de l’aéroport « Anfa » à Casablanca, qui a été converti par l’appareil répressif sous le règne du roi Hassan II en centre de détention des centres de détention secrets installés dans diverses régions. Carte des royaumes à travers le pays, au cours de ce qu’on appelle «l’année du leadership».

À « Korbis », de nombreux prisonniers kidnappés et politiques, pour la plupart des étudiants de gauche et des militants de l’opposition de l’Union nationale des forces populaires, ont été emmenés, où ils ont été torturés et maltraités et leur dignité violée dans des conditions inhumaines, menottés et les jambes attaché et ferma les yeux.

Au début de ce siècle, avec une nouvelle ère, le Maroc a commencé à connaître une certaine ouverture politique.Un groupe de publications classées sous la rubrique « littérature carcérale » est apparu fréquemment, incitant le Dr Mohamed Lachkar à écrire sur ses expériences en tant que l’un de ceux qui ont été soumis à détention secrète à la prison « Corbis ».

La publication de ce livre a été un événement important qui a attiré l’attention du mouvement des droits de l’homme, politique et culturel. Dr. Mhamed Lachkar, chirurgien, a été surpris par le grand nombre de lecteurs, surtout après avoir voulu livrer son livre à un large public en arabe, et encore plus surpris par la mention qu’il a reçue des écrivains et écrivaines, qui ont vu dans son style, présentation et mise en scène de l’expérience. l’amertume, et sa surveillance des détails de la scène. Ce qui est difficile, c’est que nous sommes devant un écrivain réel et talentueux, et pas seulement devant quelqu’un présentant des expériences de vie et révélant des souffrances humaines. témoignages.

De là, Shaker a commencé le domaine de l’écriture et de l’écriture qu’il aimait et aimait. Il a découvert son secret et a apprécié son jeu d’ingénierie. Il a bénéficié de sa ténacité dans la rédaction d’articles d’opinion qu’il publie régulièrement sur le site français « Mediabar ». rubrique média Son deuxième livre est paru en 2015, intitulé : « Sur la Voie des Insoumis », un roman sur les événements de l’insurrection dans le Rif entre 1958 et 1959.

Comme pour rattraper le temps qu’il avait manqué à l’écriture et à l’écriture, Lachkar prend du recul et consacre plus de temps à ce domaine.En 2018, il publie son troisième livre : « This War Is Not Ours », un roman historique qui aborde les question du recrutement de Marocains dans la guerre civile espagnole 1936-1939, dans le bataillon du chef militaire espagnol Franco contre le Parti républicain. Puis il enchaîne avec le quatrième livre, qu’il complète à partir de ses fouilles dans l’histoire de la région dont il est originaire.C’est un descendant de la ville d’Al Hoceima, la région qui a donné naissance au chef Abdel Karim Al-Khattabi, chef de file de la révolution rurale au début du XXe siècle.

Ses fouilles l’ont conduit cette fois à rencontrer une figure inconnue parmi les compagnons d’al-Khattabi, une figure qui ne l’a pas trouvé dans les écrits historiques, mais a été victime d’injustices, d’abus et de distorsions, selon ce que révèlent les lectures de Lashkar. , des fouilles et des recherches sur le terrain. Le livre est:
L’exilé du Mogador, « L’exil de Mogador », se décline également sous forme de roman historique.

***

« Mogador » est l’ancien nom portugais de la ville d’Essaouira (au sud de Rabat), et le chef exilé était Haddou bin Hammou Lakhal.

Les événements du roman commencent en 1948. C’est-à-dire environ deux décennies après la défaite de l’armée d’Abd al-Karim al-Khattabi et le renversement de sa république, avec la conspiration des États coloniaux à ce stade, en particulier les alliances. de France et d’Espagne. Kaid Haddou était l’une des figures les plus puissantes autour du leader de la rhétorique entre 1921 et 1926. C’était une personne instruite, parlant couramment plusieurs langues et double nationale. Lorsqu’il rejoint les rangs de la résistance rurale, il devient l’un des contributeurs aux efforts de libération et à la création de la « République du Rif ». Il a été vice-ministre des Affaires étrangères de la République du Rif et a été le fondateur et le chef de son appareil de renseignement.

Parce qu’il était pilote, il s’est vu confier la tâche de fonder et de superviser la jeune armée de l’air républicaine. Après la capture d’Abd al-Karim al-Khattabi, les soldats français capturent le commandant Haddou le 27 mai 1926 à Targuist dans la campagne. Il resta plusieurs mois prisonnier au camp militaire d’Imzourn. Avant il était assigné à résidence à Mogador, avec interdiction perpétuelle de sortir des limites de la ville.

M’hamed Lachkar a choisi de raconter son roman historique avec la langue du héros, le chef lui-même. Préférant que l’auteur se cache entre les plis du texte, devant une forte personnalité de leader, c’est ainsi que l’auteur va derrière son personnage, traçant ses pas et son impact. C’est Al-Khattabi qui nous a raconté son histoire et sa vie pendant la guerre du Rif, et il a été autorisé à corriger la négligence et la négligence auxquelles les historiens ont été confrontés, et à profiter de l’occasion pour corriger la désinformation qui s’y rattache. , intentionnellement ou non, dans plusieurs écrits qui ont exposé sa personnalité.

