L’Espagne et le Brésil signalent les premiers décès liés à la variole du singe en dehors de l’Afrique

Publié le:

L’Espagne et le Brésil ont signalé vendredi leurs premiers décès liés au virus monkeypox, suivis de l’Espagne qui a signalé un deuxième décès samedi, marquant ce que l’on pense être le premier décès lié à l’épidémie actuelle en dehors de l’Afrique.

L’Espagne est l’un des pays les plus touchés au monde, avec 4 298 personnes infectées par le virus, selon le centre de coordination et d’alerte d’urgence du ministère de la Santé.

« Parmi les 3 750 patients (…) 120 ont été hospitalisés et deux sont décédés », a indiqué le ministère espagnol de la Santé dans un rapport.

Au Brésil, un homme de 41 ans est mort du monkeypox, ont annoncé vendredi les autorités locales.

L’homme, qui, selon les médias locaux, souffrait de graves problèmes de système immunitaire, est décédé jeudi à Belo Horizonte, la capitale de l’État du sud-est du Minas Gerais.

Il « recevait des soins hospitaliers pour une autre maladie grave », a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué.

« Il est important de souligner qu’il a de graves comorbidités, afin de ne pas semer la panique dans la communauté. Le taux de mortalité est très faible » pour le monkeypox, a déclaré le secrétaire à la santé du Minas Gerais, Fabio Baccheretti, qui a ajouté que le patient suivait un traitement contre le cancer.

Urgence sanitaire mondiale

Le ministère brésilien de la Santé a enregistré près de 1 000 cas de monkeypox, principalement dans les États de Sao Paulo et de Rio de Janeiro, qui se trouvent également dans le sud-est du pays.

Les premiers signes de la maladie comprennent une forte fièvre, des ganglions lymphatiques enflés et une éruption cutanée semblable à la varicelle.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré samedi dernier que l’épidémie de monkeypox était une urgence sanitaire mondiale.

Selon l’OMS, plus de 18 000 cas ont été détectés dans le monde hors d’Afrique depuis début mai.

La maladie a été détectée dans 78 pays, avec 70% des cas trouvés en Europe et 25% dans les Amériques, a déclaré mercredi le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Alors que les cas montaient en flèche dans le monde, l’OMS a demandé mercredi au groupe actuellement le plus touché par le virus – les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes – de limiter leurs partenaires sexuels.

Ghebreyesus a déclaré aux journalistes que la meilleure façon de se protéger contre l’infection était « de réduire le risque d’exposition ».

« Pour les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes, cela comprend, pour l’instant, la réduction de votre nombre de partenaires sexuels, la reconsidération des relations sexuelles avec un nouveau partenaire et l’échange de coordonnées avec le nouveau partenaire pour permettre un suivi si nécessaire », a-t-il déclaré.

La maladie disparaît généralement d’elle-même après deux à trois semaines, prenant parfois un mois.

Un vaccin contre la variole du fabricant de médicaments danois Bavarian Nordic, commercialisé sous les noms de Jynneos aux États-Unis et Imvanex en Europe, s’est également avéré protéger contre la variole du singe.

(FRANCE 24 avec AFP)

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.