Les islamistes algériens critiquent l’ouverture de leur pays à la France avant de s’excuser

Le chef du Mouvement du peuple algérien pour la paix « Hamas », Abdel Razzaq Makri, a critiqué la politique d’ouverture menée par les autorités algériennes dans leurs relations avec la France, avant que cette dernière ne présente ses excuses pour l’insulte de son président à la mémoire de l’Algérie et sa question que c’était un pays avant l’occupation française.

La déclaration de Makri, qu’il a publiée aujourd’hui sur sa page Facebook, commente les propos tenus par le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra à France 24 en marge de sa participation au Sommet de l’Afrique à Addis-Abeba, où il a souligné que la relation entre son pays et Paris connaît la « phase ».Augmentation progressive.

Makri a déclaré: « Ramtane Lamamra a confirmé ce que les journalistes avaient compris de son discours que l’Algérie avait commencé ou permettrait aux avions de combat français de traverser l’espace aérien algérien en route vers la côte. »

Il a ajouté: « Le président français ne s’est pas excusé d’avoir insulté la mémoire de l’Algérie et d’avoir remis en question le fait que nous étions une nation avant l’occupation française. L’ambassadeur d’Algérie est revenu rapidement à Paris, l’appel téléphonique est revenu, puis les avions de combat sont retournés dans l’espace aérien algérien. « 

Makri a conclu sa déclaration en disant: «Les autorités ne nous ont pas expliqué ce qui s’est passé concernant le retour de l’intimité, et je doute qu’elles le fassent, et si elles le faisaient, je doute qu’elles seraient convaincues, mais nous ne l’avons pas fait. faut nous expliquer ce que les avions français vont faire sur la côte, surtout ce qu’ils peuvent faire maintenant au Mali. son expression.

Dans une interview accordée à « France 24 » et à Radio France Internationale, le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra a confirmé que les relations entre son pays et Paris sont « dans une phase d’amélioration progressive ».

Lamamra a ouvert la porte au retour des avions militaires français au-dessus de l’espace aérien algérien, empêché suite à la récente crise diplomatique.

Le ministre n’a pas exclu que le président algérien Abdelmadjid Tebboune assiste au sommet UE-Afrique prévu à Bruxelles mi-février, et son homologue français Emmanuel Macron l’a invité.

Il est à noter que l’Algérie a reconduit son ambassadeur en France, Antar Daoud, dans ses fonctions début janvier, près de trois mois après qu’il ait été convoqué pour des consultations pour protester contre des propos qualifiés par le président Emmanuel Macron d' »offensants ».

La présidence algérienne avait annoncé début octobre l’année dernière que Daoud avait été convoqué pour des consultations pour protester contre des déclarations que le président Emmanuel Macron avait qualifiées d’offensantes.

La convocation de l’ambassadeur d’Algérie intervient après des déclarations rapportées par le journal Le Monde à propos du président français, dans lesquelles il s’interrogeait sur « s’il y avait un État algérien avant le colonialisme français (1830-1962).

Macron a accusé le régime algérien d’investir dans les « produits de la mémoire » et de développer une rancune contre la France.

Tebboune a décidé d’interdire les vols d’avions militaires français opérant sur les côtes africaines au sein des forces de Barkhane, dans l’espace aérien algérien, une décision qui n’a pas encore été annoncée.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.