Les rancunes historiques restaurées entre la Russie et l’Europe

Ni la Russie, ni l’Ukraine, ses propres victimes, ne s’attendaient à une réaction européenne furieuse face à l’agression russe contre les Slaves, mais à un État européen orthodoxe. Et le problème ne se limite pas aux manifestations couvrant les villes européennes pour dénoncer l’agression russe, mais le phénomène d’aliénation de toute la Russie est omniprésent dans tous les aspects de la vie quotidienne européenne. Depuis le début de l’agression russe jusqu’au lundi 14 janvier, la police allemande a enregistré 318 violations de la loi contre des citoyens allemands contre des personnes d’origine russe, selon la chaîne de télévision ukrainienne N-TV. Samedi dernier, le journal français 20 Minutes publiait le témoignage d’un Français d’origine russe, intitulé « Humiliation sur les réseaux sociaux, peur de parler russe dans la rue ». Le bulletin indiquait que depuis le début de la guerre en Ukraine, les Russes vivant en France avaient été la cible d’insultes et d’agressions. Des amis français ajoutent que les mères russes ont cessé de parler russe à leurs enfants dans les écoles et les crèches, et disent qu’il y a de fortes rumeurs selon lesquelles le célèbre grand magasin des Champs-Elysées a cessé de servir ses clients russophones.

Et le site Web de service russe DW avait précédemment publié un texte le 9 de ce mois intitulé « C’est la guerre de Poutine, pas la nôtre. Ce que les Russes pensent d’eux-mêmes en Allemagne ». Le site parle d’un Allemand né dans la ville de Sibirsa et dont la grand-mère est Ukrainienne. Il joue maintenant le rôle d’un pompier chargé d’éteindre un foyer d’incendie déclenché par la guerre de Poutine contre l’Ukraine, et d’apporter 24 heures sur 24 une assistance aux immigrants ukrainiens dans sa ville. Mais en même temps, il s’est également attaqué aux problèmes de la communauté russe en Allemagne, qui est maintenant en grande partie responsable de la guerre de Poutine. L’homme a déclaré que ce qui l’avait le plus surpris était la demande de l’école d’un étudiant russe d’abandonner Poutine et sa politique devant tous ses amis. Le site raconte à propos de l’homme bon nombre de ses observations similaires, et cite des observateurs disant que ceux-ci représentent un terrain favorable pour la propagande russe, qui utilise de tels événements pour promouvoir ses objectifs et mobiliser la Russie derrière Poutine dans sa guerre en Ukraine.

Le site n’a pas tort de mettre l’accent sur l’exploitation de la propagande russe par des événements se déroulant dans des villes européennes contre la Russie. L’un de ses commentateurs politiques, RIA Novosti, a publié un texte intitulé « L’Europe devient l’Ukraine. Que faut-il en faire ? L’auteur du texte décrit les événements évoqués ci-dessus, et constate que « l’absurdité lisse » de la politique européenne est devenue récemment comme une folie collective. Presque tout le monde est impliqué dans la guerre des sanctions contre la Russie : des magasins de vêtements aux militants homosexuels, des associations sportives aux sites pornographiques, des rappeurs aux publicités de restaurants. Un par un, ils ont été punis par « nos athlètes et hommes d’affaires, nos artistes et joueurs d’échecs ».

L’auteur ne considère pas cela comme une sanction, mais plutôt comme la haine nazie de la Russie et le pillage lâche et rapide des citoyens russes, et est très contrarié de ne pas pouvoir piller davantage. Pour une génération de jeunes Russes qui a grandi dans une atmosphère de « confort physique et psychologique absolu » qui ne combat pas les crimes violents, le statu quo est un moment de vérité. Mais les Russes moins jeunes ont toujours douté que l’Europe occidentale ait peu d’affection pour eux. L’auteur pense que cela s’est accumulé depuis 1945 (la victoire sur l’Allemagne nazie), et après la chute de l’Union soviétique, a augmenté à un rythme de plus en plus rapide jusqu’à ce qu’il « atteigne son apogée maintenant ». Et tout cela est nouveau pour la jeune génération russe qui en fait maintenant l’expérience par elle-même.

