L’Europe se retourne contre la Chine

Une fois sceptique Face à l’attitude de plus en plus hostile des États-Unis envers la Chine, l’UE et ses États membres adoptent une série de nouvelles mesures qui rapprochent leurs politiques de celles des États-Unis.

Pourquoi c’est important : Poussée de Pékin pour que l’Europe adopte « autonomie stratégique » des États-Unis — dans l’espoir que l’Union européenne maintenir des relations plus chaleureuses avec la Chine – ressemble maintenant à un point discutable.

Qu’est-il arrivé: La semaine dernière, la Commission européenne révélé l’interdiction proposée des produits fabriqués avec du travail forcé, après d’intenses pressions des législateurs et des militants des droits de l’homme préoccupés par le travail forcé au Xinjiang.

  • La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a également critiqué le financement par la Chine des instituts de recherche européens et annoncé un nouveau paquet « Défense de la démocratie » destiné à contrôler le financement étranger des institutions universitaires européennes pour « apporter une influence étrangère secrète et un financement obscur ».
  • Les États-Unis ont imposé une interdiction d’importation sur tous les produits fabriqués au Xinjiang plus tôt cette année, et l’administration Trump mettre en place une plus grande surveillance sur le financement étranger dans les universités américaines.

Agrandir: L’Allemagne est la principale référence. Berlin était autrefois un fervent partisan de relations commerciales étroites avec la Chine et a donc tendance à éviter les tensions avec Pékin. Mais Berlin semble maintenant avoir pris un angle majeur sur des questions allant du commerce aux droits de l’homme en passant par l’implication militaire directe dans l’Indo-Pacifique.

  • La semaine dernière, le ministre allemand de l’Economie, Robert Habeck promettre « plus de naïveté » dans le commerce de l’Allemagne avec la Chine. Habeck a annoncé que son équipe travaillait sur de nouvelles politiques économiques pour réduire la dépendance à l’égard de la Chine dans les industries clés et examinait de près les investissements étrangers en provenance de Chine, déclarant : « Nous ne pouvons pas nous permettre de faire du chantage ».
  • Ministère allemand des affaires étrangères aussi annoncé il a nommé des représentants spéciaux pour les pays du Pacifique, où l’influence croissante de la Chine a alarmé l’Australie et les États-Unis.
  • Fin août, l’Allemagne a rejoint l’exercice Pitch Black en tant que participant à part entière Pour première fois. Un groupe de entrainement militaire organisé chaque année au large de la côte nord de l’Australie avec les forces aériennes de 17 pays, dont les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, Singapour, la Malaisie, l’Indonésie et la Thaïlande. Les extensions récentes de la formation ont été question posée sur son rôle potentiel de rival de la Chine dans la région.
  • Le tabloïd Global Times affilié au Parti communiste chinois a rapporté que certains médias allemands être averti le pays à ne pas rejoindre « l’alliance anti-Chine » dans l’Indo-Pacifique.

Retour en arrière: Les pays européens ont été largement sceptiques quant à la rhétorique acerbe de l’administration Trump envers la Chine.

  • En décembre 2020, l’Union européenne a conclu un accord d’investissement avec la Chine qui ignorait les préoccupations concernant le travail forcé dans l’économie chinoise et renforcerait les liens économiques entre le bloc et la Chine. En revanche, cette même année, l’administration Trump a pris plus de 200 actions publiques contre Pékin et coupé certains secteurs des économies américaine et chinoise.

  • Mais le principal tournant dans les relations UE-Chine est survenu en mars 2021. L’UE a imposé des sanctions à certains responsables chinois pour des abus au Xinjiang. Pékin a riposté en sanctionnant les législateurs de l’UE et d’autres, et en mai 2021, le Parlement européen a voté le gel de l’accord d’investissement.

Relations Europe-Chine a diminué depuis lors.

  • Chine »rocher solideLe soutien à la Russie lors de l’invasion de l’Ukraine a aggravé l’attitude de nombreux Européens envers Pékin.
  • La répression de Pékin contre Hong Kong a également pris de nombreuses personnes en Europe par surprise.
  • Un rapport de l’ONU publié fin août mettant en garde contre de « graves violations des droits de l’homme » et de possibles « crimes contre l’humanité » au Xinjiang a suscité de vives critiques de la part des dirigeants européens.

Oui mais: Les relations commerciales entre l’Europe et la Chine sont toujours solides et l’UE a souligné que la coopération avec la Chine en matière de changement climatique était très importante.

Que voir: Taipei exhorte l’UE à adopter des sanctions qui empêcheront la Chine d’attaquer Taiwan, Reuters rapport.

  • La Chine, quant à elle, forge des liens économiques et sécuritaires à la périphérie de l’Europe. Xi et le président biélorusse Alexandre Loukachenko viennent annoncé partenariat renforcé, et Viktor Orbán de Hongrie a approfondi relations avec la Chine.

Aller plus loin: La France relève les défis délicats de la Chine

Roul Dennel

"Écrivain extrême. Passionné d'Internet. Passionné de télévision indépendant. Fan de nourriture diabolique. Introverti. Penseur hardcore. Future idole des adolescents. Expert en bacon."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.