Les principaux partis politiques français avant l’élection présidentielle

PARIS—La droite dominante et le Parti socialiste dominent la vie politique française depuis plus d’un demi-siècle. Mais lorsque la campagne présidentielle de 2022 démarre, ils sont dans une situation sans précédent, et ils pourraient tous les deux exploser avec des affichages languissants l’année prochaine.

L’effondrement risque de bouleverser l’avenir politique d’un pays qui s’est longtemps appuyé sur un centre politique stable pour ériger une clôture contre les partis extrémistes, en particulier d’extrême droite. Le chaos intérieur pourrait également miner la fiabilité de la France sur la scène européenne, où Paris est de loin l’un des principaux moteurs de l’Union européenne, aux côtés de l’Allemagne.

Depuis que Charles de Gaulle a fondé la Ve République en 1958, tous les présidents français sont issus de partis conservateurs, qui ont formé divers partis au fil des décennies et sont maintenant connus sous le nom de Parti républicain, ou du Parti socialiste – jusqu’en 2017, date à laquelle Emmanuel Macron a fait irruption dans la scène. Sa victoire à l’élection présidentielle a porté un coup dur aux deux grands partis : pour la première fois, ils n’ont pas tous deux réussi à inscrire leurs candidats au second tour de l’élection présidentielle, que Macron a confortablement remporté face à la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen.

PARIS—La droite dominante et le Parti socialiste dominent la vie politique française depuis plus d’un demi-siècle. Mais lorsque la campagne présidentielle de 2022 démarre, ils sont dans une situation sans précédent, et ils pourraient tous les deux exploser avec des affichages languissants l’année prochaine.

L’effondrement risque de bouleverser l’avenir politique d’un pays qui s’est longtemps appuyé sur un centre politique stable pour ériger une clôture contre les partis extrémistes, en particulier d’extrême droite. Le chaos intérieur pourrait également miner la fiabilité de la France sur la scène européenne, où Paris est de loin l’un des principaux moteurs de l’Union européenne, aux côtés de l’Allemagne.

Depuis que Charles de Gaulle a fondé la Ve République en 1958, tous les présidents français sont issus de conservateurs, qui ont formé divers partis au fil des décennies et sont maintenant connus sous le nom de Républicainsou du Parti socialiste—jusqu’en 2017, date d’apparition d’Emmanuel Macron. Sa victoire à l’élection présidentielle a porté un coup dur aux deux grands partis : pour la première fois, ils n’ont pas tous deux réussi à inscrire leurs candidats au second tour de l’élection présidentielle, que Macron a confortablement remporté face à la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen.

L’année prochaine s’annonce encore pire. Les républicains et les socialistes ont du mal à marquer de manière significative la campagne, les médias se concentrant largement sur – et déclenchant – la vague dans le sondage du chercheur d’extrême droite ric Zemmour, qui n’a même pas officiellement déclaré sa candidature. L’enquête prédit un second tour entre Macron et Zemmour ou Le Pen, le président étant réélu contre l’un d’eux.

Si 2017 semblait être une aberration, le vidage des grands partis français apparaît désormais comme la nouvelle norme – avec des implications de grande envergure.

La constitution française la distingue des autres pays d’Europe occidentale. Avec des présidents directement élus et tout-puissants au lieu d’un système parlementaire, les chocs électoraux majeurs ont un impact bien plus important que dans les pays où les électeurs décident qui ils veulent diriger par le biais d’élections parlementaires, qui ont tendance à résister aux effets de la volatilité électorale.

« En France, cette fluidité affecte directement la course aux postes les plus élevés », a déclaré Luc Rouban, politologue au Centre national de la recherche scientifique. « Les enjeux sont énormes. »

À l’heure actuelle, les conservateurs semblent déchirés et manquent d’un message cohérent, avec cinq candidats en lice pour l’investiture du parti. Après des mois d’incertitude, tous ont finalement accepté d’accepter le résultat du vote qui sera organisé par les membres du parti en décembre, minimisant, du moins en théorie, le risque de diviser les électeurs de centre-droit.

