Les stocks de gaz français seront proches de zéro d’ici la fin de l’hiver

Thierry Troff, PDG de la société française « GRT Gas », qui exploite le système de transport de gaz naturel, a déclaré que les stocks de gaz français seraient proches de zéro d’ici la fin mars.
Selon l’agence de presse « Bloomberg », Troff a déclaré lors d’une conférence à Paris hier, « les stocks français sont pleins à 33%, rien qu’à partir de leur capacité en janvier ».
Il a donné un exemple, la France peut faire face à n’importe quelle vague de froid, en supposant que le gaz continue d’arriver de Norvège.
« Le taux d’exploitation des stations GNL est très élevé en ce moment, et la situation doit le rester pour compenser le manque d’approvisionnement de l’Est », a-t-il déclaré.
La société qui exploite le système de transport de gaz naturel a déclaré hier dans un communiqué que la demande de gaz en France au cours de l’année écoulée avait augmenté de 6% pour atteindre 474 térawattheures.
Cela survient après que la consommation de gaz en France a chuté de 7% en 2020, l’année la plus chaude pour la France, selon l’agence de presse Bloomberg.
La consommation de gaz industriel reste inchangée en 2021, la baisse de la demande pour les opérations de raffinage et de pétrochimie étant compensée par des gains dans d’autres industries.
La consommation de gaz dans les centrales électriques a chuté de 10 % l’an dernier.
GRT Gas estime que la France produira 320 TWh de gaz renouvelable bas carbone d’ici 2050, hors hydrogène.
Par ailleurs, la commissaire européenne aux services financiers, Mered McGuinness, a déclaré : « La proposition de la Commission européenne d’inclure les investissements dans les projets d’énergie nucléaire et de gaz naturel dans le manuel de l’UE sur l’énergie propre n’éliminera pas le financement des technologies d’énergie renouvelable.
La Commission européenne a précédemment annoncé que les investissements dans les projets de gaz naturel et d’énergie nucléaire peuvent être classés comme des investissements durables, sous certaines conditions, malgré une large opposition à cela.
« Les décisions de notation aident à tracer une voie pour que l’investissement privé contribue à nos objectifs climatiques », a déclaré McGuinness.
Lorsqu’on lui a demandé par Bloomberg TV si les soi-disant notations encourageraient les investissements dans les sources d’énergie plutôt que dans les énergies renouvelables ? « Je ne m’attendais pas à ce que le problème que vous décrivez se produise. Tout le monde sait qu’il vaut mieux investir dans les énergies renouvelables chaque fois que possible. »
Les plans visant à intégrer le gaz et l’énergie nucléaire dans les sources d’énergie propres de l’UE, tout en respectant certaines normes, telles que le remplacement du charbon dans un certain délai, ont suscité des critiques parmi les législateurs, les investisseurs et la société civile, étant donné qu’ils peuvent présenter des risques pour les efforts visant à réduire émissions nettes à zéro d’ici le milieu du siècle.
Cette loi très controversée entrera en vigueur dans quatre à six mois, à moins qu’une majorité d’États membres de l’UE ou le Parlement européen ne s’y oppose.
Les opposants soulignent les risques à long terme des déchets radioactifs et avertissent que les dommages environnementaux l’emportent sur l’absence d’émissions de carbone. Alors que la Commission a défendu l’inclusion du nucléaire et du gaz dans la classification, la qualifiant de décision pragmatique pour accompagner la transition vers les énergies renouvelables.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.