L’auteur cherche à expliquer aux jeunes Russes, le courage qui anime les protestations contre le régime de Poutine, que l’élite occidentale pille les biens russes « de génération en génération, sans relâche ». Ces élites le font sous une variété de noms, du « Reich éternel » à la « Grande France » en passant par les « droits de l’homme » ou les « droits ukrainiens ». Appelez-le comme vous voulez, mais ce n’est rien d’autre qu’une tentative de pillage d’un riche voisin (la Russie) qui étend ses terres et profite de sa richesse en hydrocarbures précieux, diamants et métaux rares. Et les États-Unis, pour éloigner l’Europe de la Russie, essaient de la sécher (l’Europe). Ce n’est pas seulement la classe moyenne européenne qui manque, mais tous les Européens. En automne, le froid et la faim les attendent, et ils le savent bien depuis aujourd’hui, lorsqu’ils voient leur paiement pour les services ménagers.

L’auteur se moque de la situation qu’il a lui-même décrite pour les Européens, et dit que la Russie a toutes les chances de sortir de la crise actuelle avec un minimum de pertes, mais qu’il est « gênant » pour les Russes de vivre mieux que leurs voisins européens.

Et il considère que « l’Europe bien-aimée » imaginée par la Russie disparaît aujourd’hui « sous nos yeux ». La richesse est dépensée, la liberté se transforme en dictature, et nous voyons comment le vieux monde tourne et gémit alors qu’il se tourne sous nos yeux vers l’Ukraine. Une vieille blague est associée aux Ukrainiens à propos d’un homme qui se voit proposer de satisfaire ses désirs, à condition que son voisin obtienne ce qu’il veut deux fois, alors il demande à lui crever les yeux. Et il dit que c’est ce que fait l’Europe aujourd’hui, même si l’Europe sait que ça ne marchera pas.

L’auteur conclut sa longue argumentation, remplie de « blague » amoureuse du Kremlin, en disant qu’il est inapproprié pour les Russes d’être en colère contre les Européens et de crier que « c’est fini », que c’est une réaction hystérique et qu' »ils ne méritaient pas », et ils les traiteront avec un « sarcasme raisonnable ». . Mais les Russes prendront ce dont ils ont besoin dans la technologie moderne et rejetteront résolument ce dont ils n’ont pas besoin, comme une transition de genre. La Russie doit toujours penser à leurs intérêts et commercer prudemment avec eux, afin que « au-dessus des vestiges de la vieille Europe, la nouvelle Russie puisse grandir ».

Le journal du Kremlin vz a publié le 14 de ce mois une interview d’un historien et militant social déclarant que « le monde d’après-guerre est terminé ». Le journal a déclaré que les attaques contre la Russie avaient été si fréquentes ces derniers temps qu’elles avaient attiré l’attention du ministère des Affaires étrangères. Un porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères aurait déclaré que le ridicule et l’intimidation se répandaient sans raisons politiques dans de nombreux pays du monde. Le porte-parole a ajouté qu’en raison du pompage des médias et de la répétition constante des mensonges et de la propagande, les gens qui entretiennent des relations tranquilles avec la Russie se transforment en monstres.

Après que les journaux aient mentionné les événements mentionnés ci-dessus, il a demandé aux militants et aux historiens pourquoi la haine contre la Russie s’est propagée au cours de la dernière période. L’activiste a noté que, pendant des années, les médias avaient enseigné au public occidental que la Russie était « la ligne noire en zigzag de l’histoire du monde ». Et l’Occidental moyen n’a pas lu un livre depuis longtemps, n’a pas vu Odessa en flammes, et « aucun de nous ne l’a vu ».

Et il estime que l’Europe après la Seconde Guerre mondiale est restée pendant des décennies souffrant d’un complexe d’infériorité et d’un besoin de remercier la Russie, qu’ils prétendaient être moins civilisée et moins éduquée. Et il insiste sur le fait qu’il n’est pas surpris par les relations anglo-saxonnes avec la Russie : depuis trois cents ans, la Grande-Bretagne n’a pas ménagé son soutien à tous les ennemis de la Russie.

Et à propos des rumeurs sur le tableau accroché aux rebords des fenêtres des magasins russes et biélorusses en Occident, « N’achetez pas chez eux », et s’il ressemble à l’étoile jaune mentionnée dans l’Allemagne nazie, l’activiste a déclaré qu’il était au courant de la peintures. Il a souligné que certaines personnes disent aujourd’hui que la Russie est l’œuvre des Juifs, mais il a averti que tout cela s’est terminé en Allemagne avec les procès de Nuremberg.

Roul Dennel

"Écrivain extrême. Passionné d'Internet. Passionné de télévision indépendant. Fan de nourriture diabolique. Introverti. Penseur hardcore. Future idole des adolescents. Expert en bacon."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.