Ce que le parti n’a pas fait, c’est s’entendre sur le niveau de libéralisme économique auquel il devrait adhérer et sur la dureté avec laquelle il devrait être en matière d’immigration. « La prolifération des candidats du parti obscurcit le message ; [the Republicans] Je ne sais pas où va leur campagne présidentielle en ce moment », a déclaré Rouban. Comme c’est le cas dans les sondages d’opinion, les conservateurs n’atteindront pas le second tour de scrutin – bien que les chefs de parti espèrent qu’une série de débats télévisés à partir de cette semaine augmentera la visibilité des républicains et augmentera leur nombre dans les sondages. « Paradoxalement, à une époque où jamais les bonnes idées n’ont émergé de façon aussi hégémonique, [the Republicans party] n’a jamais semblé aussi fragile », commentateur politique chevronné écrivez ce mois-ci.

Les socialistes étaient dans un état encore pire. Ils ont nommé une candidate, la maire de Paris Anne Hidalgo, mais elle devra partager l’électorat français de gauche qui se rétrécit avec d’autres candidats, dont La France Insoumise (« La France Sans Arcs ») le leader Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot des Verts et l’ancien ministre du gouvernement socialiste Arnaud Montebourg.

« Notre objectif est de réinventer la gauche, de reconstruire la grande famille politique qui a tenu le relais de l’histoire du mouvement socialiste en France, en s’intéressant également à l’environnement », a déclaré Christophe Clergeau, secrétaire national pour l’Europe du Parti socialiste. Ce sera une bataille difficile. François Hollande, le dernier président socialiste, est arrivé en tête du premier tour des élections de 2012 avec près de 30 % des voix ; Hidalgo a voté à près de 5 %.

D’autres pays européens ont connu le déclin des grands partis. La plupart des partis conservateurs et sociaux-démocrates ont vu leur part électorale diminuer à travers l’Europe au cours des dernières décennies, la baisse s’accélérant après la crise financière de 2007-2008. Depuis le début du siècle, les partis traditionnels ont été contestés par une grande variété de nouveaux arrivants – à la fois à l’extrême et au centre – dans des pays comme la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et la Grèce. Certains de ces partis traditionnels se sont rétablis, dans une certaine mesure : les conservateurs britanniques ont repoussé les menaces du Parti de l’indépendance britannique en imitant l’idéologie du Brexit, et ils détiennent une large majorité ; en Allemagne, les sociaux-démocrates et les conservateurs, malgré les résultats sans précédent obtenus par les Verts aux élections fédérales de septembre, restent les deux plus grands partis du Bundestag.

Mais la désintégration en France a été beaucoup plus sévère. Les socialistes ont perdu 90 % de leurs représentants lors des élections législatives tenues peu après leur catastrophe présidentielle de 2017. Les conservateurs ont perdu près de la moitié de leurs sièges à l’Assemblée nationale.

« Qu’est-il arrivé au Parti socialiste et [Republicans] en France, c’est autre chose : c’est un effondrement », a déclaré Pierre Martin, spécialiste des élections et des systèmes de partis au centre de recherche Pacte à Grenoble.

Et cela peut devenir un cercle vicieux. En France, le financement public des partis politiques est largement basé sur les résultats des élections législatives. Pour les socialistes en particulier, le vote lamentable de 2017 a entraîné le licenciement de plus de 100 employés et la vente de leur siège historique, a déclaré Frédéric Sawicki, professeur de sciences politiques à l’Université de la Sorbonne à Paris : « C’était un désastre financier ».

À court terme, le bénéficiaire le plus clair de l’effondrement de la gauche et de la droite traditionnelles sera probablement Macron. Son ton centriste pro-européen a trouvé un écho auprès de larges pans de l’électorat, noyant les socialistes et affaiblissant le Parti républicain. en 2017, et il occupe toujours des postes politiques élevés avant les élections de l’année prochaine.