Par conséquent, le roman se concentre sur la période la plus importante de l’histoire de la République du Rif, la période entre 1921 et 1926, qui se caractérise par sa richesse en événements et faits accélérés, événements qui allaient changer le cours de l’histoire politique de la région. , a fini par soutenir le leader Abdul Karim al-Khattabi.

Bien que l’auteur ait disparu, il reste un attrape-fils et des intrigues, car les lecteurs découvriront, à travers les biographies des dirigeants, l’histoire des campagnes, et le degré de retard et de pauvreté vécu par des générations de la société. la région vivait sous le poids du colonialisme espagnol. Pour mêler ici aventure et tragédie, les conflits tribaux empêchant l’union des deux villages pour repousser les envahisseurs, nombreux sont ceux qui ont recours à la piraterie et à la contrebande pour vivre, la séparation forcée de Gaïd Hammou d’avec sa mère à l’origine. son âge, son exode vers l’Algérie et Port-Saïd à la frontière maroco-algérienne, et son implication dans l’armée de l’air française, jusqu’à l’année où son oncle vient le voir et lui demande de rejoindre la Résistance du Rif (1921), dans le but d’en expulser les Espagnols et contribuant à la proclamation de la République.

Tout au long des plus de trois cent soixante pages du roman, le lecteur ne rencontre qu’un seul personnage, le personnage de Qaid Haddou. Et quand Al-Khattabi est venu, le chef, Haddou, a emprunté la langue du chef pour parler sa langue. lieu et en son nom.

Certains critiques ont trouvé dans la confiscation et la domination de tous les détails narratifs de la direction du leader, une certaine déformation de la vérité et du changement, car nous trouvons des dirigeants émettant des jugements sans que les écrivains interfèrent avec l’étendue de leur objectivité. , et parmi ceux-ci était que les reproches du chef frôlaient la performance du rhétoricien, conduisant à la défaite, Son point de vue était que le chef ne devait pas s’incliner rapidement et déposer les armes, admettre la défaite et ainsi se soumettre aux Français.

Dans ce contexte, d’autres voient dans leur lecture du roman « L’Exil de Mogador », que l’auteur peut chercher à rétablir la vérité historique, et s’approprier le récit pour donner la parole à tous les protagonistes du roman, et rendre les événements plus proches de l’objectivité et plus encore peuvent être dignes de confiance.
L’écrivain M’hamed Lachkar n’échappe pas non plus aux critiques sur son approche narrative historique, car il risque de glisser dans la fiction littéraire au détriment de la vérité historique et de la vérité des événements qui font l’objet d’une codification. C’était possible, même si l’auteur s’était volontairement caché derrière la voix de son héros, le commandant Haddou.

Sur la base de ce point de vue, nous pouvons utiliser la jurisprudence du chercheur irakien Abdullah Ibrahim, qui voit le remplacement de « roman historique » par le terme « fiction historique », arguant que cela encouragera l’écriture historique de récits pour éviter l’idée qu’il est soulevé autour d’elle chaque fois qu’une question de genre (genre) littérature est discutée. Ses limites et ses fonctions, et en plus, il comblera la dualité du roman et de l’histoire. Selon la citation du critique marocain Said Yaqtin.

De son côté, l’auteur M’hamed Lachkar répond que sa tâche est d’essayer de creuser à l’intérieur des personnages présentés dans le roman, « d’atteindre leur compréhension et ensuite de l’écrire à ma manière, de partager avec mes lecteurs afin qu’ils le comprennent à leur tour, chacun à sa manière. lui-même »… Il a ajouté : « J’aimerais pouvoir, j’ai réussi dans une certaine mesure dans le processus de soumission et de rapport et j’espère que cet humble travail aidera à préserver le souvenirs des ancêtres vivants, c’est un travail pour reconnaître le dévouement et leurs sacrifices et surtout leur humanité et sans fond étroit, donc Lachkar n’oublie pas de dédier ce livre « aux ancêtres.

Dans « L’Exil de Mogador », le lecteur ne peut que dire qu’il est en train de réaliser un véritable travail de création sous les traits d’un roman historique, où les archives historiques se mêlent à la littérature avec une grande habileté, montrant que l’auteur réalise un grand documentaire. . effort, et a passé beaucoup de temps dans la recherche et la préparation, où il a rassemblé tous les éléments épars dans la vie de ce personnage unique, jusqu’à ce qu’il puisse connaître les détails de la vie de Qaid Haddou depuis le premier jour où il a vu la lumière dans la ville d’Imzourn jusqu’à sa mort dans la ville de Mogador.

M’hamed Lachkar a réussi à inspirer le texte avec imagination, avec des traitements narratifs élaborés, dans sa quête pour formuler une nouvelle histoire. Ce qui fait qu’il tient le lecteur du roman de la première page à la fin.

Ainsi, dans les réunions organisées pour la présentation du livre, tant au Maroc qu’en France, Lachkar n’a cessé de mettre l’accent sur la responsabilité des intellectuels dans la lecture et l’écriture de l’histoire, notant les réponses des lecteurs et des critiques, comme il le dit : « Je suis content d’avoir réussi à me débarrasser de la crasse coloniale dans laquelle sont enterrés tous les romans traitant de Qaid Haddou, et je les limite à deux seules références pour me contenter de déformer l’image de cet homme avant, pendant et après le Rif. Guerre.

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.