Sa présidence a été caractérisée par des politiques économiques libérales qui ne manqueront pas de renforcer sa confiance au sein de la droite modérée. Cela augmentera probablement s’il remporte un deuxième mandat, a déclaré Sawicki. « En 2017, il a réussi à briser le flanc gauche, mais il n’a pas pu le faire complètement avec le droit », a-t-il déclaré. « Maintenant, il le fera. »

Pendant ce temps, les socialistes avaient toujours eu des liens plus lâches avec les cols bleus et les syndicats que leurs homologues britanniques, allemands ou espagnols – et la déconnexion s’est accrue, accélérer la crise des partis et quitter Macron, ainsi que les populistes de gauche et de droite, pour récolter une voix non affectée.

« Ça se voit très bien quand on regarde le nombre de députés, ou le milieu social des députés. Cette [Socialist Party] ont toujours très peu de députés issus de la classe ouvrière ou de familles immigrées », a déclaré Sawicki. « Longtemps, c’est le Parti communiste qui a joué ce rôle en France ; depuis son effondrement, [Socialist Party] incapable de le remplacer en tant que parti qui donne la parole à ceux qui n’ont pas de voix.

L’extrême droite, qui s’était qualifiée pour le second tour de l’élection présidentielle de 2002, vise à combler une partie du vide. Mais il a également entraîné vers le bas les partis conservateurs traditionnels, remodelant les attitudes conservatrices dominantes sur des questions telles que l’immigration, la sécurité, l’islam et l’Union européenne.

Cette tendance n’est accentuée que par la montée en puissance de Macron. Maintenant qu’il s’est imposé comme un porte-drapeau pro-européen, nombre de ses adversaires ne voient d’autre choix que de l’entourer d’un euroscepticisme plus intense.

De nombreux conservateurs, bien qu’appartenant à la famille politique qui a fourni la moitié des présidents de la Commission européenne, n’ont jamais complètement surmonté la réticence de longue date des Gaulois à céder la souveraineté française aux technocrates de Bruxelles. « L’Europe a toujours été au centre d’un vrai débat » au sein de la droite dominante, a déclaré Jean-Christophe Martin, responsable à Républicains‘ Succursale parisienne. « Quand il s’agit de l’Europe, la droite ne choisit jamais vraiment entre le sovranisme et le fédéralisme, c’est quelque part entre les deux. »

Mais maintenant, la plupart des candidats à l’investiture républicaine courtisent explicitement l’esprit eurosceptique du parti, s’engageant à défendre « les intérêts supérieurs de la France » contre la coercition de l’Union européenne. Cela inclut Michel Barnier, commissaire européen à deux reprises et ancien négociateur du Brexit, qui a envoyé des ondes de choc parmi ses anciens collègues à Bruxelles lorsqu’il a soutenu que Paris devrait renforcer sa politique d’immigration et ignorer les décisions des tribunaux européens en la matière.

Même certains de la gauche modérée jouent les mêmes cartes. Alors que le candidat socialiste officiel Hidalgo affiche un fort pedigree pro-UE, Montebourg a appelé l’UE à « se retirer de la vie domestique de la société et de l’Etat ».

Les deux grands partis restent bien ancrés au niveau local, et ils se sont bien mieux comportés que les populistes et les Macron lors des élections locales qui se sont tenues cet été.

Certains observateurs affirment également que dans un avenir proche, ces partis pourraient finir par se métamorphoser plutôt que de disparaître. A droite, par exemple, l’ancien Premier ministre Macron douard Philippe vient de créer une nouvelle entité politique susceptible de chercher à absorber une partie des électeurs républicains les plus modérés.

Mais maintenant, avant les élections de l’année prochaine, les deux partis se battent pour survivre, pas pour gagner.

Si les socialistes se retrouvent derrière les Verts l’année prochaine, « il leur sera très difficile de continuer en tant que parti autonome », a déclaré Sawicki.

Et l’avenir du parti républicain pas plus brillant. S’ils subissent une défaite cuisante en 2022, « ils pourraient exploser », a-t-il déclaré.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.